Sermon du vendredi 29 décembre 2017, prononcé par Sa Sainteté le Calife, Hadrat Mirza Masroor Ahmad, à la mosquée Baitul-Futuh à Londres. Après le Ta'awudh, le Tashahoud et la Sourate Al-Fatiha, Sa Sainteté le Calife a déclaré :

Aujourd’hui par la grâce d’Allah a débuté la Jalsa Salana (conférence annuelle des ahmadis) de Qadian. Veuillez prier que ces trois jours de la conférence se déroulent dans les meilleures conditions et que membres fidèles de la Jama’at présents puissent en atteindre les objectifs. Implorer Dieu, améliorer sa conduite, renforcer son lien avec Allah sont autant de buts pour lesquels on y participe, qu’on y écoute les discours et qu’on profite de son atmosphère spirituelle. Profitant de cette occasion, il faudra porter une attention particulière à la prière, sans limiter ses supplications à sa personne : il faudra beaucoup prier pour le progrès de la Jama’at et implorer le soutien spécial d’Allah afin qu’Il réduise à néant les complots des ennemis de la Jama’at, là où ils les ourdissent dans le monde.

Prions qu’Allah nous protège de toutes leurs méchancetés, ainsi que pour les musulmans en général. Certains groupes ou États musulmans sont en train de commettre des exactions au nom d’Allah et de Son Prophète : les musulmans sont en train de s’entre-tuer, et d’aucuns sont en train de les massacrer, de les détruire. Prier pour ces musulmans est un devoir qui nous incombe, car ces groupes sont en train de commettre ces cruautés au nom d’Allah et de notre Maître, le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). D’ailleurs, c’est en raison de ces mêmes exactions que l’image de l’islam et du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) est en train d’être terni dans le monde non-musulman. Ce sont autant d’attaques qui meurtrissent le cœur des ahmadis.

Nous devons donc implorer Dieu en ce sens. Ceux qui sont réunis, ces jours-ci, dans le hameau du Messie Promis (a.s.) — l’amoureux parfait du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) — doivent, individuellement et collectivement, beaucoup prier avec ces objectifs en tête. Il faudra prier pour l’accomplissement des buts de l’avènement du Messie Promis (a.s.) qui sont notamment la direction des musulmans, faire connaître aux non-musulmans la réalité et la supériorité de l’islam, les réunir sous la bannière de l’islam et du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.), et leur insuffler la croyance en l’unicité divine.

Il faudra aussi prier pour le monde en général : qu’Allah accorde le discernement à toute l’humanité afin qu’elle évite de sombrer dans le gouffre de la destruction. Le monde a aujourd’hui grandement besoin des supplications des disciples du Messie Promis (a.s.).

Je conseille à ceux qui participent à la Jalsa de Qadian en particulier, et aux membres de la Jama’at en général, de prier qu’Allah accorde discernement à l’humanité et à la Oummah (au peuple) de l’islam, afin qu’ils comprennent qu’ils n’auront aucun salut sans accepter celui qu’Allah a envoyé. Qu’ils comprennent ce point en entrant dans la nouvelle année ! Qu’Allah fasse qu’ils comprennent tout cela.

Le Messie Promis (a.s.) a évoqué, à maintes reprises dans ses nombreux écrits, le sujet de la prière. Il nous explique sa réalité, ses conditions à respecter, les exigences de son exaucement. La prière est, selon lui, la solution à tout problème. Il s’est appesanti sur ce sujet, nous conseillant d’y porter une attention particulière. Je vous présente quelques-uns de ses écrits à ce propos. Il nous explique ici-bas le principe fondamental favorisant l’exaucement de la prière.

« Aucune supplication ne sera agréée, sans avoir, au préalable, purifié ton cœur. Si tu nourris, pour une raison terrestre, de la rancune à l’endroit de quelqu’un, ta prière ne sera point exaucée. N’oublie jamais ce point et n’éprouve aucune hostilité à l’endroit d’untel pour des raisons temporelles. Pourquoi accorder tant d’importance à ce monde et ces affaires au point de ressentir de l’antipathie pour autrui ? »

Afin de favoriser l’acceptation de ses supplications, il faut oublier rancunes ou amertumes personnelles et implorer le pardon divin, les yeux en larmes, et solliciter l’aide de Dieu afin qu’on ait le cœur pur à l’avenir. Les campagnes menées par les adversaires de l’Ahmadiyya ont pris de l’ampleur : face à ce constat nous devons nous unir en présence de Dieu dans nos prières.

