2018 09 08 Jalsa DE Guests Address 003

Le samedi 8 septembre 2018, Hazrat Mirza Masroor Ahmad (que Dieu lui accorde Son soutien), chef de la communauté musulmane Ahmadiyya internationale, a présenté un discours historique sur la crise mondiale de l’immigration et la montée de l’extrême droite dans le monde occidental devant plus de 1 000 dignitaires et invités. C’était le deuxième jour de la 43e Jalsa Salana (conférence annuelle) de la communauté musulmane Ahmadiyya en Allemagne. La traduction complète du discours prononcé par Sa Sainteté à cette occasion est présentée ci-dessous.

Sa Sainteté le cinquième Calife a déclaré :

« À tous les invités de marque,

Assalamou ‘alaikoum wa rahmatoullahi wa barakatouh – Que la paix, la miséricorde et les bénédictions d’Allah soient sur vous toutes et tous.

Récemment, ici en Allemagne et dans plusieurs autres pays occidentaux, l’extrême droite a pris de l’importance et a vu son nombre de membres augmenter. La cause fondamentale de cette tendance inquiétante est que les citoyens natifs de ces pays sont de plus en plus irrités et frustrés. Ils se sentent négligés et ont le sentiment que leurs leaders et gouvernements ne protègent pas leurs droits.

Indiscutablement, l’afflux d’immigrants dans de nombreux pays occidentaux au cours des dernières années a été un facteur important parmi ceux alimentant leur inquiétude. Cela a certainement été le cas ici en Allemagne, qui a accueilli beaucoup plus de réfugiés que tout autre pays européen ces derniers temps. En conséquence, de nombreux habitants locaux ont peur que leur société évolue au-delà de leur compréhension et ont le sentiment que les ressources de leur pays sont utilisées de manière disproportionnée en faveur des immigrants.

Or, bien que le terme véhiculé soit "immigré", le véritable problème pour la plupart des gens est "l’islam" et le fait que la grande majorité des immigrés en Europe soient des musulmans fuyant des pays déchirés par la guerre au Moyen-Orient. Ainsi, lorsque l’extrême droite et leurs partisans lancent des appels de ralliement contre l’immigration, leur cible réelle est l’islam et leur objectif est d’arrêter les musulmans d’entrer dans leurs nations. Ils jugent l’islam incompatible avec les valeurs occidentales, et s’efforcent de propager leur conviction que les musulmans ne parviennent pas à s’intégrer avec succès en Occident et qu’ils représentent une menace pour les autres citoyens.

En outre, de nombreux non-musulmans croient que l’islam est une religion d’extrémisme ; ils s’imaginent que les musulmans qui émigrent seront des extrémistes ou des fanatiques religieux qui empoisonneront la société, inciteront à la division et troubleront la paix et le bien-être de leur nation. En effet, ce sentiment d’alarme s’est répandu dans certaines régions du pays, notamment en Allemagne de l’Est. Cela a donné lieu à des mouvements et des campagnes pour interdire la construction de mosquées.

Nous, de la communauté musulmane Ahmadiyya, ne sommes pas à l’abri de cette opposition ; certains groupes ici en Allemagne ont mené une campagne active contre nous et se sont efforcés de nous empêcher de construire de nouvelles mosquées. Ils ont mené cette campagne contre nous, bien que notre devise soit « l’amour pour tous, la haine pour personne », et en dépit du fait que, pendant près de 130 ans, notre communauté a été à l’avant-garde de la promotion de la paix, la fraternité, l’amour et la compassion dans tous les coins du monde.

Notre histoire témoigne du fait que partout où nous avons construit des mosquées et partout où nous nous sommes établis, les craintes de la population locale se sont rapidement évaporées. Ceux qui nous avaient initialement soupçonnés sont rapidement devenus nos amis fidèles et nos supporters sincères. Partout dans le monde, nos voisins témoignent avec joie que les musulmans ahmadis sont des personnes qui favorisent la paix dans la société et qui ne diffusent qu’un message d’amour, de compassion et de sympathie humaine.

Cependant, en raison de l’état désastreux du monde musulman dans son ensemble, la communauté musulmane Ahmadiyya a dû, elle aussi, en subir les conséquences.

