PDFImprimer

La renaissance de l'Islam, comment va-t-elle s'opérer ?

- par Hadrat Mirza Tahir Ahmad (rha) -

Quels sont les sens véritables des prophéties concernant la venue de Jésus-Christ et de l'Imam Al Mahdi ? Ce discours du quatrième calife de la communauté Ahmadiyya en Islam répond à ces questions et à bien d'autres qui concernent à renaissance de l'Islam, à la lumière des exemples tirés du Saint Coran et de l'histoire des religions.

Je m'adresse à vous aujourd'hui sur le sujet de la philosophie islamique du renouveau des religions. Les religions sont toujours restaurées par Dieu. Dieu envoie un réformateur pour retirer l'homme du matérialisme et le ramener vers son Créateur. Un tel réformateur demande beaucoup de sacrifice au nom de Dieu. Il invite les gens à travailler et à peiner ; à être persévérants et patients ; et il leur annonce que ceux qui veulent vivre doivent être prêts à donner leur vie. Il les prépare pour une lutte longue et pénible contre une opposition et une persécution aveugles de la part de ceux qu'ils aiment et cherchent à sauver. En effet, c'est cela la véritable et éternelle philosophie du renouveau dans la religion : toute philosophie qui va à l'encontre n'est que pure fantaisie.

hadrat khalifatul massih rabe
Hadrat Mirza Tahir Ahmad
Quatrième Calife de la Commnuauté Ahmadiyya

Je dois cependant ajouter que toutes les écoles de pensée de l'Islam ne sont pas d'accord sur ce sujet. La communauté musulmane Ahmadiyya croit que ce procédé historique est perpétuel et constant. De peur que la différence d'opinion parmi les musulmans ne laisse une mauvaise impression, je pense qu'il est nécessaire d'énumérer ces croyances fondamentales communes qui lient tous les musulmans, sans égard pour leur école de pensée.

Croyances communes de tous les musulmans

Tous les musulmans croient en l'unicité de Dieu et acceptent le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) comme Son envoyé. Tout musulman croit que l'Islam est la dernière religion pour le salut de l'humanité. Tout musulman croit que l'Islam continuera jusqu'au jour du jugement à satisfaire les besoins spirituels de l'homme. Tout musulman croit que la loi révélée par le truchement du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) est inchangeable et que le Coran est incorruptible et inaltérable même jusque dans ses moindres parties. Les musulmans de toutes les écoles de pensée croient que les édits Saint Prophète Muhammad (s.a.w) ont valeur d'autorité. Tout musulman croit que c'est uniquement par une alliance avec le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) que l'on peut percevoir et apercevoir la lumière de la vérité éternelle.

Différence entre les ahmadis et les autres musulmans

Avec autant de points en commun, il y a la différence fondamentale qui distingue la communauté musulmane Ahmadiyya des autres musulmans - la différence sur la question du renouveau de l'Islam. Comment ce renouveau va-il s'opérer ? Comment une vie nouvelle et une vigueur nouvelle vont être injectées en lui ? À l'instar de la communauté Ahmadiyya, tous les autres musulmans admettent que la réponse à cette question gît en l'avènement promis du Christ, fils de Marie, et celui de l'Imam Mahdi promis (le réformateur choisi par Dieu et qui sera guidé par Lui). Ce point de convergence apparente donne lieu à deux opinions diamétralement opposées.

Interprétation des prophéties concernant l'avènement de Jésus-Christ

La communauté musulmane Ahmadiyya considère que la prophétie sur l'avènement du Christ doit être pris métaphoriquement. Elle croit aussi que les prophéties concernant l'Imam Mahdi sont allégoriques. Nous croyons que la portée réelle de ces prophéties glorieuses ne peut être saisie si elles sont prises au pied de la lettre. Les autres écoles de pensée en Islam ont opté, quant à elles, pour un accomplissement au sens littéral, et de ce fait, elles isolent la communauté Ahmadiyya.

