adn humain

Les bébés humains sont conçus par un processus bien établi. Parfois la naissance est de nature plus rare, comme celle des jumeaux identiques, des triplets, quadruplets etc. Mais il existe d’autres processus, communs dans le règne animal mais rarissimes chez l’être humain : il s’agit de l’hermaphrodisme et de la parthénogenèse. Dans le premier cas de figure, les deux sexes sont présents et fonctionnels chez l’individu, qui n’a donc pas besoin d’un partenaire mâle pour se reproduire. Le deuxième est un moyen de reproduction asexuée, tellement rare qu’on l’appelle souvent un accident de procréation. Dans ce cas-ci, encore une fois, la présence d’un partenaire du sexe mâle n’est pas requise.

Lorsque nous considérons le cas de Marie, la mère de Jésus, nous acceptons en tant que musulmans, comme le font les chrétiens, que Marie a conçu Jésus sans l’entremise d’un homme. Or, les lois de la nature ont été créées par Dieu Lui-même, et on ne peut Lui attribuer des actions qui brisent Ses propres lois, ces lois qui sont étudiées et explicitées par la science moderne. Force nous est donc de classifier cette conception dans soit la catégorie de l’hermaphrodisme soit dans celle de la parthénogenèse.

Or le Saint Coran, le livre sacré de l’islam, nous enseigne que Marie, tout en étant une fille, était différente des filles normales. En effet, au verset 37 du chapitre 3, nous lisons que lorsque Anne, la mère de Marie, dit : « Seigneur, j’ai mis au monde une fille ! » Dieu fait le commentaire suivant : « Dieu savait mieux qu’elle se qu’elle avait mis au monde. »

C’est dire que Marie, tout en ayant l’apparence d’une fille, possédait néanmoins des caractéristiques cachées qui la distinguaient des filles ordinaires, des caractéristiques que seul Dieu connaissait.

Toute conception a lieu selon un commandement divin ; rien n’échappe au contrôle de Dieu. La conception et la naissance de Jésus n’y faisaient pas exception.

Le problème est que lorsque les gens, ignorant les vérités scientifiques, se mettent à expliquer le difficilement explicable par des histoires miraculeuses et magiques, ils tombent vite dans la superstition et l’idolâtrie. C’est ainsi que plusieurs hommes saints ont été déifiés pour avoir eu une naissance sans l’entremise d’une mâle : Jésus au Moyen-Orient, Krishna et Rama en Inde, et bien d’autres encore selon les traditions romaines, grecques, chinoises, et aztèques, pour ne mentionner que celles-là. En Afrique aussi, les histoires de naissances par le mariage d’un dieu et d’une femme humaine abondent.

Mais le verdict de la Parole de Dieu est clair : ces saints hommes, nés sans père, ne sont pas Dieu pour autant. Car, contrairement aux hommes qui changent, Dieu, Lui, ne change jamais :

Malachie 3 : 6 :

« Car je suis l'Eternel, je ne change pas… »

Donc, si quelqu’un change, il ne peut être Dieu.

Le développement de l’esprit humain, de la civilisation, de la médecine et de la culture ne peut se faire en conjonction avec des idées superstitieuses. Nous, de la Communauté Islamique Ahmadiyya, lançons donc un appel à tous et à toutes de faire usage de la raison et de la logique au lieu de la superstition pour expliquer les phénomènes se rapportant à la vie religieuse. L’on peut aimer Jésus ou Krishna ou Rama – et que la paix soit avec eux ! – de tout son cœur et les suivre parfaitement sans avoir à contredire la science en leur faisant devenir le Dieu Qui a créé l’univers.

Si ce message vous a touché, ou s’il vous a ouvert les yeux et vous a fait réfléchir, nous aimerions recevoir vos commentaires. Veuillez contacter ici.