Imprimer

Ramadan - Coran - Prière - Révélations - Dove Outreach

Le Ramadan et l'importance du Coran

- par Hadrat Mirza Masroor Ahmad -

Sa Sainteté le Calife débuta son sermon du 20 août 2010 en citant le verset 186 du chapitre 2 du Saint Coran :

« Le mois de Ramadan est celui pendant lequel le Coran a été révélé comme guide pour l’humanité, avec des preuves claires sur la direction et le Critère pour distinguer la vérité du mensonge. Par conséquent, quiconque d’entre vous est présent chez lui pendant ce mois, doit y jeûner. Mais quiconque sera malade ou en voyage devra jeûner pendant le même nombre d’autres jours. Allāh désire la facilité pour vous et Il ne désire pas de la privation pour vous et Il désire que vous complétiez le nombre de jours et que vous exaltiez la grandeur d’Allāh pour vous avoir guidés, et que vous Lui soyez reconnaissants. » (Le Saint Coran, chapitre 2, verset 186)

Ce verset évoque le lien spécial entre le Ramadan et le Saint Coran. La révélation du Saint Coran débuta au cours de ce mois béni et tous les ans l'ange Gabriel faisait répéter au Saint Prophète Muhammad (s.a.w) toute la partie du Saint Coran qui avait été révélé jusqu'alors. Le croyant ne doit pas se contenter de jeûner au cours du Ramadan, il doit lire et essayer de comprendre la parole de Dieu.

Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a été envoyé à l'humanité tout entière et Dieu mentionne l'aspect universel de sa mission en ces termes :

وَمَا أَرْسَلْنَاكَ إِلَّا كَافَّةً لِلنَّاسِ بَشِيرًا وَنَذِيرًا وَلَكِنَّ أَكْثَرَ النَّاسِ لَا يَعْلَمُونَ

« Et Nous ne t’avons envoyé qu'en tant que Porteur de la bonne nouvelle et Avertisseur pour toute l’humanité ; mais la plupart des hommes ne savent pas. » (Le Saint Coran, chapitre 34, verset 29)



Téléchargez la version mp3 du sermon
sermo...2010.mp3 23780 kb .mp3

Et le Saint Coran, et le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) seront sources de miséricorde pour l'humanité toute entière jusqu'à la fin des temps. De même, ceux qui suivront à la lettre les préceptes de ce livre béni et la pratique de ce grand prophète n'offriront que la paix au monde. Si seulement les mollahs extrémistes et les soi-disant érudits musulmans pouvaient comprendre ni que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et ni le Saint Coran sont venus priver les citoyens du monde de leur paix ou mettre en jeu la vie des innocents.

Le Saint Coran : une direction pour l'humanité

Dans le verset cité plus haut, il est dit que le Saint Coran est une direction pour l'humanité toute entière, qu'il contient des signes évidents qui aident à distinguer la vérité du mensonge. Au cours du Ramadan le croyant est enclin à progresser spirituellement ; il s'efforce aussi de se rapprocher de Dieu. Il se doit de prendre pour guide le Saint Coran et doit méditer sur ses versets.

Le Saint Coran annonce par ailleurs qu'il est une direction pour les muttaqui (ceux qui éprouve de l’amour pour Dieu). C'est une indication que la quête de la direction est une chose perpétuelle et que les muttaqui vont devoir suivre chaque aspect des enseignements du Saint Coran. La purification de l'âme est primordiale durant les jours bénis du Ramadan et la méthode pour se faire a été indiquée dans le Saint Coran.

Baitul-Futuh-Entree

Au grand malheur de l'Islam les musulmans offrent, par leurs actions, l'occasion aux ennemis de l'islam de le prendre pour cible. C'est ainsi qu'une église des États-Unis d'Amérique, la Dove Outreach Centre, a émis l'intention de brûler le Saint Coran pour commémorer les attentats du 11 septembre. Pour cela ils ont présenté 10 raisons qui sont dénuées de tout bon sens. L'on peut tout aussi bien attaquer la Bible, mais nous ne sommes pas là pour semer le trouble. Certes tout le monde a le droit à la parole, un dialogue serein est fortement encouragé, mais cela ne donne pas le droit aux musulmans de brûler la Bible.

