Imprimer

Sacrifices financiers (Infaq-fi-sabillilah)

- par Hadrat Mirza Masroor Ahmad -

Le sermon du vendredi 5 novembre de Sa Sainteté le Calife avait pour thème les sacrifices financiers et la nouvelle année du plan Tahrik-e-Jadid. D’emblée Sa Sainteté le Calife cita les versets 263 et 275 de la Sourate Al-Baqarah, chapitre deux du Saint Coran :

الَّذِينَ يُنْفِقُونَ أَمْوَالَهُمْ فِي سَبِيلِ اللَّهِ ثُمَّ لَا يُتْبِعُونَ مَا أَنْفَقُوا مَنًّا وَلَا أَذًى لَهُمْ أَجْرُهُمْ عِنْدَ رَبِّهِمْ وَلَا خَوْفٌ عَلَيْهِمْ وَلَا هُمْ يَحْزَنُونَ

الَّذِينَ يُنْفِقُونَ أَمْوَالَهُمْ بِاللَّيْلِ وَالنَّهَارِ سِرًّا وَعَلَانِيَةً فَلَهُمْ أَجْرُهُمْ عِنْدَ رَبِّهِمْ وَلَا خَوْفٌ عَلَيْهِمْ وَلَا هُمْ يَحْزَنُونَ

« Ceux qui dépensent leurs biens pour la cause d’Allāh, et qui ensuite ne font pas suivre ce qu’ils ont dépensé ni de reproche ni de tort, leur récompense est auprès de leur Seigneur, et ils ne seront ni dans la crainte ni ne seront-ils affligés. » (Le Saint Coran, chapitre 2, verset 263)

« Ceux qui dépensent leurs biens en aumône nuit et jour, secrètement et publiquement, auront leur récompense auprès de leur Seigneur ; ils ne seront ni dans la crainte ni ne seront-ils affligés. » (Le Saint Coran, chapitre 2, verset 275)

Dans d’innombrables versets du Saint Coran Dieu incite les croyants à dépenser pour Sa cause, expliquant qu’ils seront récipiendaires de Ses faveurs s’ils sont sincères.



Téléchargez la version mp3 du sermon
sermo...2010.mp3 19739 kb .mp3

Les sacrifices consentis pour la cause de Dieu engendreront à la fois le progrès collectif ainsi que le progrès spirituel de chaque croyant. Ce faisant l’on pourra aussi se prémunir des disputes et autres tiraillements entre époux qui ont pour origine, dans certains cas, les problèmes financiers. Des fois c’est le mari qui se plaint de son épouse qui est trop dépensière et qui le pousse vers l’endettement ; dans d’autres cas c’est l’épouse qui se plaint en disant que son mari ne subvient guère aux besoins de la famille. Ces disputes ont un effet négatif sur l’éducation morale et spirituelle des enfants.

Si l’on dépense pour la cause de Dieu et uniquement pour avoir Son plaisir l’on pourra maintenir la paix et la sérénité au sein de la famille, de surcroît l’éducation des enfants se fera dans un meilleur environnement et Dieu bénira certainement les avoirs de cette famille. Et l’on sera aussi enclin à faire des sacrifices pour la cause de la communauté. Il n’y a pas de doute que l’on doit dépenser sur soi-même et sur les membres de sa famille et sur toute autre personne se trouvant sous sa responsabilité. Mais si l’on est épris de justice l’on s’acquittera de façon équitable de ses devoirs envers les membres de sa famille et envers Dieu.

Par la grâce de Dieu, il y a au sein de la communauté un grand nombre de personnes de classe moyenne ou de revenus modestes qui ont compris cette vérité et qui agissent selon les principes énoncés plus haut. Il y a par contre certains nantis qui ne se soucient que de leurs propres besoins et dont le niveau de sacrifice est relativement inférieur au niveau de sacrifice de ceux de classe moyenne. Ces cas sont rares, car il y a un grand nombre de personnes qui sont financièrement aisées et qui dépensent très peu sur leur propre personne confiant la majeure partie de leurs revenu à la Jama’at. Ayant déjà contribué dans les fonds essentiels, elles insistent pour qu’on accepte davantage de leur part. Elles sont uniquement en quête du plaisir de Dieu, et sont soucieuses quant à leurs devoirs envers Celui-ci. Cette vertu des leurs est une qualité intégrante de leur vie.

On trouve cette catégorie de personnes sous tous les horizons et pas uniquement parmi ceux qui sont d’origine pakistanaise ou indienne. De tels exemples existent aussi en Afrique, où certains ont bâti et présenté de très belles mosquées en puisant de leurs fonds personnels. L’humilité et la joie qui découlent de leur personnalité prouve indéniablement qu’ils ont agi uniquement pour avoir le plaisir de Dieu.

