Qualités et responsabilités des musulmans - sermon du 19-04-2013

Imprimer

Au début de son sermon du 19 avril 2013 Sa Sainteté le Calife a cité le verset suivant :

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آَمَنُوا اتَّقُوا اللَّهَ حَقَّ تُقَاتِهِ وَلَا تَمُوتُنَّ إِلَّا وَأَنْتُمْ مُسْلِمُونَ

« O vous qui croyez ! Craignez Allah comme Il doit être craint et ne laissez pas la mort vous surprendre que lorsque vous êtes en état de soumission. » (Le Saint Coran, chapitre 3, verset 102)

Ce verset décrit le croyant sincère : il respecte toutes les conditions de la Taqwa, il s’acquitte de ses devoirs envers Dieu et envers autrui, il est toujours prêt accomplir toute bonne œuvre et s’efforce, jusqu’à son dernier souffle, à mettre en pratique les commandements de Dieu. Il lui incombe aussi de croire dans les prophéties faites par Dieu et par Son Prophète (s.a.w). Ainsi il ne suffit pas de se dire musulman pour être considéré comme un croyant.

Les suivants des autres religions ne prouvent plus leur obéissance envers Dieu car ils n’ont pas respecté ces conditions. Pour être musulman une obéissance indéfectible est requise même si l’on doit pour cela subir des pertes matérielles. En prouvant sa soumission à Dieu l’on ne doit pas craindre ses proches, la société, des leaders politiques ou religieux. Personne ne doit nous empêcher de comprendre les préceptes de Dieu et de les mettre en pratique. Chacun aura des comptes à rendre et dans l’Au-delà aucun leader politique, mollah ou ami ne pourra nous venir en aide, ni aucun « saint » ne portera notre fardeau.

Il incombe aux croyants de marcher sur les voies de la Taqwa et d’éviter toute injustice. Sinon se proclamer croyant ne sera qu’une vaine déclaration. Le Saint Coran affirme que Dieu n’acceptera pas les adorations et sacrifices qui sont dénuées de Taqwa. Au lieu de les rapprocher de Dieu la Salat de ceux qui agissent ainsi sera la cause de leur destruction.

Pour ceux qui accomplissent de bonnes œuvres et qui suivent les ordres divins, Dieu devient l’ennemi de leur ennemi et l’ami de leur ami. Il bénit leurs actions et leur accorde du succès. Chanceux sont ces musulmans qui meurent dans cet état. Ces conseils s’appliquent à nous les ahmadis et nous faisons des efforts en ce sens. De par sa grâce Dieu nous a accordé l’occasion d’accepter l’Imam de l’époque, celui qui a été envoyé dans les derniers temps suite aux prophéties du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Il est important de faire en sorte que nos actions soient en accord aux préceptes de Dieu et de nous maintenir sur cette voie.

Baitul-Futuh-Minaret

Ici je désire interpeller les musulmans en général. Il y a de nombreux non-ahmadis qui regardent nos émissions et qui nous écoutent grâce à la MTA. Ils nous le font savoir de temps en temps. Quelques jours auparavant j’ai reçu une lettre du Pakistan dans laquelle un non-ahmadi m’a informé que lui et ses amis ont étudié l’Ahmadiyya et ils sont arrivés à la conclusion que tout ce que nous disons est vrai. En voyant la situation actuelle ils soutiennent que « nous avons compris que Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s.) est véridique. Nos souhaits vous accompagnent mais nous n’avons pas le courage de faire face à la société et aux mollahs en particulier. Vous pouvez nous considérer comme des peureux. En dépit de notre sympathie à votre égard et de nos désirs nous ne pouvons pas nous joindre à cette communauté. »

Un autre musulman a dit à son ami ahmadi que si cette communauté est dans le vrai, « nous allons devoir craindre le châtiment divin [si nous ne l’acceptons pas]. » Tous ces sympathisants doivent se souvenir du fait que Dieu nous demande de marcher sur les voies de la Taqwa. Les 124 dernières années témoignent que Dieu soutient cette communauté. En dépit d’une persécution systématique organisée par des états, la communauté ne cesse de progresser. Les oulémas sont loin de la vérité et ce sont eux qui incitent les autres à commettre ces exactions. Au Pakistan les ahmadis sont persécutés, dépossédés de leurs biens, tués, licenciés ; on entrave les études de leurs enfants. En dépit de toutes ces exactions ils sont fermes dans leur foi. Au contraire plus qu’auparavant ils sont prêts à faire davantage de sacrifices. Cela doit suffire pour prouver la véracité de la foi des ahmadis. Certainement la communauté est en train de progresser en dépit de tous ces obstacles. Aux yeux du monde la communauté est peut être faible, mais le soutien de Dieu l’accompagne. C’est là une des distinctions des croyants.