Allah accorde Son soutien à celui qui L’implore au comble de la détresse. C’est un principe qu’il ne faut pas oublier ou négliger. Le Messie Promis (a.s.) déclare à ce propos : « D’aucuns écoutent des conseils d’une oreille pour les faire sortir par l’autre : ils ne pénètrent pas dans leurs cœurs. En effet, aucune recommandation n’a d’effet sur eux ; mais rappelez-vous que Dieu est Indépendant. Il ne se soucie pas [des supplications] tant qu’on ne L’implore pas constamment tout en étant animé d’une intense sensation de détresse. Grand sera votre désarroi si votre épouse ou votre enfant tombe malade ou si vous êtes frappés d’un énorme malheur. La prière est un exercice inefficace et futile si elle n’est pas accompagnée d’émoi sincère et de détresse. »

Se débarrasser le cœur de toute animosité est une autre condition pour l’exaucement de la prière tout comme il l’avait expliqué au préalable.

Le Messie Promis (a.s.) explique ensuite : « Le désarroi est une condition nécessaire à son exaucement ; c’est ce qu’affirme le verset suivant :

أَمَّنْ يُجِيبُ الْمُضْطَرَّ إِذَا دَعَاهُ وَيَكْشِفُ السُّوءَ

« …Qui répond à l’appel de celui qui est en détresse lorsqu’il L’invoque, et Qui enlève le mal ? »

La détresse est donc essentielle lorsqu’on prie et l’on doit être convaincu qu’Allah l’Exalté accorde Son soutien lorsqu’on traverse ces situations : Il écoute les suppliques et Il aide Ses serviteurs. Je m’adresse aux ahmadis réunis à Qadian et qui profitent de l’atmosphère spirituelle spéciale qui règne dans la ville du Messie Promis (a.s.). Ceux de l’extérieur y séjourneront pendant quelques jours. Ils doivent [tous] engendrer dans leurs Salats et leurs prières surérogatoires cet état de détresse. Je souhaite aussi interpeller la Jama’at en général à ce propos et ceux qui sont à Qadian en particulier : dans leurs va-et-vient, au lieu de parler de tout et de rien, ils doivent consacrer plus de temps aux supplications et au souvenir de Dieu. Il faudra se prosterner devant Allah en étant animé de détresse afin qu’Allah améliore de par Sa grâce la situation de ces ahmadis qui sont en difficulté et qu’Il fasse échouer les complots des ennemis.

Evoquant le thème de la détresse et de la réalité de la prière, le Messie Promis (a.s.) déclare : « Ne croyez point que la prière n’est que la répétition de quelques paroles. La supplication exige une mort après quoi l’on acquiert la vie. Selon un couplet en langue pendjabi, le mendiant passe par la mort. Il perd tout, il annihile son ego avant de faire sa requête. Quand le demandeur présente ainsi sa requête devant Dieu, ses prières sont exaucées.

« Les supplications possèdent un effet magnétique, » explique le Messie Promis (a.s.), « elles attirent les faveurs divines. »

Il souligne aussi l’importance de la prière et des Nawafil et la méthode pour attirer les faveurs d’Allah en ces termes : « Celui qui implore Dieu en toute humilité et en pleurs et qui honore Ses commandements et limites… »

C’est là une condition très importante : il s’agit de respecter les limites et les injonctions prescrites par Allah dans le Coran, ainsi que celles du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). Il faudra honorer tous les commandements divins et n’en mépriser aucun. « Leur gloire doit engendrer la crainte et favoriser la réforme. »

L’on doit aussi être certain que l’on s’attirera le courroux divin si l’on désobéit à Ses commandements.

« Celui qui se réforme en respectant ces conditions profitera certainement des faveurs divines, » dit le Messie Promis (a.s.). « Notre Jama’at se doit d’observer le Tahajjud (la prière surérogatoire nocturne). Quiconque ne peut en observer davantage doit faire un minimum de deux rak’at (unités de prière), car il aura ainsi l’occasion de faire quelques supplications. Les supplications faites à cette heure-là ont un cachet très spécial, car elles sont offertes avec une douleur et un zèle véritables. À moins que l’on soit mû par une douleur particulière et une agonie sincère, comment pourra-t-on se réveiller de son sommeil confortable ? Se réveiller à cette heure-là génère une peine réelle, ce qui crée une condition de dévotion et de détresse, qui à son tour devient le moyen d’acceptation des supplications. »

Ainsi donc, la prière de Tahajjud génère cette détresse et cette angoisse. Allah déclare qu’Il exauce la prière de celui qui est en détresse : l’on passera par cet état lorsqu’on sacrifiera son confort pour rendre culte à Dieu.