Baitul-Futuh-Textes-Arabes

Ceux qui dépensent sincèrement pour la cause de Dieu considèrent cette occasion comme une faveur de Sa part. Jamais ceux qui sont de classe moyenne ne se sont plaints en disant que la communauté a institué trop de fonds financiers et qu’ils n’ont pas les moyens pour y contribuer. Ils sont toujours prêts à sacrifier leurs besoins et ceux de leurs enfants de gaieté de cœur. Ayant contribué financièrement dans les fonds de la Communauté ils n’attendent pas de faveur en retour ni ne font-ils étalage de leur sacrifice.

Ceux qui sont de revenus modestes font des économies tout au long de l’année afin de participer dans ces plans financiers. Il y a l’exemple d’une personne qui a économisé dans une tirelire de quoi contribuer dans le fonds Tahrik-e-Jadid l’année ensuite ; mais quelque temps avant l’annonce de la nouvelle année elle a constaté que la somme ne suffisait pas. Au même moment le secrétaire Tahrik-e-Jadid frappa à sa porte, lui disant qu’ils n’avaient pas encore atteint le montant qui leur a été imparti et lui demanda de contribuer davantage. La personne concernée décida de lui offrir la somme qu’elle avait économisée pour la nouvelle année, se disant que puisqu’elle avait décidé de faire des sacrifices pour la cause de Dieu, il n’est guère important de tergiverser sur la question. Quelques instants après quelqu’un lui envoya un chèque dont la somme était équivalente à ce qu’elle venait de contribuer en l’informant que c’était le remboursement d’un emprunt qu’il avait fait, et dont tout deux avaient oublié jusqu’à même l’existence. Quelques instants après cet ahmadi reçu une autre somme de la part d’une autre personne. Ainsi donc Dieu ne lui a pas renvoyé la somme exacte mais lui a accordé davantage. C’est ainsi qu’Il récompense ceux qui sont prêts à se sacrifier pour Sa cause ; Il ne les laisse pas vivre dans la crainte d’une situation financière incertaine. C’est-là une vérité que Dieu a énoncée dans un des versets cités plus haut : « … et ils ne seront ni dans la crainte ni ne seront-ils affligés. »

Lors du lancement du plan Tahrik-e-Jadid plus de 70 ans de cela le deuxième Calife demanda aux premiers contributeurs de vivre dans la simplicité et de réduire leurs dépenses sur leurs nourritures et leurs vêtements afin de pouvoir y prendre part. Hommes, femmes et enfants ont agi selon ses directives de gaieté de cœur. Leur seul souci c’était de posséder plus afin de contribuer davantage. Et Dieu a certainement béni leurs enfants.

Comme évoqué plus haut, les véritables croyants ne font pas étalage de leur sacrifice, au contraire ils contribuent dans le plus grand secret. Les autres croient que la communauté musulmane Ahmadiyya possède de grandes richesses grâce auxquelles elle arrive à mettre à exécution tous ses plans. Les seules richesses de la Jama’at Ahmadiyya sont les cœurs des ahmadis qui débordent de l’envie de faire plaisir à Dieu.

Ce n’est pas par ostentation que la communauté présente les chiffres concernant les contributions ; l’objectif est tout simplement de rehausser le niveau de sacrifice. Dans certains cas l’on présente au Calife la liste des contributeurs afin que celui-ci puisse prier pour eux. Cela est aussi en accord à l’ordre de Dieu : « Rivalisez donc dans les bonnes œuvres ». (Le Saint Coran, chapitre 2, verset 149)

Les membres de la communauté Ahmadiyya sont l’exemple vivant de l’énoncé coranique : « ceux qui dépensent leurs biens en aumône nuit et jour, secrètement et publiquement… ». Les ahmadis sont éparpillés sur tous les continents et selon les fuseaux horaires, au moment de la transmission de ce sermon, dans certains endroits le soleil vient de se lever alors que sur d’autres continents on est en plein milieu de la nuit. Mais dès l’annonce de la nouvelle année, là où ils se trouvent, les ahmadis vont faire leurs promesses de contribution. Cela est aussi une indication de l’aspect international de la Ummah du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) lors de l’avènement du Messie Promis (a.s).

L’objectif confié à celui-ci était de parachever la transmission du message qui avait été confié à son Maître et Précepteur le Saint Prophète Muhammad (s.a.w). En tant que suivants du Messie Promis (a.s) il incombe à tout ahmadi de propager son message. Face au monde, nos moyens sont insignifiants voire inexistants. Mais si matin et soir nous faisons ces efforts en toute sincérité, Dieu va certainement bénir nos sacrifices. Tant que le cœur est pur et loyale ces sacrifices porteront leurs fruits. Le serviteur de Dieu doit laisser entre Ses mains le résultat de ses sacrifices ; Celui-ci promet de multiplier ses œuvres plus de 700 fois. Et s’Il le désire Dieu peut nous faire voir au cours de notre vie le résultat de notre dévouement et transformer notre minorité en majorité. La persévérance est une condition essentielle et on ne doit jamais baisser les bras.

