Imprimer

Préparatifs pour la Jalsa Salana du Royaume-Uni

- par Hadrat Mirza Masroor Ahmad -

Dans son sermon du 23 juillet 2010 qui a précédé d'une semaine la Jalsa Salana 2010 du Royaume-Uni, Sa Sainteté le Calife a enjoint aux membres de la communauté en général et à ceux qui habitent au Royaume-Uni en particulier de prier et de faire de l'aumône pour le succès de cette rencontre éminemment spirituel. Que Dieu accorde Sa protection à la communauté Ahmadiyya et que cette Jalsa Salana soit porteuse d'innombrables bénédictions.



Téléchargez la version mp3 du sermon
sermo...2010.mp3 16777 kb .mp3

Une semaine avant la tenue de cette rencontre le Calife prodigue généralement des conseils à tous les bénévoles, hommes, femmes et enfants qui seront de service. Par la grâce d’Allah, tous ces volontaires ont une bonne expérience des tâches qui les attendent ; néanmoins le rappel est important afin qu’il y ait de l’amélioration et afin d’affiner davantage le sens de responsabilité [de chaque bénévole]. A ce sujet le Saint Coran déclare : « Mais continue à exhorter ; car en vérité, le rappel profite aux croyants. » (Le Saint Coran, chapitre 51, verset 56). Ce rappel est d’autant plus nécessaire en raison de la présence de jeunes qui seront de service pour la première fois au cours de la Jalsa Salana. Jeunes et vieux seront présents pour servir les invités du Messie Promis (a.s) qui viendront pour étancher leur soif spirituelle. Il y a peut-être quelques uns qui viennent que pour passer du bon temps mais cela ne doit en aucun cas affecter le service.

Plusieurs catégories d’invités seront présents : il y a ceux qui sont du Royaume-Uni et qui logent sur le site de la Jalsa Salana pendant les trois jours. Les bénévoles doivent en toute situation faire preuve d’une grande courtoisie et mettre de côté toute rancœur à l’égard de quiconque. Si un bénévole se sent incapable de servir un invité en raison d’un désaccord antérieur, il devra demander à son collègue de le faire à sa place. Si une antipathie quelconque entrave sa fonction, ce sera un acte de déloyauté de sa part.

La deuxième catégorie d’invité concerne ceux qui voyageront tous les jours vers le site et qui profiteront de l’hospitalité de la cuisine sur le site une ou deux fois [par jour]. Il y a eu des doléances concernant le service de la cuisine dans le passé ; d’aucuns critiquaient le comportement des bénévoles, d’autres disaient que le repas manquait. Après une simple enquête l’on a su que ce n’était pas la faute des bénévoles, mais que le repas n’était tout simplement pas disponible dans certains endroits. En tout cas, quel que soit la situation ceux qui sont de service doivent faire preuve de politesse. Même si ces critiques ne sont pas la norme, elles affectent toute l’administration de la Jalsa Salana. En général, les volontaires subissent sans broncher les récriminations excessives de certains invités.

Il y a aussi les invités qui viennent du continent européen ; les attentes de certains d’entre eux sont peut être excessives, mais les bénévoles doivent faire de leur mieux pour ne pas être la cible de leur reproches.

Les invités de l’Afrique et du continent Américain sont sous la responsabilité du Tabshir (bureau de missions étrangères). Il y a aussi ceux qui sont originaires du sous-continent indien (Pakistan, Inde, Bengladesh) ; des personnes qui, en dépit de leur dénuement, ont fait des économies afin de réduire l’écart [physique] qui existe entre eux et le Calife. Ces invités méritent la plus grande courtoisie et les plus grands soins. Certains d’entre eux ne maîtrisent pas la langue d’ici ; s’ils sont en difficulté les bénévoles doivent faire de leur mieux pour leur venir en aide. Certains de ces invités ont des parents au Royaume-Uni ; d’autres profitent de l’hospitalité de la Communauté qui durent plus de trois jours après la Jalsa Salana. La situation pour les ahmadis au Pakistan est des plus critiques. Et les proches des invités qui habitent au Royaume-Uni doivent s'acquitter de leur devoir d’hôtes et ne doivent pas tout laisser entre les mains des responsables de l'hospitalité.

