Imprimer

Ramadan 2013 - Jeûne - Prière - Taravih - Coran - Aumône

Le Ramadan : le printemps spirituel du musulman

Ramadan mois consacré au jeûne et à la prière

Le Ramadan doit être pour les musulmans synonyme de renouveau spirituel. Malheureusement nombre d’entre eux ignorent jusqu'à présent les exigences de ce mois sacré. Ces temps-ci Ramadan rime avec profits : les commerçants dans les pays musulmans en profitent pour augmenter les prix des denrées ; les chaînes de télé lancent de nouveaux feuilletons et font payer le prix fort aux annonceurs publicitaires. Ailleurs le Ramadan est l’occasion pour faire la fête. Ci-dessous sont quelques rappels quant à l’essence même du Ramadan.

Lisez aussi :

Le Ramadan : le moment pour accomplir de bonnes œuvres

Abū Hurairah (r.a.) raconte que le Saint Prophète Muhammad (p.s.s.l.) a dit : « Quand débute le Ramadan, on ouvre les portes du Paradis et on ferme les portes de l’enfer et les satans sont enchaînés. » Bukhārī Kitāb-Bada-ul-Khalq

Le Ramadan : période propice pour se rapprocher de Dieu

« Le Ramadan revêt une grande importance pour le musulman sincère ; celui-ci ressent certaine exaltation à l'arrivée de ce mois. Le Ramadan nous ramène à l'époque du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) ; il enlève la distance qui sépare l'homme de Dieu. Le Saint Coran affirme : « Et quand Mes serviteurs t’interrogent sur Moi, certainement Je suis tout près... » (Le Saint Coran, chapitre deux, verset 187). S’adressant au Saint Prophète Muhammad (s.a.w) Dieu déclare : « Lorsque mes serviteurs te questionnent à Mon sujet au cours du Ramadan dis-leur qu'il n'y a pas de distance entre Moi et ce mois. » C’est la saison pendant laquelle Dieu se manifeste à Ses serviteurs. Le Coran est cette corde qui lie Dieu à l'homme. Ce dernier doit s'y cramponner pour atteindre son Créateur.
(Adapté des commentaires sur le verset 186 de la sourate Al-Baqarah, chapitre deux du Saint Coran, Tafsir Kabir, par Hadrat Mirza Bashir Ud-Din Mahmud Ahmad)

Hadrat Mirza Ghulam Ahmad (a.s) sur le Ramadan

« [Le jeûne est si important] pour moi que je ne l'abandonnerai que si je suis sur mon lit de mort. Ma nature m'interdit de renoncer au jeûne [du Ramadan]. Ce sont des jours bénis, des jours pendant lesquels Dieu fait pleuvoir Ses grâces et Sa miséricorde. » (Al-Hakm, 24 janvier 1901, page 5)

La plus grande bénédiction du Ramadan

L'objectif premier du Ramadan est d'établir le lien entre le croyant et Dieu. Parmi les versets qui évoquent le Ramadan dans le Saint Coran l'on trouve celui-ci :

وَإِذَا سَأَلَكَ عِبَادِي عَنِّي فَإِنِّي قَرِيبٌ أُجِيبُ دَعْوَةَ الدَّاعِ إِذَا دَعَانِ فَلْيَسْتَجِيبُوا لِي وَلْيُؤْمِنُوا بِي لَعَلَّهُمْ يَرْشُدُونَ

S'adressant ici au Saint Prophète Muhammad (s.a.w) Dieu déclare : « Et quand Mes serviteurs t’interrogent sur Moi, certainement Je suis tout près. J’exauce la prière du suppliant quand il M’implore. Ils doivent donc M’écouter et croire en Moi afin qu’ils soient bien guidés. » (Le Saint Coran, chapitre 2, verset 187)

La prière qui est sous-entendue ici ne concerne point les besoins matériels du croyant. L'on découvre dans ce verset l'image du croyant en quête de cette rencontre avec Dieu, qui désire ardemment être en communion avec son Seigneur, et qui interpelle le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) à ce sujet. La réponse immédiate donnée à cette question est : « Je suis tout près ». Dieu est si proche qu’Il n'a pas besoin d'une tierce personne pour l’annoncer. Il déclare ailleurs dans le Saint Coran : « Et Nous sommes plus près de lui que même sa veine jugulaire. » (Le Saint Coran, chapitre 50, verset 17)

Dieu énonce une certitude concernant celui qui cherche à le rencontrer : « J’exauce la prière du suppliant quand il M’implore... ». Le mois béni du Ramadan ouvre la voie à l’exaucement de nos prières.

Néanmoins la condition est : « Ils doivent donc M’écouter et croire en Moi afin qu’ils soient bien guidés. ». Ceux en quête de cette communion avec le divin ne doivent pas Le considérer comme un simple serviteur qu'ils peuvent convoquer ou congédier comme bon il leur semble. La bonne nouvelle « Je suis tout près », s'adresse à ceux qui se sont efforcés à suivre à la lettre les préceptes de Dieu.
(Adapté du sermon du vendredi 26 décembre 1997 prononcé par Hadrat Mirza Tahir Ahmad, quatrième calife de la Communauté Islamique Ahmadiyya)

La prière Tahajjud (Qiyam-ul-Lail) et le Ramadan

Il y a un lien direct entre le Ramadan et la prière Tahajjud (prière surérogatoire ou nawafil offertes au milieu de la nuit). Le Ramadan facilite l’accomplissement de cet acte plein de mérite. Durant les jours ordinaires il est difficile pour certains de se réveiller bien avant la prière d’Al-Fajr pour se consacrer à la prière Tahajjud.

Au cours du Ramadan, on doit de toute façon se réveiller pour prendre le repas du matin (As-Suhur ou As-Souhour, Sehri) ; pourquoi donc ne pas profiter de l'occasion pour affiner sa spiritualité ? Il faut aussi encourager les enfants à accomplir tout au moins deux Raka’at de prière Nawafil, s’ils se réveillent pour le repas d'avant l'aube. Sortir directement du lit pour aller à la table à manger est contraire à l'esprit même du Ramadan. Selon Saint Prophète Muhammad (s.a.w) les bénédictions du Ramadan sont intimement liées avec la prière Tahajjud.
(Adapté du sermon du vendredi prononcé le 26 janvier 1996 par Hadrat Mirza Tahir Ahmad, quatrième calife de la Communauté Musulmane Ahmadiyya)