L'arrière-plan de ces prophéties : le déclin des musulmans

Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) était au courant du déclin général présent des musulmans et des disputes qui les rongeraient. 14 siècles de cela, s'appuyant sur des révélations divines, il prédit que les musulmans allaient se diviser en 72 groupes. Il décrivit la condition pitoyable des musulmans comme s'il la voyait. Les traditions contiennent une description saisissante de notre époque. Il dit : « Un temps viendra où de l’Islam, il ne subsistera que le nom et du Coran que le texte. Les mosquées, quoique remplies, seront dénuées de droiture. Les ‘Ulama seront les pires créatures sous la voûte des cieux ; ils trameront des complots qui retourneront contre eux. » (Mishkāt Kitāb-Ul-‘Ilm)

Cependant, malgré ces présages sinistres, il donna des nouvelles glorieuses. Il déclara qu'en dépit de ces grands malheurs, la nation musulmane ne périra pas. « Comment mes disciples pourront-ils être détruits, alors que je suis à leur tête de file et que Jésus fils de Marie ferme leurs rangs. » (Musnad Ahmad)

Il dit encore : « Quel sera votre situation lorsque le fils de Marie descendra parmi vous, et sera votre guide de parmi vous-même. » (Bukhari, Livre des prophètes)

Et il répéta la nouvelle en ces mots : « Je jure par Celui qui tient ma vie entre Ses mains que le fils de Marie descendra parmi vous et arbitrera avec justice. » (Bukhari, Livre des prophètes)

Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) avait prédit la venue d'un grand imam – l'Imam Mahdi – qui accompagnera Jésus fils de Marie. Ainsi la communauté Ahmadiyya est d'accord avec les autres musulmans pour dire que le renouveau de l'Islam et son triomphe mondial sont liés à l'avènement de Jésus-Christ (Isa Ibn Mariam) et de l'apparition de l'Imam Mahdi. Cependant elle n'est pas d'accord avec leur interprétation de ces prophéties. Elle insiste que celles-ci doivent être vues à la lumière de la loi divine et en concordance avec l'histoire des premiers prophètes. Les autres écoles de pensée croient que ces prophéties n'ont pas de message profond et qu'elles doivent être prises au pied de la lettre.

Le concept du renouveau selon musulmans non-ahmadis

En toute justice envers nos adversaires, je vais essayer d'élucider leur point de vue qui veut que le renouveau de l'Islam signifie sa domination économique et politique. Il y a une explication possible à cela. L'amour du pouvoir et l'avidité de l'or ont traditionnellement dominé les disputes entre les hommes. Le point culminant du renouveau national signifierait donc une ascendance politique et économique. Selon eux, la ferveur divine se manifestera justement pour apporter un tel résultat. C'est là, plus ou moins l'opinion de beaucoup sur le renouveau de l'Islam ; et selon cette croyance, l'avènement du Messie augurera une ère de conquête politique par l'Islam, tandis que l'apparition de l'Imam Mahdi lui apporterait une suprématie économique.

Le retour de Jésus-Christ (a.s)

Tout d'abord, je vais définir leur concept de l'avènement du Messie. Ils croient que c'est le même Jésus fils de Marie, que le Coran décrit comme étant un prophète israélite, qui descendra physiquement du ciel, et que sans tarder, il se ruera sur les ennemis de l'Islam et les mettra à mort. Ce coup de balai aura trois objectifs : premièrement la destruction de la Croix au sens littéral du mot. Il détruira le symbole de la foi chrétienne avec une telle vigueur qu'aucune trace ne restera de la croix, que ce soit dans une église, dans une maison chrétienne ou autour d'aucun cou.

D'après eux, il s’attellera ensuite à la tâche de détruire tous les porcs, domestiqués ou marrons. Et ainsi, les adeptes de la Croix n'auront plus de croix pour prier, ni de cochon pour manger. Le Christ aura privé les chrétiens de leur nourriture tant spirituelle que physique.

L'anéantissement de l'Antéchrist

La troisième tâche du Messie sera de tuer le Dajjal (Dadjal) ou l'Antéchrist. Qui est l'Antéchrist ? Selon les traditions, c'est littéralement un colosse borgne monté sur un âne aux proportions extraordinaires. Il sera si haut que sa tête dépassera les nuages. Tous les prophètes avaient averti leurs disciples contre le mal de l'Antéchrist. Et pendant que ce dernier est engagé a ravagé la terre, le Messie descendra des cieux ; il engagera une bataille féroce contre l'Antéchrist près de Damas et le tuera ; ensuite il ira conquérir le monde entier et après l'avoir fait, il remettra le pouvoir aux musulmans.

