Imprimer

Attentats contre les mosquées ahmadis de Lahore

- par Hadrat Mirza Masroor Ahmad -

Au tout début de son sermon du 4 juin 2010, Sa Sainteté le Calife a récité les versets 31 à 33 du chapitre 41 du Saint Coran dont la traduction se lit ainsi :

Quant à ceux qui disent : « Notre Seigneur est Allāh, » et qui ensuite restent constants, les anges descendent sur eux, en disant : « Ne craignez pas, et ne vous désolez pas ; mais réjouissez-vous de la rencontre du Jardin qui vous a été promis. Nous sommes vos amis dans cette vie et dans l’au-delà. Vous y aurez tout ce que désirera votre âme, et vous y aurez tout ce que vous demanderez – une réception de la part d’un Très-Pardonnant, et Miséricordieux. »

Téléchargez la version mp3 du sermon
sermo...2010.mp3 20440 kb .mp3

Sa Sainteté le Calife déclara par la suite qu'il reçoit chaque semaine des milliers de lettres dans lesquelles les ahmadis du monde lui demandent de prier pour leur santé, pour leurs proches ou pour leurs commerces ; dans ces lettres ils partagent leurs joies et leurs peines ; il y a aussi des étudiants et leurs parents demandent des prières pour leur succès aux examens. Néanmoins, depuis la semaine dernière il a reçu plus de lettres que d'habitude et le sujet était le même : le grand sacrifice consenti par les martyrs ahmadis de Lahore.

Dans leurs lettres, les gens ont exprimé leur souffrance, leur peine et aussi leur colère ; mais un peu plus loin cette colère s'est vite transformée en persévérance et en prière. Tout le monde avait oublié ses problèmes personnels. Ces lettres sont venues du monde entier et leurs auteurs n'étaient pas uniquement des ahmadis d'origine pakistanaise. Tout ahmadi, quelle que soit son origine, avait exprimé sa profonde détresse comme s'il avait perdu un proche parent, victime d'un acte barbare. Quant à ceux dont les époux, les frères, les pères et les enfants sont tombés en martyrs, ils n'ont cessé de consoler Sa Sainteté et ils ont fait preuve d'une persévérance exemplaire.

Sa Sainteté a téléphoné personnellement à chaque famille des victimes pour leur présenter ses condoléances ; et tous s'étaient soumis au décret de Dieu. L'on peut cacher ses émotions dans une lettre, mais c'étaient des voix résolues que sa Sainteté a entendues au téléphone, des voix qui exprimaient sans aucune artifice le verset du Saint Coran : « Assurément nous appartenons à Dieu et c'est vers Lui que nous allons retourner ». Ces gens-là n'allaient pas se contenter d'un ou de deux sacrifices, ils étaient prêts à donner jusqu'à leur dernier goutte de sang pour la communauté du Messie Promis (a.s), car ils savaient que c'est le sang des ahmadis qui va montrer au monde le statut véritable du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Ils ont fait renaître l'exemple des premiers musulmans et ont suivi les pas des grands compagnons du Saint Prophète Muhammad (s.a.w).

Mosquée Baitul Futuh - La plus grande mosquée Ahmadie en Europe

Sa Sainteté le Calife s'est dit incapable de décrire ses émotions après avoir lu toutes ces lettres, mais cela n'a fait que renforcer sa certitude que Dieu a confié ces illustres personnes au Messie Promis (a.s) pour un objectif sublime. La patience et la persévérance des martyrs et de leurs familles confirment la justesse de la déclaration du Saint Coran : « Et ne dites pas de ceux qui sont tués dans le chemin d’Allāh qu’ils sont morts ; au contraire, ils sont vivants, seulement, vous ne le percevez pas. » (Le Saint Coran chapitre 2, verset 155). Par leurs actions, ils ont prouvé qu'ils ont atteint cet objectif ô combien sublime qu'est le plaisir de Dieu ; ils se sont transformés en source qui va abreuver la foi.

Chaque goutte de leur sang va faire croître des arbres qui vont porter des fruits. Ils n'ont même pas su combien de balles ils ont reçu ou s'ils sont décédés suite à l'explosion d'une grenade. Ces martyrs sont la personnification même de la persévérance ; ceux qui étaient blessés gisaient dans leur sang pendant des heures tout en récitant le Darud (paix et salutations en faveur du Saint Prophète Muhammad (s.a.w)). Si l'un d'entre eux osait gémir, son ami d'en face lui disait : « Soit patient, d'autres personnes sont en train de donner leur vie pour des causes futiles, toi tu vas donner la tienne pour une cause sublime ». Et celui qui avait gémi ne cessa d’envoyer des salutations sur le Saint Prophète Muhammad (s.a.w), prouvant ainsi qu'il a respecté l'engagement qu'il a pris avec le Messie Promis (a.s).