Le Messie Promis (a.s.) déclare : « Or, celui qui est négligent et ne se réveille pas manque évidemment de douleur et d’angoisse, car le sommeil dissipe la tristesse. Cependant, celui qui se réveille, ressent certainement une douleur qui suscite son réveil. »

Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « Il est une autre pratique que doit adopter notre Jama’at : éviter de tenir des propos déplacés. » C’est-à-dire ne pas blesser quiconque. C’est un conseil que l’on doit respecter en particulier lors de la Jalsa ; il faut consacrer plus de temps au souvenir d’Allah.

Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « La langue est le seuil de l’être : en la purifiant on y invite, dirait-on, la personne de Dieu. » La langue sert de porte principale [à la personne]. « Quand Allah Se présente au seuil, il n’est point étonnant qu’Il pénètre dans l’être. Ne négligez pas, sciemment, vos devoirs envers Dieu et envers Ses créatures. Celui qui priera, en respectant ces deux conditions, ou en d’autres termes, celui à qui il est accordé la possibilité de prier, méritera, j’en suis certain, les faveurs divines ; et il sera sauvé. Il n’est point interdit d’avoir recours aux moyens apparents et à la purification. Or, avant de placer sa confiance en Dieu, il faudra au préalable attacher son chameau, comme le préconise un dicton persan. Il faudra respecter cette condition, tout comme nous l’apprend la prière Iyyaka Na’boudou wa Iyyaka Nasta’in. Or, la purification véritable doit respecter la condition énoncée dans le verset : قَدْ أَفْلَحَ مَنْ تَزَكَّى

Notamment, chacun doit se réformer : or celui qui n’abandonnera pas ses prières et l’istighfar (le repentir), et qui ne commettra pas des péchés sciemment méritera les faveurs divines. »

Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « Le péché est un poison qui détruit l’homme et qui attire Son courroux. La crainte et l’amour divin sont les seuls moyens permettant de chasser le péché. »

Il faut ressentir la crainte de Dieu et Son amour et être conscient qu’Il nous regarde à tout instant : ceci permettra d’éviter le péché.

Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « Ne brisez pas la chaîne de la prière et accomplissez le repentir et l’istighfar. La prière est avantageuse lorsque le cœur se fond devant la personne de Dieu, lorsqu’on ne voit aucune issue hormis Dieu. Celui qui court dans la direction de Dieu, le cœur en émoi et cherchant la paix, sera sauvé en fin de compte. »

Le Messie Promis (a.s.) nous explique la supplication réelle. Il dit : « Il est deux types de prières : l’une est générale. L’autre pousse la supplication à son apogée — voilà la prière réelle, à savoir, qu’il faudra pousser ses supplications à leur apogée. Il faudra faire naître en soi le désarroi. »

Le Messie Promis (a.s.) déclare : « Il faudra implorer Dieu, même quand on n’est pas en difficulté, car on ignore l’intention de Dieu et ce qui aura lieu le lendemain. Priez en avance afin que vous soyez à l’abri. Des fois, les malheurs frappent avant même que l’on ait eu l’occasion de prier. Ainsi, si l’on a en réserve des supplications, elles serviront lorsque frappera le malheur. »

Le Messie Promis (a.s.) nous explique ensuite que le Coran débute et se termine par la prière.

