Imprimer

Bénédictions divines et la communauté Ahmadiyya

- par Hadrat Mirza Masroor Ahmad -

Le sermon du 31 décembre 2010 de Sa Sainteté le Calife avait pour thème les bénédictions accordées par Dieu à la communauté du Messie Promis (a.s) au cours de l’an 2010. Dans les quatre coins du monde on accueille la nouvelle année en grande fanfare et le dernier jour de l’an n’a généralement pas beaucoup d’importance ; sauf que selon le calendrier grégorien, ce dernier jour est tombé un vendredi, un jour béni en l’Islam. Ainsi l’an 2010 débuta un vendredi et se termine un vendredi.

Les détracteurs des ahmadis peuvent faire de l’ironie en disant que ce fut une année bien bénie pour la communauté Ahmadiyya au cours de laquelle a subi la perte d’environ cent de ces membres. Certains parmi les non-ahmadis ont certes présenté leur sympathie après le martyre des ahmadis ; d’autres par contre sont dénués de toute humanité et ne cessent de proférer des menaces à l’encontre des membres de la communauté. Ces infâmes n’hésitent pas à utiliser un langage désobligeant à propos des martyrs ahmadis. Malheureusement ils ne tirent pas leçon des calamités qui sont en train de frapper leur pays. Comme l’affirme le Saint Coran leurs cœurs se sont endurcis et ils s’empêtrent davantage dans leurs méfaits. Satan a embelli à leurs yeux leurs œuvres. Quant aux proches des martyrs au lieu de se lamenter ils présentent leurs doléances à Dieu.

Après les attentats de Lahore Sa Sainteté le Calife demanda aux Jama’at de différents pays d’envoyer des délégations pour rencontrer les proches des martyrs. Une de ces délégations, partie d’Afrique, composée de M. Abdul Wahhab Adam, Amir et missionnaire en charge du Ghana, et d’un député ghanéen, visita le Pakistan récemment. En rencontrant les proches des martyrs la foi des visiteurs s’est trouvée renforcer par la détermination qu’ils constatèrent chez eux ; ils affirmèrent que les martyrs les ont comblés d’honneur en partant de ce monde.



Téléchargez la version mp3 du sermon
sermo...2010.mp3 17251 kb .mp3

Un étudiant, qui fut touché de deux balles au cours des attentats de Lahore, rapporta à Sa Sainteté la détermination de sa mère : il téléphona à celle-ci pendant l’attaque pour l’informer qu’il perdait son sang. Sa mère lui répondit : « Mon fils je t’ai confié à Dieu, les autres sont en train de mourir autour de toi, si le martyre est ta destinée, accepte le avec bravoure et ne soit pas un peureux. » Ce jeune étudiant fut hors de danger et on lui retira les deux balles après une opération. Ainsi des mères sont en train de préparer leurs enfants pour le martyre et les proches de ceux qui sont tombés sont en train de consoler ceux qui viennent leur présenter leur sympathie. Le courage de ces familles endeuillées est certainement une grâce divine.

Le peuple qui fait preuve d’une telle fermeté ne va pas abandonner le giron de Dieu par peur de l’ennemi ; et les ahmadis ne seront point infidèles envers Dieu. D’autres ont assuré Sa Sainteté qu’ils sont prêts pour l’ultime sacrifice si tel est le désir de Dieu. Cette détermination indéfectible de la part des ahmadis suffit pour clouer le bec de leurs détracteurs.

Au cours de cette année, suite à ce grand sacrifice des martyrs ahmadis, la communauté Ahmadiyya a eu une grande couverture médiatique à travers le monde. Ainsi elle a pu transmettre à une plus grande échelle le message sublime de l’Islam. C’est au prix des sacrifices que les nations remportent du succès. La victoire de l’Ahmadiyya est en train poindre à l’horizon, une victoire qui va briller certainement.