Telle est en somme leur philosophie du renouveau politique des musulmans et de leur ascendance. Ceux qui se vautrent dans l'assurance qu'ils hériteront de la terre sans bouger le petit doigt ne trouvent aucune raison de s'embarrasser d'une pensée ou d'une action politique. Ils vivent béatement dans leur décadence et leur dégradation ; car, toutes choses mises à part, ils sont sûrs que l'heureux événement n'est pas loin où un être divin descendra des cieux et augurera une campagne de conquête. Il tuera les porcs, brisera les croix, subjuguera toutes les puissances de l'Est comme à l'Ouest ; et à la fin il fera signe aux masses musulmanes qui attendaient en leur disant : « Venez ici, soldats de Dieu ! Venez, ô vous les hommes de bien ! Venez ! Prenez le sceptre du royaume de la terre ! » C'est un point de vue belliqueux que les ahmadis trouvent inacceptable. Ils ne peuvent souscrire à une telle interprétation littérale.

L'avènement de l'Imam Mahdi

Vient ensuite le concept des musulmans non Ahmadis sur le renouveau économique de l'Islam. Leurs oulémas sont d'avis que le remède aux malheurs économiques des musulmans se trouve, non pas dans la lutte et le sacrifice, mais dans l'avènement de l'Imam Mahdi. Ce dernier sera contemporain du Messie. Sitôt arrivé, son plus grand geste sera de faire des largesses illimitées aux musulmans du monde entier. Ses munificences seront sans bornes, et sa générosité défiera toute description ; tant et si bien que les musulmans ne pourront ramasser une fortune aussi considérable. Ainsi prendra fin toute cupidité et toute avarice. C'est cela la panacée conçue par certains pour les maux économiques du monde musulman. Selon cette croyance, l'avènement de l'Imam Mahdi est en soit la solution aux misères économiques des musulmans. Plus besoin de suer, de pleurer ou de peiner. Plus besoin, non plus, d'explorer les trésors de la terre, de regarder dans le coeur de l'atome ou de prospecter les secrets de l'espace. Plus besoin d'industrie, de créativité. Seule la venue du Mahdi suffit ! Nous ne sommes pas d'accord et nous musulmans ahmadis trouvons un tel concept enfantin, grossier et inacceptable.

L'interprétation correcte des prophéties

Quoique la communauté Ahmadiyya ne rejette en aucune façon les prophéties concernant la descente du Messie, et l'avènement du Mahdi, elle souligne que leur donner une signification littérale est le comble de la naïveté et de l'ignorance. Nous disons qu'une erreur sérieuse dans l'interprétation du message profond et philosophique du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a été commise, en raison de l'ignorance de certains concernant sa position élevée. Les hommes de vision et de sagesse se servent souvent de paraboles et d'allégories pour définir et décrire des sujets d'une aussi grande importance ; mais le regard superficiel ne peut saisir leurs significations.

Jésus-Christ (Isa Ibn Mariam) (a.s) ne viendra pas

Les musulmans ahmadis croient que tout le sujet concernant le Messie, l'Antéchrist et son âne est allégorique. Donc, le Messie n'est pas ce prophète antérieur qui visita les israélites. Les ahmadis croient que Jésus-Christ mourut d'une mort naturelle après avoir survécu les affres de la Croix. Le Messie de la prophétie devait être une autre personne devant naître parmi les disciples du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Parce qu'il devait partager certaines caractéristiques et traits de Jésus, il lui fut donné les titres de Messie, fils de Marie. La référence à la Croix est aussi une comparaison. Le Messie ne doit pas littéralement briser les croix ; il vaincra par des raisonnements forts et puissants. La destruction de la Croix signifie la déroute du christianisme. Le porc ne doit pas être pris littéralement non plus ; il indique les turpitudes de la civilisation occidentale qui tournent les hommes en bêtes. Porc signifie l'anarchie sexuelle qui est en train de balayer l'Occident et le monde, il signifie la débauche dégoûtante qui fait des victimes mêmes parmi les enfants innocents. Très certainement les traditions ne voulaient pas dire que le Messie chassera les cochons, marrons ou domestiqués. Cette description d'un prophète de Dieu est bizarre. Cela nous rappelle Ajax, héros légendaire de la mythologie grecque, qui tua des troupeaux entiers de bétail et de moutons, croyant qu'ils cachaient les chefs de l'armée grecque !

Qui est l'Antéchrist ?

L'Antéchrist est aussi symbolique, tout comme le Messie, la croix et le porc. Il symbolise une nation puissante qui domine non seulement la terre mais aussi le ciel. La croix et le porc sont en fait des symboles qui ont trait à cette nation. La tradition dit que l'Antéchrist sera borgne de l'oeil droit, tandis que son oeil gauche sera grand et brillant. Cette description signifie que cette nation sera dépourvue de vision spirituelle mais fera de grand progrès matériel.