Il dit : « Dieu a entamé le Coran par une invocation et l’a terminé par une autre (Les sourates Al-Fatihah et An-Nas sont toutes deux des prières). Cela signifie que sans la grâce divine, l’homme ne pourra pas se purifier l’âme. Tant que l’on ne jouit pas du soutien et de l’aide divins, l’on ne pourra avancer dans l’accomplissement de bonnes œuvres. Selon un hadith, tous les hommes sont morts à l’exception de ceux à qui Dieu accorde la vie ; tous sont égarés à l’exception de ceux qui sont guidés par Dieu ; tous sont aveugles à l’exception de ceux à qui Il accorde la vision. Sans la grâce divine, l’on ne cessera de porter le joug de l’amour de ce monde : le récipiendaire des faveurs divines s’en trouvera, quant à lui, libéré. Or, sachez que les faveurs divines dépendent elles aussi des supplications. »

En décrivant les qualités des croyants, le Messie Promis (a.s.) de dire : « Le Coran déclare :

قَدْ أَفْلَحَ الْمُؤْمِنُونَ

الَّذِينَ هُمْ فِي صَلَاتِهِمْ خَاشِعُونَ

C’est-à-dire, quand le cœur du Croyant se fond lors de ses supplications, qu’il se prosterne sur le seuil divin en toute sincérité, qu’il se perd en Dieu, qu’il se débarrasse de toutes ses pensées et qu’il implore Son soutien et Ses faveurs, faisant naître en lui émoi et contrition, la porte du salut s’ouvre à lui. »

En d’autres termes, lorsqu’on fait naître en soi cet état de détresse et d’émoi, quand on pleure et que le cœur est adouci, la porte du salut s’ouvre. C’est le croyant faisant montre de contrition qui méritera le salut. Il se prosterne devant Dieu avec grande humilité et passe par la détresse.

Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « Le croyant refroidit par cette action son amour pour ce monde, car ces deux amours ne peuvent coexister au même endroit. Selon un couplet persan « vouloir Dieu et ce monde infâme est vaine sottise, chimère et folie ». Quand on désire Dieu, l’on acquiert sans nul doute le monde. Or, l’on n’acquiert point Dieu en convoitant le monde. Il faudra conformer ses intentions et ses désirs en accord avec le plaisir d’Allah, et alors les prières seront exaucées. En expliquant ce thème, le Messie Promis (a.s.) déclare : « Il faudra se perdre en Allah, abandonner ses intentions et ses désirs et respecter uniquement les commandements d’Allah, afin que l’on soit source de grâce pour ses enfants, sa femme, ses proches et pour moi. »

Le Messie Promis (a.s.) souhaite que nous soyons source de grâce pour sa personne. Cela aura lieu lorsqu’on abandonnera tous nos désirs et que nous nous tournerons uniquement vers Allah.

Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « N’offrez point l’occasion aux adversaires de me critiquer. Allah déclare :

فَمِنْهُمْ ظَالِمٌ لِنَفْسِهِ وَمِنْهُمْ مُقْتَصِدٌ وَمِنْهُمْ سَابِقٌ بِالْخَيْرَاتِ

« Et parmi eux il y a ceux qui sont cruels envers eux-mêmes (en vue de promouvoir davantage de bonnes œuvres), et il y a ceux qui restent sur le droit chemin, et parmi eux il y a ceux qui surpassent (les autres) en œuvres de bonté par la volonté d’Allah. »

Le Messie Promis (a.s.) d’ajouter : « Les deux premiers stades sont inférieurs : il faut se surpasser les uns les autres dans la vertu. Stagner à une étape n’est pas bon signe. L’eau qui stagne est insalubre : en raison de la boue, elle devient nauséabonde et saumâtre. L’eau qui coule est toujours propre et désaltérante : même s’il y a de la boue en dessous, celle-ci n’a aucun effet sur elle. De même, l’homme ne doit pas stagner : c’est une situation dangereuse. Il faudra toujours avancer et progresser dans l’accomplissement de bonnes œuvres, sinon l’on ne profitera pas du soutien divin ; l’on sera sans lumière et en conséquence, souvent l’on deviendra apostat et le cœur aveugle. »

Afin de favoriser l’exaucement des prières, il est donc essentiel de progresser quotidiennement dans l’accomplissement de bonnes œuvres. Tout comme l’explique le Messie Promis (a.s.), il ne faut pas stagner ; il faut avancer quotidiennement à l’instar d’une eau courante. Le Messie Promis (a.s.) explique : « Allah accorde Son soutien à celui qui ne cesse d’avancer dans la voie de la vertu et qui ne s’arrête pas quelque part. Voilà [un individu parmi] ceux qui connaîtront une bonne fin. Certains, j’ai constaté, sont animés d’un grand enthousiasme, de grandes émotions et d’une grande contrition, mais ils s’arrêtent après avoir fait quelques pas. Ceux-là ne connaissent pas une bonne fin. Allah nous enseigne la prière suivante dans le Coran : « Réforme pour moi ma femme et mes enfants. » Tout en se réformant et en priant pour soi-même, il faudra aussi prier pour sa femme et ses enfants, car ceux-ci sont souvent sources d’épreuves. Adam passa par sa première épreuve en raison de sa femme. Balam, qui avait cru en Moise, chuta en raison de sa femme selon la Torah. Le roi avait attisé la convoitise de cette dernière en lui offrant des bijoux et l’incita à encourager Balam à maudire Moise. Ainsi, l’homme est frappé d’infortunes et de malheurs en raison de sa femme et de ses enfants, d’où l’importance de les réformer et de prier constamment pour eux. »