Le Coran enseigne l'unicité de Dieu

Du début à la fin le Saint Coran nous enseigne l'unicité de Dieu, et tous les prophètes en ont fait de même. La base du christianisme d'aujourd'hui est la Trinité, et l’unicité de Dieu met sérieusement en danger ses fondations.

La première objection présentée par l'église Dove Outreach Centre est que le Saint Coran n'accepte pas Jésus-Christ comme fils de Dieu et qu'il affirme que le salut ne dépend pas de la rédemption du Christ. Ces aveugles ne comprennent pas que Jésus-Christ disait la même chose mais que ses enseignements ont été interpolés. D'un simple homme ils ont fait un Dieu. Dans l'Évangile de Marc, aux versets 29 à 30 du chapitre 12 il est dit :

« Jésus répondit: Voici le premier commandent : Écoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l'unique Seigneur; et Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force. » La Bible foisonne de ces versets qui rejettent la divinité du Christ. Mais lorsqu'on est à court d'arguments et que l'échec pointe à l'horizon la seule issue de sortie est l'extrémisme. Voilà la voie qu’est en train de suivre la Dove Outreach Centre.

Plus de 100 ans de cela le Messie Promis (a.s) a répondu à chaque objection des chrétiens en tirant ses arguments de la Bible. L'Islam nous demande de prêcher la vérité. Et pour cela il ne nous demande pas d'user de coercition car on est libre d'accepter ou de rejeter le message transmis par les prophètes de Dieu.

Par ses actions cette église chrétienne est en train de promouvoir l'extrémisme et met à mal la paix de la société. Elle n'est pas non plus en train de pratiquer ce que prêche la Bible, à savoir d'offrir la joue gauche lorsqu'on vous frappe à la joue droite. La Bible n'attise pas non plus la haine entre les religions. Et beaucoup d'églises chrétiennes ont fermement condamné les intentions malveillantes de la Dove Outreach Centre. Le Saint Coran honore tout prophète de Dieu et à conférer un grand statut à Marie et à Jésus-Christ.

La Jama’at Ahmadiyya s’est consacré à faire une campagne contre les inepties de cette église et de faire comprendre aux autres que de telles actions ne feront qu’ériger des murs de haine. Le monde d’aujourd'hui à besoin d'amour et de fraternité ; il a besoin qu'on le protège de la destruction. Pour ce faire les chrétiens doivent changer de direction et les musulmans doivent réagir positivement. Mais ces musulmans qui n'ont pas accepté le Messie Promis (a.s) et qui sont incontrôlables auront certainement recours à la violence.

Le Ramadan : saison propice pour prier

Les musulmans d'aujourd'hui doivent profiter de ce mois béni du Ramadan pour demander à Dieu de les guider dans la bonne direction. S'ils sont sincères dans leurs prières et dans leurs intentions, Dieu va certainement les guider vers la bonne voie. À ce sujet le Messie Promis (a.s) à déclaré :

« Le Saint Coran est la source véritable de toutes bénédictions et le moyen avéré pour avoir le salut. Ceux qui ne suivent pas ses préceptes sont fautifs. Il y a d’abord ceux qui n'ont pas foi dans le Saint Coran et qu'ils ne l'acceptent pas comme la parole de Dieu. Ces gens en sont très éloignés. Mais oh combien malheureux est-il de constater qu'il y a ceux qui acceptent le Coran comme parole divine et source du salut, mais qui ne suivent pas ses préceptes. Dans leurs rangs il y a ceux qui n'ont jamais lu le Saint Coran au cours de leur vie.