UKJalsaSalana0723200919

Parmi les invités il y a aussi des dignitaires et des représentants de différents états, qui sont pour la plupart des non musulmans ou des non ahmadis. Les services rendus par les bénévoles au cours de la Jalsa Salana laisse tout le temps de bonnes impressions sur ces personnes. Certains de ces invités en ont fait mention au Calife tout dernièrement après la Jalsa Salana de la djama’at de l'Allemagne. Ainsi donc les bénévoles ahmadis agissent comme « des missionnaires silencieux » qui par leurs actions et leur dévouement sont en train de présenter à ces invités l'image véritable de l'Islam et de l'Ahmadiyya.

Comme évoqué auparavant la sécurité au cours de la Jalsa Salana est primordiale, car il faut s’attendre à tout de la part des adversaires de la communauté, qui n’hésiteront pas à outrepasser les limites de la décence. Certes, il y a eu beaucoup d'améliorations dans ce domaine mais rien ne doit être laissé au hasard. Ceux qui sont de service aux points d'entrée devront vérifier les cartes d'identité de chaque visiteur, qu'il lui soit connu ou pas. Cette année-ci en Allemagne la djama’at avait pris de très bonnes dispositions et tout s'est très bien passé. Qu'Allah récompense tous ces jeunes qui ont mis en œuvre tout ce système.

Mais tout ne doit pas être laissé entre les mains des jeunes ; ils devront être accompagnés de leurs naibine (officiers suppléants) lors de l'exercice de leurs fonctions. En dépit de toutes ces dispositions, l'on ne doit point négliger la prière, qui est la seule garantie du succès.

Il y a eu dans le passé des vols qui ont été commis dans des tentes individuelles ou collectives. La sécurité doit être assurée dans ces endroits, car si l'on peut commettre des vols, l'on pourra aussi commettre d'autres méfaits encore plus graves. En toute situation ceux qui s'occupent de la sécurité doivent être vigilants.

L'hospitalité est une qualité distinctive des croyants. Dans le cadre de la Jalsa Salana, ces invités sont venus suite à l'appel lancé par l'Imam de l'époque, ainsi donc ils méritent les plus grands soins. Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) s'occupait lui-même de ses invités et lorsqu'il ne pouvait pas le faire il les confiait à ses compagnons. Il y a le cas de ces époux musulmans qui ont hébergé chez eux un invité du Saint Prophète Muhammad (s.a.w), alors que le repas qu'ils avaient suffisait à peine à nourrir leurs enfants. Ils ont couché leurs enfants sans les nourrir, ont éteint la lampe et ont tout offert à leur invité tout en faisait semblant de manger pour l’accompagner. Cet acte de dévouement de leur part a plu à Dieu qui en a informé le Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Le lendemain le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a dit à ce compagnon que cette action a fait sourire Dieu au Ciel. Le sacrifice consenti par ces croyants était minime ; ils n’ont offert qu’un repas mais en retour ils ont eu le plaisir de Dieu.

Hadrat Abu Huraira (r.a) rapporte que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a dit qu'il y a trois signes qui distinguent celui qui croit en Dieu et en l'Au-delà [des autres] : premièrement, il dit tout le temps de bonnes choses, sinon il garde le silence afin de ne pas blesser les sentiments d’autrui. Deuxièmement il respecte ses voisins et troisièmement il honore ses invités.

Le Messie Promis (a.s) a suivi l'exemple de son Maître et Précepteur, le Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Dieu l'avait informé qu'il allait recevoir beaucoup d'invités et qu'il ne devrait pas s'en lasser. Il était tout le temps joyeux lors d’une nouvelle visite et il demandait aux préposés de la cuisine de tout faire pour rendre le séjour de ses hôtes agréable. Il prenait même le soin de faire préparer des repas qui étaient en accord à leurs habitudes culinaires.

À la fin de son sermon, Sa Sainteté le Calife a évoqué le décès de Mme Mubaraka Begum, âgée de 89 ans et qui est décédée le 14 juillet en Allemagne. Elle était l'épouse de Sufi Nazir Ahmad Sahib et la mère de M. Jalal Shams (responsable du bureau turc) et de M. Munir Javed (secrétaire privé du Calife). C'était une dame très pieuse, et qui avant son décès avait contribué tout ce qu'elle avait d'économie dans le fond Sayyidina Bilal Fund (fond dédié aux familles des martyrs). Elle avait aussi offert ses bijoux au fond Maryam Shadi Fund. Une des ses filles est mariée à M. Hanif Mahmood, Nazir Islah-O-Irshad. Qu'Allah exalte le statut de la défunte et qui lui accorde son pardon.


(Le site islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication de ce résumé)