Les opposants à l’immigration massive ont également affirmé que les immigrés sont enclins à maltraiter ou à harceler sexuellement les femmes. Malheureusement, un rapport récent a suggéré qu’une forte proportion de viols ou de tentatives de viol dans un pays occidental a été commise par des immigrés. Dieu sait mieux si les chiffres sont exacts, mais lorsque de tels rapports sont rendus publics, cela affecte également d’autres pays ; et les préoccupations et les craintes des populations locales continuent de croître.

Un autre point sur lequel de nombreux partis et hommes politiques se sont concentrés est le fardeau fiscal nécessaire pour l’établissement des immigrants. Outre leurs frais de subsistance quotidiens, les coûts d’infrastructure résultant d’une immigration à grande échelle sont énormes ; le fardeau financier sur l’État est donc considérable et ce sont en définitive les contribuables qui les financent. Les personnes qui ont vécu et payé leurs impôts dans un pays ont raison de se demander s’il est juste que leurs contributions à l’État servent à l’établissement d’immigrants venus de l’étranger, plutôt qu’à des projets bénéficiant aux citoyens existants.

Je ne conteste pas qu’il s’agisse de questions valables et de véritables sujets de préoccupation ; et je reconnais que, si elles ne sont pas traitées avec sagesse, les tensions dans la société continueront de croître. De plus, la migration à grande échelle entraîne inévitablement des problèmes de sécurité. En effet, il a été démontré que certains immigrés cachés parmi les réfugiés authentiques sont susceptibles de causer de graves dommages. Par exemple, il y a quelques jours à peine, une femme réfugiée vivant en Allemagne, qui avait été kidnappée et maintenue comme esclave en Irak, a été interviewée ; elle a raconté à quel point elle avait été choquée et horrifiée de constater que son ravisseur, membre d’un groupe terroriste, vivait désormais, lui aussi, librement en Allemagne, sous prétexte de persécution. C’est une chose sur laquelle j’avais déjà mis en garde par le passé, à savoir que chaque cas devait être analysé avec soin pour éviter que des extrémistes ou des criminels se faisant passer pour des réfugiés ne puissent entrer. Quoi qu’il en soit, ces problèmes signifient que la crainte d’une immigration massive en provenance de pays musulmans est dans une certaine mesure justifiée.

Cependant, de l’autre côté, il est nécessaire pour une personne impartiale, intelligente et sage de regarder les deux côtés de l’histoire et de ne pas fonder son impression des musulmans et de l’islam sur des ouï-dire. Le fait que quelqu’un qualifie l’islam de religion d’extrémisme ou prétende que tous les musulmans sont des terroristes ne signifie pas que c’est vrai  ; il est essentiel d’évaluer les faits de manière rationnelle et objective avant de parvenir à une conclusion. Par conséquent, avant d’arriver à une conclusion définitive quant à la question de savoir si les enseignements de l’islam sont de nature extrémiste, vous devriez enquêter et voir ce qu’il en est réellement. Analysez, pour voir si les actes pervers de certains soi-disant musulmans sont réellement motivés par les enseignements de l’islam.

Demandez-vous si l’islam autorise vraiment l’extrémisme. Ou s’il prescrit des peines sévères à ceux qui propagent le désordre et la haine. L’islam permet-il aux musulmans de violer les lois du pays au nom de leur foi ? Quelles attentes l’islam place-t-il sur les musulmans en ce qui concerne leur comportement dans la société ? L’islam encourage-t-il les musulmans à peser sur l’État ? Ou les encourage-t-il à travailler dur, à être loyaux et à contribuer positivement à la société dans laquelle ils vivent ?

S’il est démontré que les musulmans qui font le mal sont motivés par leur religion, on pourra dire que les préoccupations de l’extrême droite sont justifiées. Mais qu’en sera-t-il si l’on découvre que leurs actions n’ont rien à voir avec l’islam, et que les groupes anti-islamiques propagent des mythes haineux fondés uniquement sur des fantasmes plutôt que sur des faits ? Dans le peu de temps disponible, je mentionnerai quelques points qui, je l’espère, aideront à répondre à certaines de ces questions et vous permettront de comprendre la véritable essence des enseignements islamiques.