Ainsi, le croyant ne doit pas se limiter à prier pour sa personne et à avancer seul dans l’accomplissement de bonnes œuvres. Tout en encourageant la prochaine génération à marcher sur la voie de la vertu, il est aussi essentiel de prier pour elle en ce sens.

Le Messie Promis (a.s.) relate : « On raconte qu’un ami d’Allah voyageait dans un navire qui manqua de couler en raison d’une tempête en pleine mer. L’embarcation fut sauvée en raison de ses supplications. Il reçut la révélation que Dieu avait sauvé tous les passagers à cause de lui. Or, l’on n’atteint point ce stade par de vains propos : de grands efforts sont nécessaires pour ce faire. Je vous conseille de vous évertuer à être de bons exemples. Tant que vous ne menez pas une vie angélique, comment pourra-t-on dire que vous vous êtes purifiés ? Les anges, quant à eux, accomplissent ce qu’ils ont reçu l’ordre de faire. Vous devriez conformer votre conduite aux conseils que vous prodiguez aux autres. »

Le Messie Promis (a.s.) nous conseille ceci concernant la prière : « Béni soit le prisonnier qui prie sans se lasser, car un jour il recouvra la liberté. Béni soit l’aveugle qui prie sans se lasser, car un jour il recouvra la vue. Bénis soient ceux implorant l’aide divine au fond de leurs tombes, car un jour ils en seront extirpés. »

Ensuite en attirant notre attention, il déclara : « Que soient bénis ceux parmi vous qui prient sans jamais se fatiguer et sans montrer une quelconque paresse, dont l’âme fond pour les supplications, et dont les yeux versent des larmes, dont le cœur est animé d’un feu brûlant les amenant dans des habitations abandonnées ou des forêts désertes pour y obtenir le plaisir de la solitude. Ces supplications vous rendent anxieux et passionnés dans la recherche de Sa grâce. » (Ces supplications attireront insha Allah les grâces divines.) « Le Dieu vers lequel je vous invite est très généreux, miséricordieux, pudique, véridique, fidèle ; Il a pitié des gens humbles. Faites preuve de fidélité, et faites des supplications avec vérité et dévouement afin qu’Il fasse preuve de miséricorde à votre égard. Ecartez-vous des fanfaronnades de ce monde, et ne dépeignez pas vos querelles personnelles sur la religion.

Acceptez la défaite pour l’amour de Dieu, afin que vous puissiez obtenir de grandes victoires. Dieu montrera des miracles à ceux qui font des supplications, et leur offrira des bénédictions spéciales. Les supplications proviennent de Dieu et partent vers Lui. A travers les supplications, Dieu devient aussi proche de vous que l’est votre âme. Comme première récompense des supplications, l’homme voit des changements purs se produire en lui. Ensuite en voyant ces changements, Dieu aussi apporte des modifications dans la manifestation de Ses attributs. Or Ses attributs restent inchangés, mais pour une personne qui produit des changements purs en lui, Il se manifeste différemment, une manifestation que le monde ignore… » (Les attributs de Dieu restent inchangés, mais lorsque l’homme fait des changements purs en lui ces attributs se manifestent de façon différente pour lui).  Le Messie Promisas continue : « …comme s’il s’agissait d’un autre Dieu, tandis qu’Il est le même. Mais il y a une nouvelle manifestation, d’une couleur différente, qui se manifeste à la personne. Ainsi par cette manifestation spéciale Dieu accomplit les œuvres de celui qui produit des changements purs en lui-même, et Il ne le fait pas pour autrui. C’est là le miracle. »