De nombreuses organisations qui sont sensées servir l’Islam ternissent son image par leurs actions. Leur jihad leur a-t-il rapporté quelque chose ? Dieu déclare qu’Il soutient ceux qui œuvrent dans Sa voie. Mais quels succès ont-ils remporté ? Les musulmans s’entre-tuent en utilisant des armes fournies par les grandes puissances. En Syrie les rebelles qui se sont soulevés contre l’état ne demandent que des armes aux occidentaux, armes qu’ils utiliseront contre des musulmans. Ni le pouvoir en place ni ses opposants ne possèdent la Taqwa.

Il y avait un grand leader musulman du nom de Taymûr. Homme ordinaire à ses débuts, il avait régné sur une grande partie de la terre par la suite. Avant tout assaut il évaluait si le leader musulman de l’état qu’il a ciblé honore ses engagements envers son peuple, s’il était pratiquant et s’il ne commettait pas d’atrocités. S’il en était ainsi il attaquait cet état et mettait en place la loi islamique. Il triomphait en raison du soutien de Dieu, parce que sa politique était basée sur la justice. Apparemment il avait aussi commis des exactions mais puisqu’il était le plus juste parmi les rois de l’époque il jouissait du soutien de Dieu.

Il disait que pour être un bon dirigeant il faut être équitable, venir en aide aux démunis, combler les besoins du peuple. Si l’on résume ses succès en dix points, neuf points seront basés sur les qualités évoquées plus haut et un seul s’appliquera à l’usage de l’épée.

Les leaders musulmans d’aujourd’hui ne cherchent que leurs avantages. Ils ne se soucient pas de leur population : ils désirent tout simplement s’agripper au pouvoir coûte que coûte. Les oulémas quant à eux, au lieu de réformer les musulmans, ne cherchent qu’à s’accaparer du pouvoir. Certains au nom de l’Islam sont à la tête d’organisations terroristes ou les soutiennent. Dans leurs écoles religieuses ils offrent des formations militaires aux enfants et leur enseignent comment fabriquer des bombes, qu’ils lanceront contre d’autres musulmans. Ainsi les musulmans sont assoiffés du sang de leurs coreligionnaires. L’Islam est une religion qui prône la paix et l’amour, il est synonyme de protection, il signifie être à l’abri de toute souffrance. Mais aujourd’hui ces mollahs l’ont défiguré. Dès qu’il y a une attaque terroriste quelque part on pointe du doigt en premier les organisations islamiques. Et même s’ils ne sont pas impliqués on a des doutes à leur sujet.

Quelques jours auparavant il y a eu des attentats lors du marathon de Boston. Les pourfendeurs de l’Islam ont vite condamné tous les musulmans dans leur ensemble. Cette fois-ci les organisations terroristes ont démenti toute responsabilité. Mais dans le même souffle ils ont félicité l’auteur de ces attentats. Voilà comment agissent ceux qui sont dénués de Taqwa : qu’ont-ils reçu en s’attaquant à des innocents ? D’une part ils disent aimer le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) mais leurs actions sont contraires à son exemple. Quand on aime quelqu’un on accorde de l’importance même à ses propos les plus insignifiants. Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a déclaré qu’au cours d’une bataille l’on doit éviter de tuer les femmes, les enfants, les vieux, les prêtres. Le Saint Coran nous a donné la permission de nous battre afin de défendre les lieux de culte de toutes les religions. Ici sans qu’il n’y ait de guerre ils ont pris la vie des innocents et privé de nombreuses victimes d’un bras ou d’une jambe. Dans un journal américain un éditorialiste a déclaré que la seule solution à tous ces problèmes est de tuer tous les musulmans. Les non musulmans ont le courage de dire pareilles choses parce que les musulmans en premier leur offre l’occasion.