Premièrement, un principe islamique fondamental est que lorsqu’un musulman aspire à vivre en paix, il doit également s’efforcer d’assurer la paix et la sécurité des autres. Or, les gens parlent souvent des guerres qui ont eu lieu au début de l’islam et suggèrent qu’elles prouvent que l’islam est une religion assoiffée de sang qui permet la force et la contrainte. Pourtant, en réalité, les premiers musulmans avaient subi treize années de persécution brutale et soutenue sans avoir recours à des représailles d’aucune sorte.

C’est seulement après cette longue période qu’Allah le Tout-Puissant leur a permis de se défendre : cette permission est mentionnée au chapitre 22, versets 40 à 41, du Saint Coran. Dans ces versets, Allah, le Tout-Puissant, a déclaré que ceux qui avaient été persécutés et chassés de chez eux avaient le droit de se défendre contre toute forme de cruauté et de toute nouvelle oppression. À noter que le Saint Coran déclare en outre que si les musulmans n’avaient pas défendu leur religion, les églises, les temples, les synagogues, les mosquées et tous les autres lieux de culte auraient alors tous été en danger. Ainsi, la permission a été accordée afin de protéger les droits de tous les peuples à vivre leur vie librement et conformément à leurs croyances.

Dans le chapitre 10, verset 100, du Coran, tout en S’adressant au Saint Prophète de l’islam (que la paix soit sur lui), Allah, le Tout-Puissant, dit que s’Il l’avait voulu, il aurait pu imposer Sa volonté et contraint tout le monde à accepter l’islam. Or, au lieu de cela, Allah le Tout-Puissant a préféré le libre arbitre. De même, au chapitre 18, verset 30, du Saint Coran, Allah déclare que les musulmans doivent prêcher ouvertement leur message et proclamer que l’islam est une religion véridique. Cependant, le Coran stipule également que chaque personne est libre de l’accepter ou de le refuser.

Le verset dit :

« Que celui qui veut, croie et que celui qui veut, ne croie pas. »

Dans le Saint Coran, Allah le Tout-Puissant mentionne également ces non-musulmans qui avaient admis que l’islam était une religion pacifique et bienveillante, mais ils avaient refusé de l’accepter car ils craignaient que s’engager sur un chemin de paix et de compassion risquât de porter atteinte à leurs intérêts matériels. Le chapitre 28, verset 58, du Saint Coran dit :

« Et ils disent : "Si nous devions suivre les directives avec toi, nous serions arrachés de notre terre". »

Voilà donc la vraie image de l’islam. Chaque musulman doit vivre en paix et contribuer à la société. Indiscutablement, les musulmans qui prétendent que le djihad veut dire attaquer les non-musulmans ou les convertir par la force ont tort. De telles croyances et attitudes n’ont rien à voir avec les enseignements de l’islam.

Une autre accusation portée contre l’islam, comme je l’ai déjà mentionné, concerne le traitement des femmes. Certains non-musulmans craignent que si les musulmans émigrent vers l’Occident, ils attaqueront et maltraiteront les femmes locales.

En effet, certains immigrants ont été coupables de tels crimes et leur conduite honteuse a perpétué les craintes et l’angoisse. Cela étant dit, permettez-moi de préciser de manière catégorique que tout musulman qui enfreint l’honneur d’une femme ou la maltraite de quelque manière que ce soit, agit en opposition totale aux enseignements de l’islam. L’Islam considère ce comportement comme un mal et a imposé des peines exceptionnellement sévères à ceux coupables de crimes vicieux et répréhensibles de ce genre.

Par exemple, l’islam déclare que si un musulman est coupable d’un tel crime, il devra être flagellé ouvertement, dans un lieu public. Ainsi, si vous souhaitez vraiment éliminer un tel comportement, faites en sorte que les hommes musulmans coupables de tels crimes odieux soient punis conformément à la loi islamique – alors que, et j’en suis sûr, les gouvernements occidentaux seront opposés à cette idée et que les défenseurs des droits de l’homme s’y opposeront certainement.

2018 09 08 Jalsa DE Guests Address 001
Hazrat Mirza Masroor Ahmad - Cinquième Calife de la Communauté Islamique Ahmadiyya.

