PDFImprimer

Similitudes entre le monde matériel et le monde spirituel

- par Hadrat Mirza Masroor Ahmad -

Dans son sermon du 7 mai 2010, sa Sainteté le Calife a commenté sur l'attribut Al-Khaliq (Le Créateur) de Dieu à la lumière de plusieurs versets du Saint Coran, dont le verset 4 du chapitre 35, où il est dit :

« Ô hommes, souvenez-vous de la faveur d’Allāh envers vous. Y a-t-il quelque créateur autre qu’Allāh qui vous approvisionne des cieux et de la terre ? Aucun n’est digne d’adoration sauf Lui. Comment donc pouvez-vous vous laisser détourner de la vérité ? »

Selon les explications présentées par les dictionnaires arabes, Al-Khalq signifie l'aptitude à faire une estimation complète concernant la chose que l'on veut créer. Cet attribut signifie aussi le pouvoir de créer un objet sans l'agencement d'un autre ou sans utilisation de matières premières.

Téléchargez la version mp3 du sermon
sermo...2010.mp3 14973 kb .mp3


Le Saint Coran utilise d'autres termes pour présenter le pouvoir de création de Dieu, il y a par exemple les attributs Al-Bari, Al-Badi‘ ou Al-Fatir. Lorsque l'article défini Al est placé devant les attributs Khaliq et Khalaaq, ces deux attributs sont utilisés uniquement pour Dieu.

Dans le verset 4 du chapitre 35 cité plus haut, Allah donne un message à l'humanité en disant que l'homme est le meilleur de sa création et qu'Il est celui qui lui a accordé sa subsistance. Lui seul est le Maître des cieux et de la terre et personne d'autre ne pourra subvenir aux besoins de l'homme. La nourriture que présente la terre à l'homme dépend de l'eau du ciel. Sans cette subsistance du ciel, toute vie sur terre disparaîtra comme le démontre le Saint Coran : « Dites-moi, si toute votre eau devait disparaître dans les profondeurs de la terre, qui donc vous apporterait de l’eau claire et vive ? » (Le Saint Coran, chapitre 67, verset 31)

Ces similitudes ont pour but de faire comprendre à l'homme que Dieu est à même à subvenir à ses besoins spirituels tout comme Il a le pouvoir de subvenir à ses besoins physiques. Il doit aussi comprendre que ces provisions matérielles sont éphémères et que la subsistance spirituelle est éternelle et lui servira dans l'au-delà.

Mais il ne pourra pas acquérir cette subsistance spirituelle tant qu'il ne s'évertue à adorer Dieu l'Unique. Les prophètes font parti de cette manne spirituelle qu’octroie Dieu à l'homme. Il a manifesté cette faveur dans toute sa plénitude en envoyant le Saint Prophète Muhammad (s.a.w), l'Homme parfait. Et c'est en suivant les pas du Choisi (s.a.w) de Dieu que l'on pourra profiter des faveurs matérielles et spirituelles.

Baitul-Futuh-Arriere

Le Saint Coran incite l'homme à méditer sur la création des cieux et de la terre, en déclarant : « Ou, Qui a créé les cieux et la terre, et Qui a fait descendre du ciel pour vous l’eau avec laquelle Nous faisons croître des vergers resplendissants ? Vous n’auriez pas pu faire croître leurs arbres. Y-a-t-il un dieu avec Allāh ? Non, mais c’est un peuple qui s'écarte du droit chemin. » (Le Saint Coran, chapitre 27, verset 61). Comme évoqué plus haut, l’eau joue un rôle important dans l'existence de la vie sur terre. Le cycle perpétuel de l'eau fait descendre du ciel un liquide pur et limpide qui accorde la vie à la terre.

Cette eau du ciel rend verdoyant les champs cultivés de l'homme, mais elle fait aussi pousser des mauvaises herbes. Le monde spirituel nous offre le même exemple : les prophètes de Dieu sont accompagnés d'une pluie spirituelle dont profitent ceux qui sont de bonne nature ; mais elle pousse aussi certains à rejeter les envoyés de Dieu et à nuire à leur mission. Telle fut la situation à l'époque du Saint Prophète Muhammad (s.a.w), quand les indigents l’ont accepté alors que les nantis l'ont rejeté.

À l'instar du jardinier averti, le croyant doit tout le temps désherber son coeur, car il peut à tout instant tomber sous l'influence néfaste des autres. Pour cela il doit à tout moment implorer Dieu tout en étant animé d'une grande ferveur.