Le Saint Coran rassure les croyants concernant ceux qui sont morts pour la cause de Dieu en disant :

وَلَا تَحْسَبَنَّ الَّذِينَ قُتِلُوا فِي سَبِيلِ اللَّهِ أَمْوَاتًا بَلْ أَحْيَاءٌ عِنْدَ رَبِّهِمْ يُرْزَقُونَ

« Ne pense pas que ceux qui ont péri pour la cause d’Allāh soient morts. Non, ils sont vivants, en la présence de leur Seigneur et reçoivent des présents. » (Saint Coran, chapitre 3, verset 169)

Dans la langue arabe le terme « Mawt » signifie celui dont le sang n’a pas coulé en vain ou celui qui a laissé derrière lui des personnes qui vont suivre ses pas. Les ahmadis doivent maintenir en vie les vertus pratiquées par ceux qui ont donné leur vie pour la cause de Dieu. Certainement les anges les informent concernant les succès qui résultent de leur sacrifice. Ils reçoivent aussi de bonnes nouvelles à propos de ceux qu’ils ont laissé en arrière :

فَرِحِينَ بِمَا آَتَاهُمُ اللَّهُ مِنْ فَضْلِهِ وَيَسْتَبْشِرُونَ بِالَّذِينَ لَمْ يَلْحَقُوا بِهِمْ مِنْ خَلْفِهِمْ أَلَّا خَوْفٌ عَلَيْهِمْ وَلَا هُمْ يَحْزَنُونَ

« Se réjouissant de ce qu’Allāh leur a donné de Sa générosité et se réjouissant aussi pour ceux qu’ils ont laissés derrière et qui ne les ont pas encore rejoints, parce qu’ils n’auront ni crainte ni regrets. » (Saint Coran, chapitre 3, verset 170)

Nombre de proches des martyrs ont vu ces derniers en rêve ; ceux-ci les ont rassuré concernant l’état sublime dans lequel ils se trouvent. Toutes ces bonnes nouvelles sont là pour renforcer certitude du croyant quant à l’accomplissement des promesses de Dieu. Ceci se fait si graduellement que l’homme ne le perçoit du premier regard. Ce n’est que lorsqu’il voit le résultat final qu’il comprend que Dieu respecte certainement Ses engagements.

Baitul-Futuh-Entree

Il est certes important de mentionner les qualités des martyrs ; mais il est tout aussi important de faire une analyse minutieuse de ses propres actions, afin d’avoir une part dans le succès décrété par Dieu. Une année est composée de 52 vendredis, mais cette année-ci Dieu nous a gratifié de 53. La plupart des ahmadis qui sont tombés en martyrs au cours de cette année ont donné leurs vies le vendredi alors qu’ils étaient en prières.

Selon le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) le vendredi est le jour le plus important de la semaine ; aux yeux de Dieu ce jour est plus important que les deux jours de la ‘Aïd. Dieu créa Adam un vendredi, Il l’envoya sur Terre un vendredi et Il lui donna la mort un vendredi. Au cours de ce jour il y a un moment spécial durant lequel Dieu exauce la prière du croyant, à condition qu’il ne Lui demande rien d’illicite. Le Jour Dernier aura lieu un vendredi ; les anges, le ciel, la terre, les vents et les montagnes redoutent ce jour.

Par l’entremise du Messie Promis (a.s), le serviteur parfait du Saint Prophète Muhammad (s.a.w), Dieu va créer un nouveau ciel et une nouvelle terre afin d’établir un système spirituel. Si les ahmadis désirent profiter des faveurs de ces deux mondes ils vont devoir traduire dans la pratique tous les préceptes de Dieu. Une foi sans bonnes oeuvres est tout aussi inutile qu’une terre sans eau pour l’irriguer. Le Saint Coran présente cette analogie dans le verset suivant :

وَبَشِّرِ الَّذِينَ آَمَنُوا وَعَمِلُوا الصَّالِحَاتِ أَنَّ لَهُمْ جَنَّاتٍ تَجْرِي مِنْ تَحْتِهَا الْأَنْهَارُ كُلَّمَا رُزِقُوا مِنْهَا مِنْ ثَمَرَةٍ رِزْقًا قَالُوا هَذَا الَّذِي رُزِقْنَا مِنْ قَبْلُ وَأُتُوا بِهِ مُتَشَابِهًا وَلَهُمْ فِيهَا أَزْوَاجٌ مُطَهَّرَةٌ وَهُمْ فِيهَا خَالِدُونَ

Et annonce à ceux qui croient et font de bonnes œuvres, la bonne nouvelle qu’il y a pour eux des Jardins sous lesquels coulent des ruisseaux. Chaque fois qu’ils en recevront une portion de fruits, ils diront : « Voici ce qui nous a été accordé auparavant en guise de provision » ; alors que ce qui leur a été donné auparavant n’a qu’une ressemblance avec ceci. Ils y auront des conjoints(es) purifiés(es) par Nous et ils y demeureront éternellement. (Le Saint Coran, chapitre 2, verset 26)