Comme je l’ai dit plus tôt, une autre préoccupation majeure des citoyens actuels est que l’accueil des réfugiés est un énorme engagement financier de la part de l’État. À cet égard, aucun immigrant ne devrait entrer dans une autre nation avec le sentiment d’y avoir droit ; les immigrés devraient plutôt réfléchir à ce qu’ils pourront offrir à la société d’accueil. Je l’ai déjà dit maintes fois : les immigrants doivent se considérer redevables à la nation qui les a acceptés. Ils doivent exprimer leur gratitude à la fois au gouvernement et au public ; et la manière de rembourser cette faveur est de ne pas perdre son temps à chercher uniquement des avantages et des allocations de la part de l’État ; ils devraient plutôt chercher à contribuer à la société le plus rapidement possible. Ils devraient travailler dur et s’efforcer d’obtenir un emploi, même si le seul travail qu’ils peuvent obtenir est un travail de base. Cela leur permettra de conserver leur honneur et leur dignité personnels, et ce sera également un moyen d’alléger le fardeau qui pèse sur l’État et de dissiper les frustrations de la population locale.

En fait, tout musulman doit garder à l’esprit que le Saint Prophète de l’islam (paix soit sur lui) a déclaré que la main qui donne est supérieure à celle qui reçoit. À de nombreuses reprises, des gens ont cherché à aider ses compagnons, mais ces derniers ont refusé d’accepter leur aide et ont préféré gagner leur vie par le travail. Comme je l’ai dit, même si les réfugiés sont contraints de faire des travaux inférieurs ou des emplois de base pour lesquels ils se considèrent trop qualifiés, cela vaudra mieux pour eux que de rester inactifs et de s’attendre à ce que l’État réponde à tous leurs besoins. Sinon, les immigrés qui ne contribuent pas à la société seront la cause d’une agitation croissante au sein de la population. Par ailleurs, si les gouvernements accordent des avantages ou une aide financière aux immigrants, ils doivent veiller à ne pas négliger les besoins de la population locale. Dans certains pays, les immigrants ont bénéficié de meilleurs avantages que les citoyens contribuables, ce qui a provoqué une agitation publique.

Ces frustrations ne se dissipent pas d’elles-mêmes, et lorsqu’il y a frustration, il y a toujours une réaction. Par conséquent, chaque gouvernement devrait mettre en œuvre des politiques raisonnables et équitables tenant compte des droits et des exigences des citoyens et des immigrés. Les citoyens devraient bénéficier d’un traitement et d’avantages meilleurs.

Il y a quelques jours, il a été signalé que le gouvernement allemand envisageait une nouvelle politique selon laquelle les demandeurs d’asile seraient tenus d’effectuer un service communautaire d’un an après leur établissement en Allemagne. Certains critiques prétendent déjà qu’il s’agit simplement d’une forme de « main-d’œuvre bon marché » et que cela n’aidera pas le processus d’intégration. Cependant, à mon avis, toute personne qui sert sa communauté locale s’intègre à travers ce même service. En effet, le terme « service communautaire » est positif parce qu’il donne la conviction qu’il est du devoir de chaque personne de servir sa société et d’aider les membres de la communauté. Par conséquent, le gouvernement allemand mérite des éloges plutôt que des critiques pour cette politique.

Néanmoins, les responsabilités d’un gouvernement hôte ne se limitent pas à organiser un service communautaire ; au contraire, ils devraient également guider les immigrants de manière à ce qu’ils puissent commencer à contribuer le plus rapidement possible à la société. Si les immigrés n’ont pas les compétences nécessaires pour entrer sur le marché du travail, ils devraient bénéficier d’une formation ou d’un apprentissage permettant de les développer rapidement. Tous les coûts liés à cette formation constitueront un investissement précieux pour l’avenir de la nation.

En termes de sécurité, en cas de doute ou d’incertitude sur le caractère ou les antécédents de certains immigrés, les autorités ont intérêt à être vigilantes et les surveiller jusqu’à ce qu’elles soient convaincues qu’ils ne présentent aucun risque pour la société. Certains peuvent considérer cela comme une politique intrusive, mais protéger la société de tout danger et maintenir la paix et la sécurité de la nation sont des objectifs primordiaux pour tout gouvernement. S’il y a des immigrés qui viennent dans l’intention de répandre le mal ou de semer le désordre, ils contreviennent directement aux enseignements de l’islam. En effet, au chapitre 2, verset 192, du Coran, il est dit que s’il est vrai que le meurtre est un crime vraiment odieux, semer le désordre et provoquer la haine est un crime d’une ampleur encore plus grande.