En dernier lieu, les musulmans ahmadis prennent l’âne de l'Antéchrist pour un symbole indiquant les moyens de transport. Toutes les caractéristiques de cet âne sont identifiables avec les moyens de transport inventés par l'Occident. Voyez comment les traditions ont décrit ses caractéristiques : il mangera le feu, il voyagera sur la terre, sur la mer et dans l'air ; il voyagera à une telle vitesse qu'il fera en quelques heures un voyage de plusieurs mois ; des passagers voyageront, non pas sur son dos, et dans son ventre qui sera éclairé ; il annoncera son départ et demandera à ses passagers de prendre leurs sièges. L'accomplissement de ces choses avec une telle précision et d'un glorieux témoignage de la véracité du Saint Prophète Muhammad (s.a.w).

Trésors distribués par l'Imam Mahdi

Selon les musulmans ahmadis les prophéties concernant l'avènement de l'Imam Mahdi sont aussi symboliques. Les richesses qu'il distribuera aux les musulmans seront des trésors spirituels, et non des trésors terrestres. Le refus de certains d'en accepter indique le type de fortune en question : l'homme n'est jamais repu de biens matériels, il se détourne par contre des trésors spirituels.

L'Ahmadiyya rejette la philosophie du renouveau de l'Islam telle qu'elle est propagée par certains parmi les musulmans. Il soutient que cette philosophie va contre les intentions réelles des enseignements du Coran, elle est contre l'histoire des prophètes, et surtout contre la Sunnah (pratique) du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). L'Ahmadiyya évite ces drogues idéologiques qui bercent les nations, et les rendent inactivent et les conduisent vers un monde irréel et fantaisiste.

La philosophie du renouveau de la religion selon l'Ahmadiyya

Cette philosophie n'est pas différente de celle qui constitue l'héritage commun de toutes les religions. Quoique les écritures et des légendes font mention de personnes qui seraient montées au ciel, il n'y a aucun exemple, depuis Adam, que l'une d'elles serait retournée sur terre. Des réformateurs sont toujours venus parmi les hommes ordinaires et ont toujours été rejetés et méprisés par les autres. Ils ne furent jamais accueillis par des arcs de triomphe, par des guirlandes ou par des illuminations. Au contraire ceux qui vinrent au nom de Dieu furent persécutés pour avoir commis le crime d'inviter les gens vers Dieu. Leurs chemins furent semés d'épines. De la poussière fut entassée sur leur tête et ils furent lapidés. Ils reçurent les couronnes d'épines ; toutes formes de tourments leur furent infligées. Parfois vous les voyez revenir de Taif couvert de sang de la tête aux pieds. Parfois vous les voyez au coeur de la bataille à Uhud, plus morts que vifs, ensevelis sous les cadavres de ceux qui donnèrent leur vie pour eux.

Vous verrez leurs disciples subir le même sort. Toutes formes de tourments leur sont infligées. Ils sont traînés par les pieds le long des allées ; ils sont couchés de force sur le sable brûlant sous un soleil de feu ; ils sont jetés sur les braises ardentes et tenus là dessus jusqu'à ce que le feu s'éteigne.

Ils sont jetés hors de leurs maisons. Ils sont forcés à l'exil, ils sont menacés de famine ; ils sont passés au fil de l'épée. Les époux sont séparés les uns des autres. Les parents sont privés de leurs enfants. Tout ce que la vie leur donnait droit leur fut nié. Ils furent empêchés de prier ou de bâtir des mosquées. Ils furent privés de leur droit de faire connaître leur foi. Ils n'eurent même pas le droit de nommer leur religion.

Renaissance spirituelle en Islam

C'est ainsi que l'homme acquiert une vie spirituelle nouvelle. C'est ce chemin qui conduit au renouveau de la religion. C'est le phénomène que nous voyons à l'oeuvre dans la vie du Saint Prophète Muhammad (s.a.w), et dans la vie de tout prophète avant lui. C'est en prenant ce chemin périlleux que les prophètes ont fait revivre leur nation. C'est cela la philosophie du renouveau de toutes les religions depuis Adam jusqu'au Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Comment pouvons-nous accepter que Dieu ait décidé de changer cette pratique entérinée par le temps ? Comment pouvons-nous accepter que les musulmans héritent de la terre sans verser une goutte de sang et sans faire un effort ? Comment pouvons nous accepter qu'ils réussissent sans prendre le sentier des sacrifices ? Cela n'a jamais eu lieu et n'aura jamais lieu.