En Occident ces attentats sont rares. Soixante-dix pour cent des pays musulmans sont en proie à ces agitations, de l’Algérie jusqu’en Afghanistan en passant par l’Égypte, la Libye, la Syrie et la Somalie et le Soudan. Partout les musulmans s’entre-tuent. Et le plus grand crime c’est qu’ils le font au nom de la religion. S’ils veulent commettre ces atrocités qu’ils les commettent au nom de n’importe quoi sauf au nom de l’Islam.

Là où il n’y a pas d’actes terroristes dans les pays musulmans, le pouvoir en place n’est pas équitable envers le peuple. Les pauvres s’appauvrissent davantage et les riches de s’enrichir. L’Arabie Saoudite est un pays riche en pétrodollars mais même là-bas il y a des pauvres. Les veuves et les orphelins n’ont pas de quoi se nourrir une fois par jour. Au nom de l’Islam on y empêche les femmes de sortir pour aller travailler. Mais l’État ne vient pas en aide à celles qui sont démunies. Et les rations qu’ils fournissent ne suffisent même pas pour assouvir la faim d’une seule personne. Les palais des rois sont enduits d’or, ils spolient les biens de leurs nations quand celle-ci meurt de faim. Cela engendre le mécontentement et l’injustice. D’autre part les populations n’assument pas leurs responsabilités. Dès qu’elles ont l’occasion elles commettent-elles aussi des atrocités. Tout cela parce qu’ils sont tous dénués de Taqwa et loin de l’obéissance due à Allah.

Les musulmans disent que les enseignements de l’Islam sont parfaits. Certainement ils le sont, mais il serait erroné de dire qu’ils n’ont pas besoin de réformateur. Oublions pour un instant les prophéties faites par Dieu et Son Prophète sur la venue d’un réformateur. La situation du monde elle-même crie le besoin de son avènement. Les musulmans ont oublié leurs valeurs, les mollahs ont fait de leurs mosquées des tanières politiques et le Saint Coran est placé comme un bibelot sur de belles étagères. Les oulémas égarent les musulmans par leurs interprétations dénuées de bon sens.

Certainement on a besoin d’un réformateur qui doit mettre fin aux malentendus concernant l’Islam, présenter ses vrais préceptes et réunir le monde sous la bannière du Saint Prophète Muhammad (s.a.w).

Les oulémas ont embrouillé les masses sur la question de l’avènement d’un nouveau prophète. Selon Dieu et le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) le messie sera prophète. Après leur décret qui a le droit de présenter ses propres explications, de persécuter le Messie Promis (a.s.) et ses suivants ?

Le Saint Coran est dans son état originel, mais l’état moral, religieux et spirituel des musulmans est en pleine décadence. La Taqwa a disparu et la majorité d’entre eux ne sont plus obéissants envers Dieu.

Nous ahmadis nous disons que suite à la promesse divine et aux prophéties du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) Dieu a envoyé au 14e siècle de l’hégire celui qui nous a présenté le trésor de la connaissance du Saint Coran et qui a distingué la vérité du mensonge. Il a défié ses ennemis et il jouissait du soutien de Dieu, il a cloué le bec de ses adversaires et il a vécu une longue vie avant de se présenter à Son Créateur. Et jusqu’au jour dernier il a laissé derrière lui une communauté soutenue par Dieu. Des signes apparaissant sur terre et dans le ciel prouvent sa véracité. Ces séismes, ces calamités, ces inondations, le fait que les musulmans n’ont aucune distinction ne suffisent-ils pas pour leur ouvrir les yeux ?

Quelques jours auparavant un séisme violent a frappé l’Iran : ses effets ont été ressentis au Pakistan, en Afghanistan, dans les pays du Moyen-Orient et même jusqu’en Indonésie. Les musulmans doivent réfléchir sur le décret de Dieu, se consacrer au repentir. Au lieu de craindre les soi-disant oulémas ils doivent leur montrer leur vrai visage. Demandez-leur de présenter un seul incident dans la vie du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) qui soit en accord à ce qu’ils prêchent ? L’Islam est synonyme d’amour, de fraternité, de sécurité. Leur Islam à eux c’est la quête des avantages personnels et d’accroitre les souffrances des autres.

Il incombe à tout musulman de chercher les voies de la Taqwa et d’avoir toujours en tête la mort qui peut frapper à n’importe quel moment. Ils doivent honorer leurs devoirs envers Dieu et envers Ses créatures.