Bien entendu, cela ne veut pas dire que tuer un individu est un crime mineur ou insignifiant. Cela signifie plutôt que les ramifications des actions qui alimentent les flammes du désordre dans la société sont encore plus grandes. En fin de compte, la provocation et l’incitation peuvent causer des dommages énormes à la société et conduire à des conflits et des guerres dans lesquels de nombreux innocents seront ciblés ou opprimés.

Le Saint Prophète Muhammad (pssl) a également déclaré qu’un vrai musulman est celui de la langue et de la main duquel tous les autres sont en sécurité.

Comment alors peut-on dire que l’islam est une religion qui favorise la violence ou le radicalisme ?

Comment peut-on dire que l’islam propage le désordre dans la société ?

Comment peut-on affirmer que l’islam cherche à violer l’honneur des femmes ?

Comment peut-on dire que l’islam autorise ses adeptes à usurper la propriété ou la richesse d’autrui ?

Quiconque est coupable de tels crimes – qu’il le justifie au nom de l’islam ou non – est très éloigné de ses enseignements et sera tenu pour responsable de ses atrocités. À tous égards, l’islam exige des musulmans qu’ils fassent preuve des plus hautes normes d’intégrité et de vertu. Par exemple, au chapitre 2, verset 189, du Saint Coran, Allah, le Tout-Puissant, a exhorté les musulmans à ne jamais acquérir des richesses ou des biens par la duperie. Les musulmans ont plutôt appris à être honnêtes et dignes de confiance et à défendre la vérité à tous égards.

De même, aux versets 2 à 4 du chapitre 83, on enseigne aux musulmans l’importance d’un comportement équitable dans le domaine des affaires et du commerce. Allah déclare :

« Malheur à ceux qui donnent courte mesure ! Ceux qui, lorsqu’ils prennent des autres, exigent la pleine mesure. Mais lorsqu’ils donnent aux autres par mesure ou pèsent pour eux, ils leur en donnent moins. ”

Ces versets indiquent que ceux qui exploitent autrui dans des transactions commerciales, cherchant des avantages injustes pour eux-mêmes au détriment des autres, sont maudits et seront finalement humiliés. La vérité est que l’islam protège la société de toutes formes de cruauté et d’injustice et défend la vie et les biens de tout un chacun. C’est donc une cause de profond regret et de chagrin que les gens continuent de faire de fausses allégations contre le personnage béni du Saint Prophète Muhammad (pssl), alors qu’il avait provoqué une révolution spirituelle et morale absolument unique dans la société. En effet, jamais dans l’histoire de l’humanité on n’a vu de tels exemples d’intégrité morale comme ceux qui ont été affichés par les premiers musulmans. Si ses compagnons se disputaient, ce n’était pas pour profiter l’un de l’autre ; il s’agissait plutôt de veiller à ce que les droits de l’autre partie soient réalisés.

Par exemple, une fois un compagnon du Saint Prophète Muhammad (pssl) est venu au marché pour vendre son cheval pour 200 dinars. Quand un autre compagnon du Saint Prophète (pssl) s’approcha pour l’acheter, il lui dit que 200 dinars était beaucoup trop bas et qu’un prix raisonnable serait de 500 dinars, déclarant qu’il ne souhaitait pas recevoir des dons caritatifs et qu’il désirait plutôt effectuer un achat licite et équitable ; et qu’il paierait donc 500 dinars.

Sur ce, le vendeur musulman a déclaré qu’il ne souhaitait pas non plus accepter de dons charitables et qu’il souhaitait faire une vente équitable. Il ne voulait donc que 200 dinars.

C’est ainsi que leur argument visait à protéger les droits de l’autre, malgré le coût personnel qui en résulterait.

Imaginez que tous les membres de la société soient capables de vivre et de défendre de telles valeurs… Combien magnifique la société sera-t-elle ! Une société dans laquelle chaque citoyen privilégie l’honnêteté et œuvre pour le bien commun.

En d’autres termes, une société islamique.