Le Coran ajoute à ce sujet : « Ou, Qui répond à l’appel de celui qui est en détresse lorsqu’il L’invoque, et lui enlève le mal, et fait de vous les héritiers de la terre ? Y-a-t-il un dieu avec Allāh ? Vous réfléchissez bien peu ! » (Le Saint Coran, chapitre 27, verset 63). Dieu écoute celui qui Le considère comme Le seul refuge, comme Le véritable Maître des cieux et de la terre. Il écoute ceux qui sont persécutés pour avoir accepté celui qu’Il a envoyé, ceux pour qui toutes les portes sont fermées. Les Ahmadis sont persécutés en raison de leur foi au Pakistan et depuis quelque temps en Égypte aussi. Face à cette situation, les Ahmadis doivent se prosterner devant Dieu, le coeur envahi de détresse.

Le Messie Promis (a.s) a commenté sur le verset cité plus haut (verset 63 du chapitre 27) en disant que le terme Mudtar s'applique uniquement à une personne en détresse en raison d'une épreuve de la part de Dieu et non pas en raison d'un châtiment quelconque. Sinon Dieu aurait promptement répondu aux prières des peuples de Noé, de Lot et de Pharaon lorsque ces derniers – frappés du châtiment qui leur était promis – étaient en plein désarroi. Dieu est Indépendant, et pour attirer Son attention, le coeur de l'homme doit être animé d'une grande détresse.

Allah déclare dans un autre verset de la Sourate Al-Naml (chapitre 27) du Saint Coran : « Ou, Qui vous guide dans toutes sortes d’obscurités de la terre et de la mer, et Qui envoie les vents comme une bonne annonce, en avant de Sa miséricorde ? Y-a-t-il un dieu avec Allāh ? Exalté est Allāh bien au-dessus de ce qu’ils Lui associent. » (Le Saint Coran, chapitre 27, verset 64). L'obscurantisme précède la venue d'un prophète ; ainsi donc avant l'avènement du Saint Prophète Muhammad (s.a.w), croyants et athées se trouvaient au comble de la déchéance spirituelle. Le Saint Coran déclare que les troubles régnaient sur terre et sur mer. Néanmoins, même au cours de cette période trouble certains avaient commencé à ressentir l'imminence de la venue d'un grand prophète.

Au cours des décennies précédant la venue du Messie Promis (a.s), l'humanité en général et les musulmans en particulier, se trouvaient dans un marasme spirituel. Les gens de différentes fois attendaient la venue d'un réformateur. Décrivant cette période, le Messie Promis et Imam Al Mahdi a déclaré qu'il a été envoyé par Dieu au moment le plus opportun, à une période au cours de laquelle les musulmans avaient abandonné la pureté, la Taqwa, et se sont opposés à la vérité à l'instar des juifs de l'époque de Jésus-Christ. C'est pour cette raison que Dieu à conférer le titre de « Messie » à Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s).

La renaissance de l'Islam ne se fera pas par des actions terroristes. Si renaissance il y aura, ce sera par la grâce de Dieu. Et pour cela les musulmans vont devoir se prosterner devant Dieu. Malheureusement, certains Ahmadis oublient ce principe fondamental : sans l'aide de Dieu, l'on ne pourra profiter de Ses provisions spirituelles ou matérielles. Une vigilance constante s'impose et on doit à tout instant protéger ses Salat (cinq prières quotidiennes).

Le Calife de dire que certaines personnes lui demandent ­­– par simple formalité – de prier pour elles, alors qu'elles ne prient pas régulièrement. Abandonner la prière signifie mettre sa foi en péril. Sa Sainteté a cité l'exemple d'un père qui s'est plaint de son fils, disant que ce dernier a beaucoup de succès dans ses affaires, mais n'est pas régulier dans ses prières quotidiennes. Le Calife de dire au fils que ses requêtes de prières sont pures formalités. De plus, le Messie Promis (a.s) a déclaré qu'il ressent un certain dégoût à l'égard de ceux qui lui demande uniquement de prier pour leur commerce ou leur bizness. Certes on doit prier pour avoir du succès ici bas, mais l'objectif de l'homme n'est pas ce monde temporaire. Dieu a le pouvoir de nous accorder du succès, mais Il peut tout aussi bien le faire disparaître. C'est pour cette raison qu'on doit tout le temps se prosterner devant Dieu et se souvenir du but premier de la création de l'Homme.


(Le site islam-ahmadiyya.org prend l’entière responsabilité de la publication de ce résumé)