Sa Sainteté a ajouté qu'il a regardé une vidéo très émouvante prise par un des blessés sur son téléphone portable alors qu'ils étaient au coeur de l'attaque lancée par les terroristes. Dieu a certainement requis des sacrifices de la part de ces personnes mais Ses anges ont fait descendre sur eux la sérénité alors qu'ils attendaient pendant des heures la fin de leur calvaire. Un jeune de 19 ans, touché par plusieurs balles gisait dans son sang à même le sol pendant des heures tout en priant ; et il a rendu l'âme dans cet état. Si la police était venue à temps beaucoup seraient encore vivants aujourd’hui ; mais puisque tout le système au Pakistan est corrompu d'en haut jusqu'en bas, que peut-on attendre de plus ? Un autre jeune avait attrapé une grenade lancée par un des terroristes pour la renvoyer, mais elle explosa entre ses mains ; ainsi ce jeune homme a offert sa vie pour sauver celles des autres. Un doyen de la communauté a lui aussi offert sa vie pour sauver celles des autres en courant vers un assaillant qui l’a criblé de balles ; grâce à son action, les autres ahmadis ont pu se réfugier ailleurs.

Le chef de la police a déclaré qu'ils ont pu arrêter deux des terroristes ; mais ces gens ne font pas la distinction entre la vérité et le mensonge. En fait ce sont les jeunes ahmadis qui les ont arrêtés. Il y avait un jeune tout frêle qui a sauté sur l'un des assaillants en l’attrapant au cou par une main et l’en empêchant de faire exploser son gilet par l'autre.

Les terroristes étaient eux-mêmes âgés d'une vingtaine d'années, et étaient originaires de milieux défavorisés. Des personnes malveillantes profitent de leur dénuement et leur fait un lavage de cerveau dès l'enfance, prétextant leur accorder une éducation religieuse. C'est ainsi qu'ils les poussent à commettre ces attaques suicides. Ainsi donc nous ne voyons jamais les chefs de ces terroristes ; ils n'envoient pas non plus leurs propres enfants pour commettre ces actes infâmes.

Les anges sont descendus sur les blessés au cours de l'attaque et Dieu a accordé la même sérénité à ceux qui ont perdu leurs bien-aimés. Cela est le résultat de leur foi en l'Imam de l'époque. Les familles des victimes ont certainement suivi l'injonction du Saint Coran : « Je me plains de mon affliction et de ma douleur uniquement à Allāh… » (Le Saint Coran, chapitre 12, verset 87). Face à une telle situation, le véritable croyant ne sort pas dans les rues pour manifester sa colère et ne prend pas non plus la loi entre ses mains ; il réagit tout le temps selon ce précepte : « Et cherchez l’aide avec patience et dans la Prière. » (le Saint Coran, chapitre 2, verset 46). Il transforme ses émotions en patience et en supplications.

Dieu a averti qu'Il va éprouver les croyants : « Et certainement Nous vous éprouverons en vous affligeant un peu de crainte, de faim, de pertes de biens et de vies, et de récoltes, mais annonce la bonne nouvelle à ceux qui persévèrent patiemment, » (le Saint Coran, chapitre 2, verset 155). Dans certains cas, l'on porte atteinte à la vie, aux biens et à l'honneur du croyant ; ces épreuves sont si terribles qu’il croit parfois que toutes les portes menant à l'aide de Dieu lui sont interdites. Lorsqu’il fait preuve de persévérance dans une situation aussi précaire, il méritera les grâces de Dieu. Et Dieu lui accordera Son soutien, car Il tient toutes Ses promesses. Bénis sont les ahmadis de Lahore, ceux qui ont quitté ce monde et leurs familles, eux dont la persévérance est exemplaire.

En commentant sur les versets qui ont été cités au tout début de ce sermon, le Messie Promis (a.s) déclare que dans certains cas le croyant est assailli de malheurs ; et pour l’éprouver Dieu ne lui accorde aucune bonne nouvelle, ni par des rêves ni par des visions. S'il ne flanche pas, s’il ne recule pas face aux périls et s'il ne perd pas patience jusqu'à la fin de l'épreuve, il méritera certainement le soutien de Dieu et Sa proximité. Voilà le parfum qui émane des prophètes, des véridiques et des martyrs.

Ce parfum émane aujourd'hui de nos martyrs et nous embaume. Cela nous fait comprendre aussi que nous ne devons point perdre patience même si la durée de l'épreuve est très longue ; l'on ne doit pas non plus exprimer des paroles de reproches.