Ces gens qui font fi de la parole de Dieu sont à l’exemple de celui qui sait où se trouve une source dont l'eau est pure, désaltérante et guérit toutes maladies mais qui n'en profite pas en dépit de ses certitudes, de sa soif et de sa maladie. C'est là le comble de l'ignorance et de son malheur. Il devrait s’y désaltérer et profiter pleinement des vertus thérapeutiques de cette eau. En dépit de sa connaissance il s'en tient éloigner comme s'il ignore l'existence même. Cet état perdure jusqu'à ce que la mort le surprend. La situation de cette personne doit servir d’exemple. Voilà l'état des musulmans d'aujourd'hui. Ils savent très bien que le Saint Coran est la clé du progrès et du succès et qu'ils doivent traduire ses préceptes dans la pratique. Mais il n'en est pas ainsi, ils ne s'en soucient guère. Par sympathie pour eux je les invite dans cette direction – je le fais suite aux commandements de Dieu – mais ils me qualifient de fieffé menteur et d'Antéchrist. Leur état mérite la plus grande pitié. (Al Hakm, volume 32, 24 décembre 1904, page 2)

Les musulmans négligent le Coran

Loin de méditer sur les versets du Saint Coran, la majorité des musulmans ne l'ouvre même pas. Ils se contentent de suivre aveuglement les soi-disant érudits musulmans qui ne font que leur répéter que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) est le dernier des prophètes et que Mirza Ghulam Ahmad s'est dit prophète. Si seulement ils faisaient l'effort de nous demander ce qu'il en est réellement. À court d'arguments, au Pakistan et ailleurs dans le monde musulman, ils ont mis des restrictions sur les Ahmadis et interdisent fermement les musulmans de leur parler.

La croyance dans l'invisible est la première étape dans la vie du muttaqui. Décrivant cet aspect de la vie du croyant le Messie Promis et Imam Al-Mahdi (a.s) déclare :

« Puisqu’au stade où il se trouve le muttaqui ne voit pas Dieu et qu’il n'est pas non plus récipiendaire de révélation divine et de vision, sa foi dans l'invisible est essentielle. Et sa foi est sujette à une certaine affectation parce que sa croyance en Dieu dépend de certaines fortes présomptions et se trouve à mi-chemin entre le doute et la certitude. […]

Le muttaqui croit en Dieu tout comme il est dit : « et ils croient dans l'invisible ». Ne croyez pas que cette foi est inférieure [...] La foi dans l'invisible qui est la première étape du muttaqui est d'une grande importance aux yeux de Dieu. Il est dit que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a demandé à ses compagnons s'ils connaissaient celui dont la foi est plus grande. Ils ont répondu que c'est certainement celle du prophète de Dieu. Celui-ci a tout simplement déclaré qu'il ne peut en être ainsi parce qu'il rencontre l'ange Gabriel quotidiennement et qu’il voit tout le temps des signes de Dieu. Les compagnons ont dit que c'est peut-être la leur. Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a répondu qu’il ne peut en être ainsi car eux aussi témoignent des signes de Dieu. Il a finalement déclaré que la foi de ceux qui vont venir des centaines d'années après lui sera extraordinaire. Car ils ne vont pas voir les signes qu'ont vus les compagnons mais ils vont quand même avoir foi en Dieu. Dieu accordera ce statut au muttaqui s'Il lui donne la mort alors qu’il est en train de passer par cette étape préliminaire. Même s'il n'a pas encore goûté aux délices [spirituels] il croit en Dieu et il traduit aussi cette foi dans la pratique en établissant la prière.