Evoquant les obligations du musulman le Messie Promis (a.s) affirme : « Les musulmans ont accordé plus d’importance aux idoles de ce monde qu’à Dieu. Tous leurs désirs y sont liés : leurs procès et leur réconciliation sont pour ce monde. Et moi je désire briser ces idoles et implanter dans leur cœur la grandeur et l’omnipotence de Dieu. Je désire que l’arbre de la foi porte des fruits frais. Certes la foi d’aujourd’hui ressemble cet arbre, mais ce n’est pas l’arbre véritable à propos duquel il est dit :

أَلَمْ تَرَ كَيْفَ ضَرَبَ اللَّهُ مَثَلًا كَلِمَةً طَيِّبَةً كَشَجَرَةٍ طَيِّبَةٍ أَصْلُهَا ثَابِتٌ وَفَرْعُهَا فِي السَّمَاءِ - تُؤْتِي أُكُلَهَا كُلَّ حِينٍ بِإِذْنِ رَبِّهَا

(Saint Coran, chapitre 14, versets 25 à 26)

C’est-à-dire, Dieu présente la similitude de la foi parfaite qui ressemble à l’arbre pur, dont les racines sont fermes et dont les branches atteignent le ciel. L’arbre donne ses fruits en toute saison suite aux ordres de son Seigneur. « Ses racines sont fermes » signifie que les principes de la foi sont immuables et reposent sur la vérité ; ils ont atteint le stade de la certitude parfaite et donne des fruits en toute saison. Il ne ressemble pas à l’arbre asséché. Mais dites-moi, est-ce qu’il en est ainsi aujourd’hui ? Ils sont nombreux à en nier la raison [de l’avènement du Messie]. O combien insensé est le malade qui nie l’importance du médecin. S’il croit qu’il peut s’en passer et qu’il n’en a pas besoin, qu’est-ce qu’il l’attend sauf la destruction ? Les musulmans se sont peut-être soumis mais ils ne sont pas encore croyants. Ils le seront quand ils seront accompagnés d’une lumière. Voilà la tâche pour laquelle j’ai été envoyé. Ne vous empressez pas de me rejeter ; craignez Dieu et repentez-vous, car le repentir affine la perspicacité. La peste est un signe très grave. Dieu m’a révélé ceci à ce sujet :

نَّ اللَّهَ لَا يُغَيِّرُ مَا بِقَوْمٍ حَتَّى يُغَيِّرُوا مَا بِأَنْفُسِهِمْ

(Le Saint Coran, chapitre 13, verset 13)

C’est la parole de Dieu et maudit soit celui qui ment en Son nom. Dieu affirme qu’Il changera sa décision quand les cœurs se transformeront. Craignez Dieu et Sa colère. Personne ne sera responsable d’autrui. Même pour un simple procès les gens ne vous sont pas fidèles. Pourquoi placer ses espoirs dans l’Au-delà, à propos duquel le Saint Coran affirme :

يَوْمَ يَفِرُّ الْمَرْءُ مِنْ أَخِيهِ

Ce jour-là les frères se fuiront. (Le Saint Coran, chapitre 80, verset 35) » (Malfuzat, volume 8, page 261 à 262)

Le Messie Promis (a.s.) dit :

« Celui qui prétend croire en Allah, Son Livre et son Messenger mais qui ne pratique pas les préceptes divines ayant trait à la Salat, le jeûne, le pèlerinage, la Zakat, la Taqwa et la piété, et qui fait fi des directives sur la purification de l’âme, l’abandon du mal et l’acquisition du bien, celui-là n’est pas digne d’être appelé musulman et ne porte pas la parure de la foi.

De même, celui qui n’accepte pas le Messie Promis, ou qui ignore la nécessité de l’accepter, ignore aussi la réalité de l’Islam et ainsi que l’objectif de l’avènement d’un prophète. Il ne mérite pas le titre de vrai musulman et de disciple loyal et obéissant de Dieu et de Son Prophète. Par l’entremise du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) Allah l’Exalté a prescrit des commandements dans le Coran, de même Il a souligné l’importance de l’avènement du dernier Calife durant les derniers temps, affirmant que ceux qui ne l’accepteront pas et se retourneront contre lui seront des pécheurs. Les propos du Saint Coran et des Hadiths diffèrent à ce sujet – ce n’est point là une divergence, car les Hadiths ne sont qu’exégèses du Saint Coran – ainsi le Saint Coran utilise le terme « Khalifa » à propos dernier calife, celui à qui le Hadith donne le titre de « Messie Promis ». Quel type de musulman est celui qui dit qu’il n’a pas besoin d’accepter celui dont le Saint Coran annonce avec gloire son avènement ? » (Ecrit du Messie Promis)

