La construction des mosquées : la priorité de la Communauté Islamique Ahmadiyya - sermon du 17-05-2013

Imprimer

Sa Sainteté le Calife a prononcé son sermon du 17 mai 2013 à Vancouver au Canada dans le cadre de l’ouverture de la mosquée Baitur-Rahman. Il a cité le verset suivant au début de son sermon :

إِنَّمَا يَعْمُرُ مَسَاجِدَ اللَّهِ مَنْ آَمَنَ بِاللَّهِ وَالْيَوْمِ الْآَخِرِ وَأَقَامَ الصَّلَاةَ وَآَتَى الزَّكَاةَ وَلَمْ يَخْشَ إِلَّا اللَّهَ فَعَسَى أُولَئِكَ أَنْ يَكُونُوا مِنَ الْمُهْتَدِينَ

Assurément, celui-là seul est digne de maintenir les mosquées d’Allāh qui croit en Allāh et au Jour Dernier, et observe la Prière, et paie la Zakāt, et qui ne craint nul autre qu’Allāh. Voilà donc ceux qui ont bien plus de chances d’être comptés parmi les bien-guidés. (Le Saint Coran, chapitre 9, verset 18)

La djma’at Islamique Ahmadiyya de la Colombie-Britannique a pu bâtir sa mosquée par la grâce d’Allah. Quoique certaines familles ahmadies résident ici depuis 40 voire 50 ans, ce n’est qu’aujourd’hui que vous avez eu votre mosquée. Un centre et une salle de prières existaient déjà et ils satisfaisaient, dans une certaine mesure, vos besoins communautaires. Et c’était peut-être la raison pour laquelle vous n’aviez pas consacré toute votre attention sur la construction d’une mosquée. Mais celle-ci à son importance qui lui est propre. Ses minarets, son dôme et l’édifice tout entier laisse une toute autre impression sur les membres de la djama’at, les environs et le reste des membres de la société.

Une mosquée ouvre de nouvelles voies pour faire connaître l’Islam aux autres. C’est la raison pour laquelle le Messie Promis (as) a souligné l’importance de la construction de ces lieux de culte, qui ont la double vocation de renforcer l’unité au sein de la djama’at et d’aider à transmettre le message de Islam. L’important, affirmait le Messie Promis (a.s), c’est de bâtir une mosquée, même si elle est toute simple en apparence.

Vancouver-mosquee

D’aucuns peuvent se dire pourquoi donc construire de si grands édifices quand toutes les djama’at désirent construire des mosquées et dépendent du quartier général pour leur financement. Pourquoi ne pas utiliser la même somme pour construire un plus grand nombre de petites mosquées [au lieu de bâtir une seule qui soit grande] ? La réponse se trouve dans le principe énoncé par le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) : « La récompense de tout acte repose sur l’intention qui le motive. » Vancouver est la plus grande ville de la Colombie-Britannique et c’est ici que réside la majorité des ahmadis de la province. Vu sous cet angle cette mosquée n’est pas grande. Les grâces divines ne cessent de pleuvoir et d’autres voies s’ouvrent à nous pour mieux faire connaître l’Islam et l’Ahmadiyya aux autres ; tout cela exige que nous ayons des locaux spacieux. De plus Dieu avait ordonné au Messie Promis (as) d’élargir sa maison. Cette révélation concerne aussi nos mosquées.

Dieu avait conféré le titre d’Abraham au Messie Promis (a.s). Et c’est par l’entremise du Prophète Abraham (a.s.) qu’Il avait fait construire la Ka’aba afin d’établir Son unicité. Ainsi la renaissance de l’Islam et les objectifs spirituels de la construction de la Ka’aba passeront par le Messie Promis (a.s).

Notre objectif en bâtissant cette mosquée est d’établir Son unicité dans le monde, de transmettre Son message et de réunir un plus grand nombre de personnes sous la bannière de Dieu. Notre but est d’apporter une révolution spirituelle en nous et en nos descendants et de faire en sorte que nous nous prosternions devant Dieu. Nous devons être assidus dans nos prières et remplir ces mosquées afin qu’elles deviennent vite étroites. Si telles sont nos intentions ces grandes mosquées ne seront pas des œuvres ostentatoires mais des moyens pour attirer le plaisir de Dieu.

Votre objectif n’est pas d’attendre 30 ou 40 années de plus pour bâtir une nouvelle mosquée. Vous allez devoir en bâtir davantage et de plus grandes et de les rendre exigües en les remplissant d’adorateurs.

Un centre ou une salle de prière n’ont pas la même importance qu’une mosquée. Certes les membres de la djama’at avaient un lieu de rencontre. Mais une mosquée engendre un lien spirituel et émotionnel que l’on ne peut trouver ailleurs. Ceci est en accord avec la psychologie humaine. Ainsi là où les différentes djama’at ont acheté des terrains au lieu de bâtir des centres il faut y bâtir des mosquées. Certainement après l’ouverture d’une mosquée les voies pour la diffusion du message s’ouvrent davantage. En mars j’ai fait l’ouverture de la mosquée de Valence en Espagne. Selon les rapports que j’ai reçus grâce à ce lieu de culte de nombreux non musulmans veulent savoir davantage sur Islam. Et des musulmans non ahmadi viennent y prier et commencent à connaître la communauté. Certainement les nobles âmes parmi ceux-ci embrasseront l’Ahmadiyya, l’Islam véritable.