Dans cette phase de la taqwa il est assailli de doutes au cours de la prière ; l'incertitude vient troubler ses pensées. Mais il n'abandonne pas la prière pour autant il ne s'en lasse pas et il ne baisse pas les bras. Il y a aussi ceux qui abandonnent la prière après avoir été assaillis de doute et de pensées malsaines. Mais le muttaqui est persévérant et maintient le cap en relevant sa salat qui ne cesse de s’effondrer. Le muttaqui passe par deux phases. La première est une phase d'épreuve et la deuxième est une phase de sélection. Il doit passer par la période d'épreuves afin qu'il connaisse ses capacités et afin de prouver s'il croit réellement en Dieu. Les doutes et les suspicions troublent certainement son esprit. Des fois il a des doutes même à propos de Dieu. Mais le croyant véritable ne doit point en avoir peur et doit continuer son voyage. Satan ne baisse pas les bras tant qu'il ne réussit pas à créer le doute dans l'esprit du croyant et à le pousser à rejeter Dieu et Son prophète. Il lui chuchote constamment des doutes à l'esprit. Nombre de personnes prennent la voie de la destruction en raison de ces chuchotements. Satan enhardi l’homme, il le séduit, et cela en dépit que celui-ci sait très bien que sa vie ne tient qu’à un fil. Voilà la première leçon de Satan. Mais le muttaqui est brave et il a le courage de combattre ce flot de doute. C'est pour cela qu'il est dit : « et ils observent la prière. »

Il ne se lasse pas et ne baisse pas les bras. Au début il ne tire aucun plaisir de ses actes de culte. Mais sans désespérer il s'efforce de prier jusqu'à ce tous ses doutes et soupçons disparaissent. Satan mord la poussière et le croyant remporte la victoire. Au cours de cette période le muttaqui ne faiblit point, il se tient droit dans l'arène et lutte vaillamment contre les doutes. » (Al-Hakm, volume 5 numéro 6, 17 février 1900 en, page 201)

Coran est sous la protection de Dieu

Evoquant la protection du Saint Coran, le Messie Promis (a.s) dit : « Le Saint Coran renferme la prophétie que Dieu protégera l'Islam au moment de grands dangers « En vérité, Nous avons Nous-Même envoyé cette Exhortation, et assurément Nous en serons le Gardien. » (Le Saint Coran, chapitre 15, verset 10). Suite à cette promesse Dieu a pris quatre mesures de précaution pour protéger Sa parole. Premièrement, par l'entremise de Huffaz qui ont mémorisé le Saint Coran et ont ainsi protégé ses versets et son agencement. Et à chaque siècle Il a fait naître des centaines de milliers de personnes qui ont préservé sa parole sainte dans leurs poitrines. Ils l'ont préservé si bien que l'on n'a qu'à mentionner un seul mot pour qu'ils présentent tout ce qui suit. La deuxième mesure concerne ces érudits à qui Il a accordé à chaque siècle la compréhension du Coran. Avec l'aide des hadiths du Saint prophète ils ont ainsi préservé les sens de la parole divine.

Troisièmement il a préservé le Coran par l'entremise de ceux qui ont lié le Coran avec la logique et qui ont ainsi préservé le livre de Dieu de l'assaut des philosophes. Quatrièmement Il l’a fait par l'entremise de ceux qui ont été récipiendaires de faveurs spirituelles et qui l’ont ainsi protégé de ceux qui rejettent les miracles et le connaissance [divine]. Ainsi donc sa prophétie s'est réalisée à chaque époque d'une façon ou d'une autre. Il si à une époque donnée l'attaque de l’ennemi été plus véhémente sous un aspect, le sens de l’honneur de Dieu a engendré ceux qui ont protégé Son livre.

La période que nous traversons est celle au cours de laquelle l’ennemi s’est attaqué au Coran de ces quatre manières. Cette période de danger est sans pareil dans l'histoire de l'Islam. Ils se sont attaqués à la compilation du Coran, ils ont publié de fausses traductions et des commentaires erronés. Et nombre de chrétiens, de naturalistes et de musulmans ignorants ont essayé de détourner le sens du Coran. Nombres d'entre eux ont dit que le Coran contredit la logique et la nature, voire même l'intelligence. Ils clament aussi que le Coran prône la coercition, la cruauté et l'injustice. Ils accusent aussi le Coran de contredire les attributs divins et les lois de la nature. Et ils sont nombreux parmi les prêtres et les hindous, à avoir renié les miracles du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et les prophéties du Saint Coran. Et ils ont brossé un tableau si ignoble de l'Islam et du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) qu'ils ont pu en détourner tout chercheur de vérité.