En attirant l’attention sur les prières, les supplications, et les bonnes œuvres, et sur le fait de servir d’exemples, le Messie Promis (a.s.) a déclaré aux membres de sa Jama’at : « Les membres de ma Jama’at doivent servir d’exemples. Injuste est celui qui après avoir fait la Bai’ah vit la même vie impure qu’il vivait jadis et qui, se disant membre de ma Jama’at, sert de mauvais exemple et qui est faible dans ses œuvres et dans sa croyance. Il est injuste, car il ternit l’image de toute la Jama’at et fait de moi la cible des critiques. Les gens détestent les mauvais exemples ; les bons exemples les attirent. » Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « Le passé et le présent de l’homme ne doivent pas être semblables. » (Il a cité des exemples à ce sujet). « La personne dont le passé et le présent sont semblables en termes de piété est en perte. Si une personne croit en Dieu, et a une ferme croyance en Lui, elle ne sera jamais menée à sa perte ; au contraire, pour cette seule personne des centaines de milliers de vies peuvent être sauvées. » Un exemple est donné de cet ami d’Allah qui était à bord d’un navire, et grâce à lui les autres furent eux aussi sauvés. Tel est donc le sens de l’honneur ressenti par Allah à l’égard de Ses serviteurs.

Le Messie Promis (a.s.) déclare : « Nos armes sont les supplications. C’est pour cette raison qu’il faut s’y consacrer. » Il ajoute : « Au sujet du Messie, il n’est écrit nul part qu’il brandira l’épée, ni qu’il mènera des guerres. Il est dit que le souffle du Messie détruira les mécréants, c’est-à-dire qu’il fera tout à travers les supplications. » Il a ajouté : « Tous ces objectifs que nous souhaitons atteindre, seront atteints uniquement à l’aide des supplications. Les prières sont très puissantes. » Ensuite le Messie Promis (a.s.) ajoute : « Un jour un roi sortit à la conquête d’un pays. Sur la route, un mendiant attrapa la lanière de son cheval et le déconseilla d’avancer, sous peine de l’affronter. Le roi fut surpris et lui demanda : « Tu es un mendiant sans biens ; comment me combattras-tu ? » Le mendiant répondit : « Je te combattrai armé des prières du matin. » (C’est à dire à l’aide des prières de Tahajjud et ses supplications) Le roi répondit : « Je ne peux lutter contre cela ! » et sur ce il rebroussa chemin.

Le Messie Promis (a.s.) déclare : « Telle est la puissance des prières.  Dieu a mis beaucoup de pouvoir dans les invocations. Dieu le Très-Haut m’a informé à maintes reprises par des révélations que tout ce qui sera accompli, le sera grâce aux supplications. Mes seules armes sont les suppliques ; je ne possède aucune autre arme. Tout ce que je demande secrètement, Allah l’Exalté le concrétise. Dans les précédentes époques des prophètes, les opposants étaient punis aussi des mains des prophètes, c’est-à-dire à travers des guerres. Mais Dieu sait que nous sommes faibles, et pour cette raison Il a Lui-même pris en main toutes nos affaires. Il n’y a que cette voie maintenant pour l’islam. Les mollahs et les philosophes incultes ne comprennent pas cela. Si la voie du combat nous était ouverte nous aurions obtenu tous les biens requis pour le mener. Ainsi donc, lorsque nos supplications atteindront un certain degré, les imposteurs se détruiront d’eux-mêmes. »

Il a mentionné un point qu’il est essentiel de comprendre. Lorsque nos suppliques atteindront un certain niveau, lorsqu’elles atteindront le degré voulu par Allah le Très-Haut, les imposteurs connaitront leur fin automatiquement. Tous les opposants de son époque ont été humiliés devant lui (le Messie Promis) ; aujourd’hui nous pouvons également obtenir la victoire sur l’ennemi à l’aide de ces supplications, et nous devons donc faire des efforts dans ce sens.