S'adressant aux ahmadis de Lahore, Sa Sainteté le Calife a cité une révélation reçue par le Messie Promis (a.s) dans laquelle il est dit : « Nous avons à Lahore des personnes pures appartenant à notre communauté » (Tadhkirah, page 482). Les ahmadis de cette ville sont très honorés par ces bonnes nouvelles.

En perpétrant ces attaques, l'ennemi visait plusieurs objectifs : il voulait instaurer un climat de terreur, aliéner ceux qui étaient faibles parmi les ahmadis et exaspérer les jeunes. Mais il ne sait pas que les mères ahmadies ont inculqué le sens de sacrifice en ces jeunes. L'ennemi croyait aussi que les ahmadis n'allait pas pouvoir contenir leur exaspération face à un si grand nombre de tués et qu'ils allaient descendre dans les rues pour protester violemment. Et que cela permettra à l'État d'imposer davantage de restrictions sur les ahmadis. Ils comptaient profiter d'une réaction violente de la part des ahmadis afin de les discréditer sur la scène internationale. Mais ils ne savent pas que les ahmadis se tournent vers Dieu pour implorer Son soutien et Le considèrent comme leur seul Refuge ; ils ne comprennent pas non plus que les ahmadis sont réunis sous la bannière du Califat et qu'ils ne vont jamais réagir ainsi.

Les politiciens ont témoigné leur sympathie à l'égard des ahmadis tardivement, lorsqu'ils n'ont pas vu la réaction qu'ils souhaitaient et en raison à la condamnation grandissante qui fusait de toutes parts et aussi parce que les médias les avaient mis à nu.

Les ahmadis ont accepté le Messie Promis (a.s), qui est lui-même le serviteur parfait du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Celui-ci a transformé des brutes en des êtres humains, et de ces êtres humains, il a fait des hommes de Dieu. Et aujourd'hui les pourfendeurs de l'Ahmadiyya sont en train de pousser les masses musulmanes vers la même sauvagerie qui régnait avant l'avènement de l'Islam. Et en sus de cela, ils disent qu'ils n'ont pas besoin de réformateur et que la Sharia du Saint Coran leur suffit. Mais ces actes barbares qu'ils commettent sont-ils en accord avec la Sharia ?

De plus ils essayent de discréditer le nom béni du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Mais au Jour du jugement la Kalimah (profession de foi musulmane) va témoigner contre eux et va les pousser vers une fin des plus ignobles. La résolution des ahmadis face à cette grande épreuve a étonné plus d'un. Et certains ont même été enclins à embrasser l'Ahmadiyya.

Une personne qui était présente pour les prières funéraires des martyrs raconte qu'elle entendit quelqu'un dire : « J'ai reçu une autre bénédiction, je suis maintenant le père d'un martyr. » Une mère a déclaré : « J’ai pris mon enfant et je l’ai placé dans le giron de Dieu. J’ai retourné à Dieu ce qu'Il m'avait confié. » M. Shad, le missionnaire de la mosquée de Model Town, était en train de prononcer son sermon du vendredi lors de l'attaque ; et il n’a cessé de demander aux gens de prier, et d'envoyer les salutations sur le Saint Prophète Muhammad (s.a.w).

Environ 200 ahmadis s'étaient réfugiés sous un escalier à l'extérieur. Et un des terroristes était sur le point de sortir et aurait pu très facilement les tuer tous. C'est là qu’un vieux de 65 ans a couru vers lui pour lui détourner l'attention. Il a été criblé de balles, mais a permis aux autres de prendre la fuite. Lorsqu'ils sont sortis ils ont vu plusieurs cadavres qui gisaient dans les escaliers.

Un ahmadi a déclaré que ces prières funéraires ramènent à l'esprit l'époque du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Il rencontra un homme âgé et lui demanda s'il avait perdu quelqu'un. L'autre lui répondit : « J'ai perdu mon fils. » Le narrateur raconte qu'il était terrassé de douleur en entendant cela, lorsque le père déclara dans la même phrase : « Toutes les louanges sont à Allah, tel était Son décret ». Le narrateur raconte aussi qu'il avait peur de ne pouvoir maîtriser ses émotions, mais en regardant autour de lui, il ne vit que des visages resplendissant de persévérance.

Au cours de l'attaque, quelques voisines vinrent rencontrer une dame ahmadie dont l’enfant était à la mosquée. Elles croyaient que la mère serait au comble du désespoir en voyant l'attaque en direct à la télé. Mais la dame ahmadie leur dit qu'elle ne se soucie pas de ses enfants car tous ceux qui sont à la mosquée sont ses proches. Si son enfant meurt il aura le statut d’un martyr et jouira de la proximité de Dieu, et s'il en sort vivant il sera un Ghazi (quelqu'un qui a participé dans un conflit pour la cause de l'Islam).