Cette période requiert donc que l'on défende le Coran en prenant ces quatre mesures afin que l'on puisse être à la hauteur des attaques lancées par les ennemis. Cette période a coïncidé avec le 14e siècle. Ainsi suite à Sa promesse Dieu a donné naissance à un réformateur au début de ce siècle. Dieu a conféré à chaque réformateur un titre spécial tout comme un auteur donne à son ouvrage le titre sied à son thème. C'est ainsi que Dieu a donné à ce réformateur le titre de Messie en raison des services qu'il aura à rendre. Il a été destiné que dans les derniers temps le Messie viendra pour contrer les assauts de la croix. Ainsi donc celui à qui a été conférée cette mission porte le titre de Messie. À qui donc a été confiée la tâche de briser la croix ? Sommes-nous en train de vivre cette période ou pas ? (Ayamus Sulh, page 55 à 56, première édition)

A la fin de son sermon Sa Sainteté le Calife a évoqué le martyre de deux ahmadis du Pakistan. Les détracteurs de la communauté Ahmadiyya ne voient pas la conséquence désastreuse des persécutions qu'ils font subir aux ahmadis. Ils acceptent qu'ils sont en train de subir le châtiment de Dieu mais peinent à comprendre les raisons réelles. Un mollah des plus ignares a même déclaré qu'ils sont en train de subir cette punition parce qu'ils n'ont pas pu exterminer tous les ahmadis. Les communautés divines passent par des épreuves et insha Allah, les prophéties divines vont certainement se réaliser en faveur de l'Ahmadiyya.

Le Dr. Najam Al-Hassan sortait de sa clinique le 16 août 2010 vers 23h30 lorsqu'il a été tué par un inconnu ; il a été touché de 13 balles. Il est décédé lors de son transfert à l'hôpital. Il était originaire de la région de Bahar Le grand-père du docteur Najam, Mokarram Makhdum et M. Maulvi Abdul Majid, se sont joints à la communauté Ahmadiyya au cours du deuxième califat. Le docteur Najam est né en 1971 à Dhaka au Bangladesh. Il a fait toutes ses études à Karachi. Il a complété ses études de médecine au collège médical de Sind. Il avait une consultation privée et enseignait aussi dans deux universités. Il a laissé son épouse, deux filles âgées de cinq ans et d'un mois et demi et un fils âgé de deux ans.

La deuxième personne est M. Pir Habib Ur Rahman qui à été tué par deux hommes à moto lorsque sa voiture s'est ralentie tout près d'un tournant. Il avait 60 ans et résidait depuis les années 90 aux États-Unis d'Amérique lui et ses enfants. Il était un des fondateurs du site web www.al-islam.org. En mai 2006 son frère a été tué par les ennemis de l’Ahmadiyya. Par la suite M. Pir Habib Ur Rahman est retourné au Pakistan pour s'occuper de son père âgé de 91. Il avait perdu son épouse et s'était marié avec la veuve de son frère.

Ensuite Sa Sainteté a évoqué le décès de M. Mousa Rustami, originaire du Kosovo et qu'il s'était joint à la communauté Ahmadiya dans les années 80. Il avait dédié sa vie pour la cause de la communauté et travaillait au Kosovo depuis l'an 2000 où il avait pu établir la djama’at. Lors d'une rencontre avec le Cinquième Calife, M. Rustami lui avait informé que les mollahs disaient aux musulmans de son pays que les ahmadis n’accomplissent pas le Hajj mais partent pour la Jalsa Salana. Afin de répondre à cette objection Sa Sainteté le Calife lui avait demandé d'accomplir le Hajj.



(Le site www.islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication de ce résumé)