Le Messie Promis (a.s.) déclare : « A mes yeux, il n’y a de meilleures armes que les supplications. Bénie soit la personne qui comprend que c’est à travers cette voie que Dieu souhaite faire progresser la religion. »

Nous devons donc utiliser les mêmes armes qu’Allah a accordées au Messie Promis (a.s.) pour le progrès de la religion. Ce sont ces armes qui nous sortiront des difficultés incha Allah, et qui détruiront les ennemis. Il faut que chaque Ahmadi soit attentif à cet égard. Pour finir, je vais présenter une prière du Messie Promis (a.s.) qu’il a faite pour la communauté musulmane. Il l’a faite pour nos frères musulmans qui n’appartiennent pas à notre communauté, il l’a aussi faite plus généralement pour les autres. Le Messie Promis (a.s.) déclare :

ربِّ يا ربّ، اسْمعْ دعائي في قومي، وتضرّعي في إخوتي. إنّي أتوسّل إليك بنبيّك خاتم النبيّين، وشفيعٍ ومشفَّعٍ للمذنبين. ربِّ أَخرِجْهم من الظلمات إلى نورك، ومِن بيداء البُعْدِ إلى حضورك. ربِّ ارْحمْ على الذين يلعنون عليّ، واحفَظْ مِن تَبِّك قومًا يقطعون يديّ، وأَدخِلْ هداك في جِذْرِ قلوبهم، واعفُ عن خطيئاتهم وذنوبهم، واغفِرْ لهم وعافِهم، ووادِعْهم وصافِهم، وأَعْطِهم عيونًا يبصرون بها، وآذانًا يسمعون بها، وقلوبًا يفقهون بها، وأنوارًا يعرفون بها، وارْحمْ عليهم، واعفُ عما يقولون، فإنهم قوم لا يعلمون. ربِّ بوجهِ المصطفى ودرجتِه العليا، والقائمين في آناء الليل والغازين في ضوء الضحى، وركابٍ لك تعُدُّوا السُّرى، ورحالٍ تُشَدُّ إلى أمِّ القرى، أَصْلِحْ بيننا وبين إخواننا، وافتَحْ أبصارهم، ونَوِّرْ قلوبهم، وفَهِّمْهم ما فهّمتَني، وعَلِّمْهم طرق التقوى، واعْفُ عما مضى. وآخر دعوانا أن الحمد لله ربّ السماوات العُلى. (التبليغ)

 « O mon Seigneur, accepte mes supplications en faveur de mon peuple, et entend mes pleurs à l’endroit de mes frères, je te le demande pour l’amour de Ton Prophète, qui est le Sceau des Prophètes, l’intercesseur des pécheurs, et dont l’intercession sera acceptée.

O mon Seigneur fais-les sortir des ténèbres et mène-les vers la Lumière, et rapproche-les de Toi. O mon Seigneur, aie pitié de ceux qui me maudissent et qui veulent m’anéantir. Sauve ce peuple de la destruction, et fais pénétrer Ta direction dans leur cœur ; ne leur tiens pas rigueur de leurs erreurs et de leurs péchés, et pardonne-leur, efface leurs péchés, réforme-les, purifie-les, accorde-leur des yeux qui leur permettent de voir, accorde-leur des oreilles qui leur permettent d’entendre, offre-leur de tels cœurs et dispense-leur de telles facultés qui leur permettent de comprendre ; aie pitié d’eux, et ne leur tiens pas rigueur de ce qu’ils disent car c’est un peuple ignorant.

O mon Seigneur, pour l’amour de Mohammad le Choisi (s.a.w.), au nom de son rang élevé, et pour l’amour de ceux qui restaient debout en prière la nuit et combattaient au matin, et au nom des galops nocturnes rapides, et au nom de ces expéditions en direction de la mère des villes, fais-en sorte que nos frères puissent se réconcilier avec nous, permet-leur de voir,  éclaire leurs coeurs, et fais-leur comprendre tout ce que tu m’as fait comprendre ; enseigne-leur les moyens d’atteindre la Taqwa (la crainte de Dieu), et ne leur tiens pas rigueur de ce qu’ils ont fait dans le passé ; et ma dernière proclamation est que toutes les louanges appartiennent à Allah, le Seigneur des hauts cieux. »

Qu’Allah permette à la communauté musulmane d’ouvrir ses yeux, et qu’elle mette fin à son hostilité envers l’envoyé d’Allah le très-Haut ; et que ces musulmans deviennent ses disciples et aides.

Qu’Allah nous permette également de faire des supplications en bonne et due forme. Les participants à la Jalsa de Qadian doivent particulièrement mettre l’emphase sur les prières. Que cette participation à cette Jalsa fasse naître un esprit de réforme en eux. Qu’Allah fasse que nous agissions tous de cette façon !


(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication du texte de ce sermon)