Le Messie Promis (a.s) a commenté à ce sujet en disant : « Dans ce verset en évoquant jardins et ruisseaux on a mis en juxtaposition la foi et les bonnes œuvres. Le résultat de la foi sera le jardin, et quant aux bonnes œuvres, ils se transformeront en ruisseaux. Un jardin sans eau est voué au dessèchement et à une mort rapide ; une foi sans bonnes oeuvres est tout aussi inutile. Dans un autre endroit on a présenté l’analogie entre la foi et des arbres. Il y est dit que la foi vers lequel on appelle les musulmans ressemble à des arbres, qui sont irrigués par le l’eau des bonnes œuvres […] Pour sa moisson, le planteur place en terre sa semence ; ainsi la foi, c’est-à-dire la semence spirituelle, est tout aussi important qu’essentiel pour gravir les échelons de la spiritualité. Le planteur arrose aussi son champ ; et pour ce qui est du champ spirituel il est important d’irriguer la foi par de bonnes oeuvres. Sachez qu’une foi sans bonnes oeuvres est tout aussi vaine qu’un jardin fertile sans eau. Un arbre peut être bien portant, et ses fruits d’une grande qualité ; mais tout le monde connaît le sort qui lui est réservé si son propriétaire ne l’arrose pas. La foi est un arbre que l’homme doit arroser spirituellement avec de bonnes oeuvres. Le planteur ne se contente pas d’ensemencer sa terre et de l’irriguer ; il doit aussi fournir beaucoup d’efforts [pour avoir de bonnes récoltes]. Ainsi Dieu a rendu obligatoire les efforts si l’on veut profiter des fruits succulents des faveurs spirituelles. » (Al-Hakm, volume 41, 14 juillet 1908)

Ainsi ceux qui ont négligé l’accomplissement de bonnes oeuvres au cours de l’année écoulée doivent se corriger à l’avenir. Sa Sainteté déclare que d’une part il y a des bonnes nouvelles mais d’autre part il reçoit jusqu’à présent des lettres de certains non-ahmadis dans lesquelles ils l’informent que tels ou tels ahmadis les ont trompés ou ont détourné leurs capitaux. Ceux qui sont coupables de ces malhonnêtetés sont une cause de déshonneur et de disgrâce pour la communauté. Leur déclaration de foi ne sont que de simples exercices verbaux. Il y a aussi ceux qui, au sein de la communauté, sont en train de léser les droits des autres ; il y a d’autres qui utilisent un langage vexant à l’égard de leurs proches. Ces actions de leur part ne vont pas leur faire profiter des bénédictions de Dieu, bien au contraire.

À la fin de son sermon Sa Sainteté a mentionné quelques faits concernant le progrès de la communauté Ahmadiyya. Par l’entremise du Russian Desk établi à Londres le Calife est maintenant en contact avec un plus grand nombre d’ahmadis russophones. Il y a aussi maintenant sur le site www.alislam.org un moteur de recherche en langue ourdou pour faire des recherches dans tous ces ouvrages du Messie Promis (a.s) qui ont été recueilli dans la collection Ruhani Khazain. Ce grand travail a été accompli par une équipe de jeunes composée en majorité d’ahmadis de l’Inde et de quelques-uns du Pakistan. Qu’Allah récompense toutes ces personnes et que le monde puisse profiter de ce trésor. Les détracteurs du Messie Promis (a.s) ne cessent de critiquer ses ouvrages ; mais seul ce trésor sera la source de la réforme de l’humanité.

Sa Sainteté a aussi déclaré qu’on a ouvert, à son insu, un compte en son nom sur Facebook, et de nombreuses personnes, parmi lesquelles des adversaires de la Jama’at, y ont laissé leurs commentaires. Jamais il n’a eu le désir d’ouvrir un compte sur Facebook et il n’en est pas intéressé non plus. Il a aussi informé les membres de la communauté en général, et les jeunes filles en particulier, qu’ils doivent éviter Facebook qui comporte beaucoup d’aspects négatifs. La personne qui a ouvert ce compte doit le fermer au plus vite. Si on l’a fait par méchanceté Dieu lui-même suffira pour demander des comptes. En tout cas on a pris des mesures pour fermer ce compte. Si le besoin se fait sentir l’on ouvrira un compte officiel au nom de la communauté afin de présenter ses points de vue.


(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication de ce résumé)