Téléchargez la version mp3 du sermon
sermo...2013.mp3 16957 kb .mp3

Dieu avait confié la responsabilité au Messie Promis (a.s) de réunir tous les musulmans et de leur présenter l’Islam apporté par le Saint Prophète Muhammad (s.a.w). C’était là une tâche spéciale qu’il avait reçu de la part de Dieu. Ainsi musulmans et non musulmans seront guidés par l’entremise du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Il existe dans au Canada et à Vancouver des centaines de milliers de musulmans. Certainement cette mosquée attirera leur attention. Musulmans et non musulmans vont faire des commentaires positifs et négatifs à son sujet. Et grâce à cela la voie pour le tabligh s’ouvrira à vous, préparez-vous pour cela. Vos responsabilités augmenteront et cela doit vous pousser à accroître votre connaissance et à parfaire vos valeurs morales et éthiques. Si vos paroles et vos actions se contredisent personne ne s’approchera de vous.

La mosquée fait grandir le croyant dans sa foi et la communauté toute entière profite des faveurs divines qui en découlent. Le Saint Coran a évoqué les distinctions de ceux qui viennent remplir la mosquée. La première évoquée dans le verset que j’ai cité est de posséder la vraie foi. Il ne suffit pas de se dire croyant, à l’instar de ces Arabes du désert qui affirmaient, selon le Coran : « Nous avons cru. » Ils étaient dépourvus de culture et d’instruction et ignoraient les véritables valeurs de l’Islam. Dieu leur demande de déclarer : « Ne dites pas que nous avons cru, mais dites : nous nous sommes soumis. » Après avoir accepté l’Islam le véritable croyant doit progresser dans sa foi, grandir dans sa relation avec Dieu, se consacrer à Son culte, et être prêt à faire tout sacrifice pour mériter Son plaisir et suivre Ses consignes. C’est ainsi que doit se comporter un ahmadi celui qui a accepté l’Imam de l’époque.

Le Messie Promis (a.s) dit a ce sujet : « Les croyants sont ceux dont les actions témoignent en faveur de leur foi ; la foi est gravée sur leurs cœurs et ils accordent préférence à Dieu et à Son plaisir sur tout autre chose ; ils marchent sur les voies étroites de la Taqwa pour la cause de Dieu. Ils s’annihilent complètement en Dieu et évitent toute chose qui, telle une idole, entrave leur chemin vers Dieu, que ce soit leur état moral, les mauvaises actions, la négligence, ou la paresse. » (Majmu’a Ishtiharat, volume 2, page 653 à 654)

Voilà la norme à atteindre afin d’être considérés comme de véritables croyants. Pour ce faire il faut que chaque partie de notre corps agisse en accord aux préceptes de Dieu. Il est important aussi de purifier ses pensées et c’est ainsi que l’on pourra au cours de la prière consacrer toute son attention à Dieu. Si nos pensées tournent autour des plaisirs de ce monde nous ne pourrons nous vouer entièrement à la prière.

Afin de mériter le titre de croyant il faut se dévouer corps et âme à Dieu. Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) affirme que le cœur du croyant est toujours attaché à la mosquée. Quand il termine une salat il attend le moment de la prochaine. Certes il faut aussi se consacrer à ses occupations mondaines. Le Messie Promis (a.s) nous explique que celui qui n’accomplit pas ses devoirs sur cette terre aura des comptes à rendre. Que l’on soit commerçant, employé ou agriculteur même en travaillant l’on doit se vouer au souvenir de Dieu. Ceci nous poussera à être honnêtes dans ce que nous accomplissons. Les compagnons du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) nous servent de modèles : ils n’ont point besoin de nos éloges car Dieu affirme que leurs actions Lui plaisent. A nous de les suivre afin de mériter le même titre.

En 1997 feu Hadrat Mirza Tahir Ahmad, le quatrième Calife avait annoncé le lancement de la construction de la mosquée Baitur-Rahman. L’édifice se trouve sur un terrain d’environs 3,75 hectares et la surface couverte fait 3104 mètres carrés.

Le dôme est haut de 11 mètres et le minaret fait 23 mètres. La mosquée et sa salle polyvalente peuvent accueillir plus de 2000 fidèles. Le complexe comprend aussi une bibliothèque, une aire de service funéraire, quatre salles de classe, des bureaux, une salle de conférence, la résidence du missionnaire et une maison d’hôtes. Le coût total du projet s’est élevé à 8,5 millions de dollars canadiens. Qu’Allah bénisse cette mosquée.

Le Messie Promis (a.s) nous conseille :

« La vraie beauté des mosquées ne se trouvent pas dans leurs édifices mais en ceux qui viennent y prier en toute sincérité ; sans ces personnes ces mosquées seraient abandonnées. La mosquée du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) était toute petite. Son toit se composait de branches de dattiers et lorsqu’il pleuvait le parquet était boueux, [mais ses fondements reposaient sur la Taqwa]. La beauté de la mosquée se trouve en ses fidèles qui viennent y prier. A l’époque du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) des gens de ce monde avaient bâti une mosquée que Dieu avait ordonné de démolir. Le nom de cette mosquée était la « Mosquée Darar » – c’est-à-dire celle qui est nuisible. La consigne de Dieu est de bâtir des mosquées afin [d’acquérir] la Taqwa. »

Le Messie Promis (a.s) ajoute : « Notre djama’at doit posséder sa mosquée, avec son imam qui y prêchera. Tous les membres de la djama’at doivent venir y prier en congrégation. L’unité et l’accord sont porteurs de grandes bénédictions. La dispersion engendre la désunion ; en ces temps il faut favoriser l’unité et l’accord dans une grande mesure. Mettez de coté ces querelles insignifiantes qui engendrent la division. »


(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication de ce résumé)