Le Messie Promis (a.s) ajoute : « Sots que vous êtes ! A qui vais-je vous comparer ? Vous êtes comme ces malheureux dont les maisons avoisinent le verger d’un bienfaiteur généreux qui y a cultivé toutes sortes d’arbres fruitiers et qui y a placé un ruisseau d’eau douce. Ce jardin comprend de grands arbres ombrageux capables de protéger des milliers de gens de la chaleur. Le bienfaiteur a invité un peuple qui brûlait dans une chaleur intense, qui n’avait ni ombre, ni fruits, ni eau, afin qu’il puisse profiter de ces bienfaits. Cependant, les insensés ont rejeté son invitation et sont morts consumés par les intenses rayons de soleil, terrassés par la soif et la faim. C’est pourquoi Dieu a décrété qu’Il apportera un autre peuple qui profitera de l’ombre fraîche des arbres, consommera ces fruits et boira l’eau désaltérante.

Dieu cite dans le Saint Coran l’exemple de Dhul-Qarnayn qui trouva une nation qui cuisait sous la chaleur [du soleil]. Celle-ci refusa son aide et resta enfouie dans son malheur. Dhul-Qarnayn trouva un autre peuple qui l’appela à l’aide contre leur ennemi. Un mur fut érigé pour eux et ils furent à l’abri des assauts ennemis.

Je dis en toute honnêteté que, conformément à la prophétie du Saint Coran, je suis le Dhul-Qarnayn qui a connu ce siècle de toutes les nations. Ceux qui brûlent sous les rayons du soleil sont les musulmans qui ne m’ont pas accepté. Les chrétiens sont à l’instar de ceux qui croupissent dans la boue et l’obscurité et qui n’ont même pas levé les yeux pour regarder le soleil. Et ceux pour qui le mur a été construit c’est ma communauté. En toute vérité ils sont les seuls dont la foi sera à l’abri de l’agression des ennemis. Toute fondation faible sera consumée par le shirk (le polythéisme) ou l’athéisme. Toutefois, cette communauté vivra longtemps : ni Satan ni ses factions ne pourront les subjuguer. Leurs arguments seront plus tranchants que l’épée, plus perçants qu’une lance. Ils triompheront sur chaque religion jusqu’au Jour du Jugement.

Hélas pour les insensés qui ne m’ont pas reconnu ! Leurs yeux sont si aveugles qu’ils ne peuvent voir la lumière de la vérité. Ils ne peuvent me voir parce leurs préjugés les ont éblouis, leurs cœurs sont couverts de rouille et leurs yeux cachés sous un voile. S’ils cherchent honnêtement, s’ils débarrassent leurs cœurs de toute rancune, s’ils jeûnent durant la journée et veillent en prière pendant la nuit, gémissant dans leur Salat et plaidant [à Dieu], l’on peut espérer que le Noble Dieu leur montrera qui je suis. Ce qui importe c’est de craindre Dieu, Celui qui est au-dessus de tout besoin. » (Brahin-e-Ahmadiyya, 5e partie, Ruhani Khaza’in Vol 21, pp 313 à 315)

Sa Sainteté le Calife a prié pour qu’Allah ouvre le cœur des musulmans. Puissent-ils comprendre le décret de Dieu afin de sortir de leur marasme. Dieu ne cesse de leur montrer des signes, puissent-ils en tirer des leçons et renoncer à la cruauté et à la persécution. Que Dieu nous permet de suivre les voies de la Taqwa et de joindre l’acte à nos paroles et de continuer à prévenir le monde de la destruction !

A la fin de son sermon Sa Sainteté le Calife a annoncé qu’il allait diriger la prière funéraire de deux ahmadis décédés récemment :

  1. Chaudhry Mahfouz-ur-Rahman qui a quitté ce monde le 6 avril à l’âge de quatre-vingt trois ans.
  2. Qaisera Begum sahiba décédée le 13 avril à l’âge de soixante-dix ans, elle était la bru du deuxième Calife. C’était une dame très courtoise et proche du califat.

Qu’Allah leur accorde un haut rang dans l’Au-delà.