Il y a une autre mère ahmadie qui a perdu son fils unique, un étudiant en médecine. En dépit de cette grande perte elle fit preuve d'une patience sans faille.

Voilà les mères de la communauté du Messie Promis (a.s), des dames qui sont des modèles en matière de sacrifice. Il y a d'innombrables incidents de ce genre qui seront publiés plus tard. Mais tous sont d'accord pour dire que lorsque les terroristes ont attaqué ces mosquées il n'avait pas la moindre panique parmi les ahmadis. Tant qu'ils étaient vivants, les missionnaires et les responsables ont donné des instructions que les autres suivaient à la lettre. Tout au long de l'assaut il y avait un vieux qui était en prosternation et qui ne s'est pas soucié s'il allait prendre une balle.

Nombre de personnes ont cité dans leurs lettres le verset suivant du Saint Coran : « Parmi les croyants il y a des hommes qui ont été fidèles au pacte qu’ils ont fait avec Allāh. Il y en a parmi eux qui ont accompli leur vœu, et il y en a qui attendent encore, et ils n’ont pas changé leur condition le moindrement ; » (Le Saint Coran, chapitre 33, verset 24). L'ennemi croyait pouvoir briser les ahmadis, mais il n'a pas compris que le Messie Promis (a.s) a insufflé une foi nouvelle dans les coeurs de ses suivants. Les ahmadis de Lahore appartiennent à ce même peuple pakistanais, mais après avoir accepté le Messie Promis (a.s) ils ont sacrifié leur vie pour la cause de Dieu au lieu de le faire pour des causes répréhensibles.

Les médias au Pakistan ont fait une bonne couverture de ces incidents. Que Dieu les accorde l'occasion de présenter la vérité à l’avenir et qu’ils ne craignent pas les réactions des mollahs. Nombre de personnalités du monde et des députés [au Royaume Uni] ont présenté leur sympathie et leurs condoléances à la communauté. Même le journal de l'organisation anti-Ahmadiyya « Khatmé-Nubuwwah » a condamné ces attaques. Mais si ces derniers sont vraiment sincères pourquoi continuent-ils à afficher des annonces incitant à la haine contre les ahmadis et en déclarant qu'ils méritent la mort ? Pourquoi le chef juge du Pakistan, qui d'habitude condamne tout acte répréhensible, ne prend-il pas des mesures contre cette campagne de haine contre les ahmadis ? Mais ces gens font toujours deux poids deux mesures ; c'est pour cette raison que nous ne plaçons pas d'espoir en eux. Certes le terrorisme a gangrené le Pakistan, mais ces actes barbares perpétrés contre les ahmadis sont soutenus par la loi.

Sa Sainteté le Calife a enjoint aux ahmadis d'être vigilants et de réciter les prières suivantes :

اَللّٰھُمَّ اِنَّا نَجْعَلُکَ فیِ نُحُورِھِمْ وَ نَعُوذُبِکَ مِنْ شُرُورِھِمْ

Al-lahum-ma in-na naj’aluka fi nuhurihim wa na’udhubika min shururihim

« Ô Allah ! Nous Te prenons comme bouclier contre leurs attaques frontales et nous cherchons refuge auprès de Toi contre leur malveillance. »

رَبِّ کُلُّ شَیْءٍ خَا دِمُکَ رَبِّ فَا حْفَظْنِی وَانْصُرْنیِ وَارْحَمْنِی

Rabbi Kulli Shai-in Khadimoka Rabi Fahfaz-ni Wan Surni War Hamni

« Ô mon Seigneur, toute chose est à Ton service. O mon Seigneur, protège-moi et aide-moi et aie de la miséricorde pour moi. »

Le docteur Imran Khan, qui était grièvement blessé lors des attaques est décédé aujourd'hui (le 4 juin 2010) et il a grossi le rang des martyrs. De plus les ahmadis doivent prier pour qu'Allah accorde à ceux qui sont responsables de ces exactions ce dont ils méritent.

Trois jours après les attentats de Lahore, un autre ahmadi a été assassiné dans la région de Narowal au Pakistan. Son assassin appartient au groupuscule « Tahafuz-e-Khatme Nubuwwah » et a déclaré qu'il a perpétré cet assassinat après les déclarations d'un mollah qui incitait aux meurtres des ahmadis.

Prions pour qu'Allah protège tous les ahmadis et qu'Il accorde guérison et santé aux blessés. Amine.



(Le site islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication de ce résumé)