Si quelqu’un veut savoir ce que représente l’islam, il devrait se tourner vers de tels exemples de noblesse plutôt que des propos qui sèment faussement la division et l’intolérance en son nom. Certes, aujourd’hui, la nécessité du moment est que nous tous, musulmans ou non, nous arrêtions et réfléchissions aux conséquences de nos actes. Nous parlons avec fierté de la façon dont le monde est devenu un village mondial interconnecté et nous nous émerveillons de la rapidité des communications et des voyages.

Cependant, parallèlement à ces progrès, nous devrions nous rendre compte que nos responsabilités envers le monde ont également augmenté. Par rapport à la crise migratoire, partout où des personnes sont victimes de cruautés et de brutalités dans leur pays d’origine, il appartient à la communauté internationale de les aider. La priorité devrait être d’essayer de réconcilier les peuples de ces nations, de mettre fin aux guerres et d’instaurer une paix durable ; cependant, si cela n’est pas possible, nous avons le devoir moral d’ouvrir notre cœur à ceux qui souffrent vraiment.

La société ne devrait pas rejeter les véritables réfugiés qui souffrent sans aucune faute de leur part. La société ne doit pas laisser de côté des innocents qui veulent seulement avoir la possibilité de vivre en paix, qui veulent être de bons citoyens et qui respectent les lois du pays dans lequel ils vivent. Au lieu de cela, nous devrions être là pour aider ceux dont la vie a été brisée, qui ont été tourmentés et qui sont totalement impuissants, vulnérables et sans défense.

Prouvons notre humanité.

Montrons notre compassion.

Soyons là pour porter le fardeau de ceux qui en ont désespérément besoin.

Cela dit, les immigrés ont également de grandes responsabilités dans leurs nouveaux pays. Comme je l’ai dit, ils doivent chercher à contribuer à leur nouvelle société et s’efforcer de s’intégrer. Ils ne doivent pas s’isoler ou se couper de la communauté locale, mais doivent plutôt servir le pays adoptif et œuvrer pour son développement et ses progrès continus.

Ensemble, nous devons rechercher des moyens permettant à des personnes d’origines et de patrimoines différents de coexister harmonieusement.

Comme je l’ai dit, le monde ressemble maintenant à un village planétaire et nous ne vivons donc pas dans ces époques révolues où ce qui se passait dans un pays ne touchait que la communauté locale ou tout au plus les nations voisines. Nous vivons plutôt à une époque où une perturbation ou un conflit dans un pays quelconque a des ramifications et des conséquences pour le reste du monde. Ainsi, au lieu de nous craindre les uns les autres, nous devrions nous efforcer de résoudre les problèmes par un dialogue mutuel, dans un esprit de tolérance et de compassion.

Notre but et objectif ne devrait être rien de moins que d’établir la paix dans tout village, toute bourgade et toute ville de chaque pays dans le monde.

La communauté musulmane Ahmadiyya s’est toujours efforcée d’atteindre cet objectif et, à cette fin, nous diffusons ce que nous considérons être l’ingrédient clé de la paix, à savoir la ferme conviction que nous sommes tous la création de Dieu, le Tout-puissant, et qu’Il a créé les êtres humains afin qu’ils Le reconnaissent et qu’ils réalisent les droits les uns des autres.

Nous sommes certains que si l’humanité parvient à cette réalisation, une paix véritable et durable pourra prévaloir.

Malheureusement, pour l’instant nous assistons au contraire.

Plutôt que de se réunir et de rechercher la paix par le biais de l’existence du Dieu Tout-puissant, l’humanité est impliquée dans la recherche de la paix par les seuls moyens matériels.

Jour après jour, l’humanité s’éloigne davantage de la religion et de la spiritualité ; et les résultats en sont terrifiants.

Je suis fermement convaincu que la croyance en Dieu est le seul moyen de salut et le seul moyen d’instaurer une paix véritable tant au niveau national qu’international.

C’est pourquoi je souhaite et prie ardemment que le monde reconnaisse son Créateur et suive Ses véritables enseignements.

Je prie pour que les dirigeants d’aujourd’hui, au lieu de poursuivre des objectifs personnels ou politiques, respectent les droits de tous les peuples, sans distinction de caste, de croyance ou de couleur.

De tout mon cœur, je prie pour que le fossé qui sépare l’humanité du Tout-Puissant Dieu soit éliminé et que nous en venions à voir de nos propres yeux la vraie paix dans le monde entier.

Je vous remercie tous beaucoup. Merci encore. »