Personne ne descendra du ciel

Le Messie Promis, fondateur du mouvement Ahmadiyya, affirme cette vérité éternelle quand il avertit les nations en ces mots :

« Il n'y a pas eu de prophète que l'on n'ait pas raillé. L'on devait, suivant cette pratique, raillé le Messie Promis. Dieu déclare dans le Saint Coran : Hélas pour l’humanité ! Aucun Messager ne vient à eux sans qu’ils ne se moquent de lui. (Chapitre 36, verset 31). Il est donc un signe de Dieu que tout prophète soit raillé. Alors, qui peut se moquer d'une personne qui descend physiquement du ciel accompagné d'anges ? La descente du Messie promis des cieux n’est que mensonge. Rappelez-vous que personne ne descendra du ciel. Nos adversaires qui sont encore vivants aujourd’hui mourront tous mais personne ne verra Jésus Fils de Marie descendre du ciel. Leurs enfants mourront aussi, sans que personne n’ait vu Jésus Fils de Marie descendre du ciel. Puis mourront ceux de la troisième génération, mais eux non plus ne verront pas Jésus Fils de Marie descendre du ciel. C’est-là que Dieu frappera leur cœur d’effroi : ils constateront que la suprématie de la Croix est révolue, le monde à changer, mais Jésus Fils de Marie n’est pas encore descendu du ciel. Et les sages répudieront cette croyance. Trois siècles ne se seront pas écoulés depuis ce jour, que tous ceux qui attendent Jésus Fils de Marie, musulmans ou chrétiens, seront au comble du désespoir et renonceront à cette chimère. Et sur Terre, il y aura une seule religion et un seul guide. Moi je ne suis que le semeur et j’ai mit la semence en terre ; maintenant elle poussera et fleurira, et personne ne pourra l’arrêter. » (Tadhkiratush-Shahadatain, Ruhani Khaza’in, vol. 20, p. 67)

Tout homme peut conclure de cette comparaison que le point de vue de la communauté Ahmadiyya est fondé sur l'histoire des religions, tandis que la philosophie de ses adversaires est un mythe contraire à l'histoire du renouveau de la religion. L'histoire nous apprend que les envoyés de Dieu ont dû faire face à une tempête d'opposition. Tous les prophètes vinrent avec le message de vérité et de vie éternelle, mais furent opposés par ceux qui préfèrent le mensonge à la vérité, la mort spirituelle à la vie spirituelle. C'est cela le procédé de la naissance des religions. Lorsque les impuretés et la corruption s'étendirent dans les religions, leur renaissance pris le même chemin. Les réformateurs subirent le même sort que les prophètes. Chaque fois que Dieu décida de faire renaître une nation, elle se divisa en deux groupes : ceux qui acceptèrent la vérité et ceux qui la rejetèrent. Aucun des deux ne changea sa façon d'agir. Le Saint Coran décrit ce cycle d'une manière très émouvante et très effective. Une étude du Saint Coran nous montre que :

  1. Les religions naissent et revivent par le truchement de réformateurs choisis par Dieu. Jamais une religion n'a été réformée par des oulémas donnant des conférences ou par un référendum.
  2. Les réformateurs choisis par Dieu ont toujours été rejetés par leur peuple, qui les traitèrent avec arrogance et dédain.
  3. De tels réformateurs ont toujours eu à faire face à la violence. Ils sont accusés de vouloir corrompre la religion de leurs ancêtres. Ils sont traités d'hérétiques, accusés d'apostasie.
  4. La croyance des adversaires prescrit la mort ou l'exil pour l'apostasie. Les réformateurs ont le choix entre le retour au bercail où l'exil ; sans quoi ils sont menacés de mort.
  5. Les réformateurs n'ont jamais prêché la violence. Leurs suivants font preuve d'une telle fermeté qu'ils préfèrent l'exil ou la mort plutôt que de renier leur foi.
  6. Les réformateurs ne séduisent pas les gens par des promesses de pouvoir ou de hautes fonctions ; ils dissipent les ambitions personnelles. Ils n'entichent pas les gens avec de l'argent ; ils inculquent l'esprit de sacrifice. Des croyants riches pensent que c'est leur chance de tout donner pour la cause de Dieu.

Voilà le procédé du renouveau religieux des nations, comme le Coran et les Écritures Saintes nous le révèlent. Tous les prophètes depuis Adam jusqu'au Saint Prophète passèrent par ces étapes. Ils donnèrent à leur nation une vie nouvelle en les guidant sur la voie du sacrifice et de la souffrance. Ils enseignèrent l'amour. Ils inculquèrent l'amour du travail dur, de l'effort soutenu et de l'action incessante. C'est cet esprit révolutionnaire qui infuse la vie dans les nations mortes. Cette loi divine souvent démontrée, mais jamais changée est d’après la nature humaine. C'est cette même loi que la communauté Ahmadiyya reconnaît.

