L’Islam, une religion de paix

par Hadrat Mirza Masroor Ahmad - Cinquième Calife de la Communauté Musulmane Ahmadiyya

Discours de Sa Sainteté le Calife, Hadrat Mirza Masroor Ahmad, Chef Suprême de la Communauté Islamique Ahmadiyya, à l’Université d’Abomey-Calavi, à Cotonou, République du Bénin, lors de sa tournée d’Afrique de l’Ouest en l’an 2005.

lislam_une_religion_de_paix_cover

Téléchargez ou ouvrez le livre
islam...paix.pdf 345 kb .pdf

Quelques passages du livre :

[…] après l’avènement de l’Islam, des puissances anti-islamiques avaient lancé une campagne de propagande pour faire croire que l’Islam était une religion d’extrémisme et de violence dont le plan était de forcer les gens à croire par l’épée. Évidemment, cette idée est erronée […]

[…] si l’Islam a été terni, c’est à cause de l’image sombre et horrible de l’extrémisme qui est projetée, sciemment ou inconsciemment, par certains groupes ou organisations islamiques ; malheureusement ces groupes y ont des intérêts […]

[…] si l’on souhaite trouver les vrais enseignements de l’Islam, nous devrons étudier le Saint Coran et voir ce qu’il dit, au lieu de les chercher dans les actions de certains musulmans qui ont oublié les principes du Saint Coran […]

« Notre Prophète dut subir des souffrances, à la Mecque et même après, aux mains des incroyants. La simple évocation de la persécution et de la cruauté de toutes sortes qu’il dut subir pendant treize années à la Mecque nous fait pleurer. Malgré tout, il ne tira pas son épée, ni ne répondit-il à leur cruauté par la cruauté. Il advint que beaucoup de ses compagnons et amis les plus chers furent tués de manières on ne peut plus cruelles. Certains durent passer par toutes sortes d’épreuves ; d’autres furent empoisonnés. Plusieurs complots d’assassinat furent ourdis contre lui, mais en vain. L’heure de la rétribution divine s’approchait, tandis que les chefs et nobles de la Mecque décidaient à l’unanimité que le Saint Prophètesaw devait être assassiné. C’est alors que Dieu, le Gardien et Protecteur de Ses bien-aimés, les gens honnêtes et véridiques, informa le Saint Prophète (saw) qu’il n’y avait plus que le mal dans cette ville ; et que son peuple était acharné à commettre le meurtre ; et qu’il devait donc quitter les lieux sur-le- champ. Sous la direction de Dieu, il émigra vers Madinah [...] » (Masih Hindustan Mein p. 7-8 : Tafsir Hadrat Masih Mau‘ud, vol. 3, p. 316-317)