La 76e année du plan Tahrik-e-Jadid est arrivé à son terme le 31 octobre 2010 ; ce fut une année remplie de bénédictions au cours de laquelle les membres ont contribué la somme de 5 468 500 livres sterling. Il y a eu une augmentation de 522 500 livres sterling par rapport à l’année précédente. Par la grâce de Dieu le Royaume-Uni se trouve en deuxième position en faisant un bond extraordinaire et en laissant derrière elle les Etats-Unis et l’Allemagne. Quelques années de cela il y avait une différence minime entre les contributions du Royaume-Uni et de l’Allemagne. Auparavant le Royaume-Uni était loin derrière mais elle a pu se hisser en deuxième position, comme ce fut le cas en 1988. Néanmoins elle ne doit pas se laisser ravir sa position de nouveau. L’inimitié à l’égard des ahmadis au Royaume-Uni est en train de grandir ; certaines femmes ahmadies ont même été molestées, les commerces des ahmadis ont été boycotté et d’autres ont même perdu leur emploi. Mais cette hostilité agit toujours comme de l’engrais et facilite le progrès de la communauté. Par rapport à l’année précédente les membres de la Lajna Ima’illah du Royaume-Uni ont contribué 45 000 livres sterling de plus.

La liste des 10 premiers pays est comme suit : le Pakistan, le Royaume-Uni, les Etats-Unis d’Amérique, l’Allemagne, le Canada, l’Inde, l’Indonésie, l’Australie, un pays du Moyen-Orient, et la Suisse qui est talonnée de près par la Belgique.

La situation économique au Pakistan est des plus déplorables surtout après les récentes inondations. Les ahmadis sont quant à eux affectés doublement au Pakistan en raison de leur foi. Les villages et les récoltes de ceux de la région de Deraghazi Khan et de Muzaffar Ghar ont été complètement engloutis. Mais ces pertes matérielles n’ont moindrement affecté leur foi et ils ont contribué les sommes qu’ils avaient promises.

Le nombre de contributeurs pour l’année 2009-2010 était de 622 000 soit une augmentation de 30 000 personnes par rapport à l’année précédente. Les Jama’at et les missionnaires en particulier doivent encourager un plus grand nombre de personnes, surtout les enfants et les nouveaux convertis à participer dans le fond Tahrik-e-Jadid même en contribuant quelques sous.

Parmi les pays africains il y a en tête de liste le Nigéria, la Gambie et le Ghana. Il y a eu une augmentation significative de nombre de contributeurs dans les pays suivants : la Sierra Leone, le Bénin, le Burkina Faso, Kenya, l'Ouganda, la Côte d'Ivoire, et le Niger.

77 ans de cela lors du lancement du plan Tahrik-e-Jadid il y avait 5927 contributeurs parmi lesquels 381 sont toujours vivants. Ces premiers contributeurs font parti du « Daftar Awwal » ou premier registre et par la grâce de Dieu les descendants de ceux qui sont décédés ou d'autres personnes sont en train de contribuer en leur nom, comme l’avait souhaité feu le quatrième Calife.

En 2005 Sa Sainteté le Cinquième Calife a lancé le cinquième « Daftar » ; et tous les nouveaux contributeurs à partir de l'an 2005 doivent y être inscrits. Pour ce qui est de la Jamaat du Pakistan, c’est Lahore qui est venu en tête de liste. La tragédie qui les a affectés cette année ne les a pas poussés au désespoir et ils ont respecté leur engagement de sacrifier leur vie, leurs biens et leur temps pour cause de Dieu.

Conseillant les membres de Sa communauté le Messie Promis (a.s) déclare :

« Réjouissez-vous car le champ de la proximité de Dieu est vacant. Tous les peuples aiment le monde, et on ne se soucie pas de faire plaisir à Dieu. Ceux qui veulent passer par cette porte avec toute leur force auront l’occasion de faire valoir leurs mérites et leurs accomplissements, et gagneront les faveurs de Dieu. Ne pensez pas que Dieu vous abandonnera ; vous êtes comme une graine qui a été semée par Sa main ; et Il a dit que cette graine deviendra un grand arbre qui répandra ses branches dans toutes les directions. Béni soit celui qui croit dans la Parole de Dieu et qui ne craint pas les épreuves dans Sa voie […]

[…] Mais ceux qui auront été persévérants jusqu’à la fin, malgré les calamités et la rigueur des épreuves, la dérision et le persiflage, la haine et la répugnance des autres, ceux-là seront glorifiés et bénis. Les portes des bénédictions vont s’ouvrir à eux. » (Al Wasiyat, Ruhani Khazain, volume 20 page 308-309)


(Le site islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication de ce résumé)