Comme on peut le voir, le concept du renouveau des religions par la communauté musulmane Ahmadiyya n'est pas une philosophie créée de toutes pièces par le cerveau d'un homme. Elle découle de ce procédé continu et inaltéré qui a été préservé avec précision dans le Saint Coran. Par exemple le Saint Coran dit :

« Point de contrainte en religion. Assurément, le bien s’est distingué du mal; alors, quiconque refusera de se laisser guider par les transgresseurs et qui croira en Allāh, aura assurément saisi une poignée solide et incassable. Et Allāh entend tout et sait tout. » (Chapitre 2, verset 257)

« Hélas pour l’humanité ! Aucun Messager ne vient à eux sans qu’ils ne se moquent de lui, » (chapitre 36, verset 31)

« Assurément, Allāh ne change pas la condition d’un peuple avant qu’ils n’aient changé ce qui est dans leurs cœurs. » (Chapitre 13 verset 12)

A propos du prophète Shu‘aib le Saint Coran dit :

Les chefs de son peuple, qui étaient arrogants, dirent : « Nous te chasserons assurément de notre ville, ô Shu‘aib, et les croyants qui se trouvent avec toi, ou bien vous reviendrez à notre religion. » Il dit : « Comment, même si nous y répugnons ? »

Le prophète Noé fut menacé de lapidation :

Ils dirent : « Si tu ne cesses pas, ô Noé, tu seras sûrement lapidé. » (Chapitre 26 verset 117)

Ce traitement n'était pas réservé à quelques prophètes uniquement. Le Coran résume l'attitude des peuples envers leurs prophètes en ces mots :

Et ceux qui mécrurent dirent à leurs Messagers : « Nous vous chasserons assurément de notre pays, à moins que vous ne retourniez à notre religion. » Alors leur Seigneur leur révéla : « Nous anéantirons sûrement les injustes. » (Chapitre 14 verset 14)

Abraham fut persécuté pour avoir renié la religion de ses ancêtres et pour avoir dit la vérité. Les chefs exprimèrent leur colère en ces mots :

Ils dirent : « Brûlez-le et aidez vos dieux, si vous voulez vraiment faire quelque chose. » (Chapitre 21 verset 69)

Jésus-Christ fut cloué sur la Croix parce qu'il n'était pas d'accord avec les juifs sur l'interprétation de la Bible, quoiqu'il avait admis ouvertement :

« Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu'à ce que tout soit arrivé. » (Mathieu, chapitre 5, versets 17 à 18)

Puis-je me permettre de vous rappeler que la divergence principale entre Jésus-Christ et les Pharisiens avait trait à l'interprétation du verset : « ...et Élie monta au ciel dans un tourbillon. » (2 Roi, chapitre 2, verset 11). Les pharisiens se contentèrent d'une version littérale. Ils croyaient qu'Élie allait descendre physiquement du ciel avant l'avènement du Christ. Jésus-Christ, affirmait que le langage employé était allégorique et qu'on ne devait pas le prendre au sens littéral. Il déclara que Jean, le fils de Zacharie, était Élie, celui qui devait descendre du ciel. Jésus savait très bien que Jean naquit sur terre et qu'il ne descendit pas du ciel. En réponse à la question « Alors pourquoi les scribes disent-ils qu’Élie doit venir d'abord ?, il répondit :

« Il est vrai qu'Élie doit venir, et rétablir toutes choses. Mais je vous dis qu'Élie est déjà venu, qu'ils ne l'ont pas reconnu, et qu'ils l'ont traité comme ils ont voulu. De même le Fils de l'homme souffrira de leur part. Les disciples comprirent alors qu'il leur parlait de Jean Baptiste. » (Mathieu, chapitre 17, versets 10 à 13)

De plus, il y a les souffrances subies par le Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Nous citons ses propres paroles : « Aucun prophète n'a autant souffert que moi ». Donc l'histoire des religions nous enseigne que les prophètes furent toujours des hommes normaux. Ils ne descendirent pas du ciel comme des héros des légendes. Ils durent passer par des épreuves et des tribulations. Leurs suivants trouvèrent la gloire non pas par labeur d'autrui, mais par leur propre sang et leur propre effort.