PDFImprimer

Qu'est-ce que la bai‘ah (serment d'allégeance)?


Téléchargez le formulaire de la déclaration d'initiation en cliquant sur le lien ci-dessous.

Veuillez nous contacter pour de plus amples renseignements

Téléchargez le formulaire en PDF
dix_c...sion.pdf 249 kb .pdf




Le Messie Promisas déclare :

« La bai‘ah signifie vendre son être. Les bénédictions et l’effet y relatifs dépendent de cette condition. Tout comme lorsque la graine est semée dans la terre, sa condition originale est que c’est la main du fermier qui l’a semée et on ne sait pas ce qu’il adviendra d’elle. Si la graine est de bonne qualité et possède la faculté de grandir, alors avec la grâce d’Allah, le Tout-Puissant, et de par le travail effectué par le fermier, elle se développera jusqu’à ce qu’elle se multiplie en un millier de grains. De la même façon, celui qui prend la bai‘ah doit adopter une attitude humble et doit se débarrasser de son ego et de son égoïsme. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il pourra s’épanouir. Cependant celui qui s’accroche à son ego tout en prenant la bai‘ah ne recevra jamais de grâce. » (Malfuzat, vol.6, p.173)

Le Messie Promisas déclare aussi :

« Faire la bai‘ah signifie que vous devez offrir votre vie à Allah, le Tout-Puissant. Cela signifie : « Aujourd’hui nous avons vendu notre âme à Allah, le Tout-Puissant ». Il est faux d’affirmer qu’en marchant sur le chemin d’Allah l’on est destiné à la perdition. Les véridiques ne peuvent jamais être dans un état de perdition. C’est seulement celui qui est faux – c’est-à-dire, celui qui, pour des gains mondains, brise la promesse qu’il a faite à Dieu – qui souffrira des pertes. Celui qui agit ainsi, par peur du monde, doit se souvenir qu’à l’heure de sa mort, aucun dirigeant ou souverain de ce monde ne viendra pour le libérer. Il devra se présenter devant le Juge de tous les juges, Qui lui demandera : « Pourquoi ne M’as-tu pas honoré ? » Il est donc primordial que tous les croyants croient vraiment en Allah, Qui est le Roi des cieux et de la terre et de se repentir sincèrement. » (Malfuzat, vol. 7, p. 29-30)

Ces écrits du Messie Promisas démontrent clairement la signification de la bai‘ah. Si chaque personne reconnaît que ‘Mon être ne m’appartient pas et je dois maintenant me conformer à toutes les injonctions d’Allah, le Tout-Puissant, dans toutes les circonstances ; aussi, les suivrai-je scrupuleusement et ferai en sorte que chacun de mes actes soient conformes au plaisir d’Allah,’ ceci serait une synthèse des conditions de la bai‘ah.

Hadith du Saint Prophète Muhammad(saw) sur la bai‘ah

‘A'idhullah Bin ‘Abdullahra rapporte ce qui suit : ‘Ubadah Bin As-Samitra était parmi les compagnons qui avaient participé à la bataille de Badr de même qu’à la bai‘ah de ‘Aqabah.’ ‘Ubadah Bin As-Samitra a rapporté à ‘A'idhullah Bin ‘Abdullahra que le Saint Prophètesaw a dit, alors qu’un groupe de ses compagnons était autour de lui : « Venez et faites la bai‘ah aux conditions suivantes :

…que vous n’associerez personne à Allah. Vous ne volerez pas, ne commettrez pas l’adultère, ne tuerez pas vos enfants, ne calomnierez pas, ne me désobéirez pas en toutes bonnes choses que je vous demanderai. Donc, quiconque sera fidèle à cette promesse d’allégeance aura sa récompense avec le Tout-Puissant. Quiconque n’accomplit pas pleinement sa promesse et subit des pertes dans ce monde, sa perte sera une expiation pour lui. Quiconque n’accomplit pas sa promesse de bai‘ah, son cas demeure avec Allah, le Tout-Puissant. S’Il le désire, Il peut le punir et s’Il le désire, Il peut le pardonner.’ (Sahih Al-Bukhari, Kitabu Manaqibil Ansari, Babu Wufudil Ansari Ilan-Nabiyyi Bi Makkata Wa Bai‘atil ‘Aqabah)

Hadrat ‘Ubadah Bin As-Samitra raconte que : « Nous avons promis sur la main du Saint Prophètesaw que nous écouterons et obéirons en temps de bonheur tout comme en temps de difficultés, dans la joie comme dans la tristesse ; que nous ne contesterons pas contre ceux qui sont en autorité sur nous. De plus, où que nous soyons, nous adhérerons à la vérité et n’aurons pas peur des objections des détracteurs quels qu’ils soient. » (Sunan An-Nasa'i, Kitab-ul-Bai‘ati, Babul Bai‘ati ‘Alas Sam‘i WatTa‘ah)

La mère des croyantes, Hadrat ‘A’ishara raconte que le Saint Prophètesaw avait l’habitude de prendre le serment d’allégeance des femmes selon les versets du Saint Coran :
« O Prophète ! Lorsque des croyantes viennent à toi, prêtant serment d’allégeance à tes mains qu’elles n’associeront rien à Allah, et qu’elles ne voleront pas, et ne commettront pas l’adultère, ni ne tueront leurs enfants, ni ne porteront de calomnie qu’elles auront elles-mêmes inventée de propos délibéré, ni ne te désobéiront en ce qui est juste, alors accepte leur allégeance et demande à Allah de leur pardonner. En vérité, Allah est Très-Pardonnant, Miséricordieux. »

Hadrat ‘A'ishara continue ainsi :
Lorsqu’il prenait la bai‘ah, le Saint Prophètesaw ne touchait pas la main des femmes outre celles des femmes de sa maison. (SahihAl-Bukhari, Kitab-ul-Ahkami, Babu Bai‘atin Nisa'i)

Même avant que le Messie Promisas n’ait commencé à prendre la bai‘ah, certains gens pieux, inquiets de la condition terrible de l’Islam, étaient d’avis que celui qui pouvait sauver l’arche de l’Islam de la destruction et qui avait une sympathie réelle pour l’Islam n’était autre que Hadrat Mirza Ghulam Ahmadas Qadiani et qu’il était l’Imam-al-Mahdi.Par conséquent, les gens lui demandèrent d’accepter leur bai‘ah, mais il répondait toujours : « Je n’ai pas encore reçu l’ordre de le faire ».

L’ordre divin de prendre la bai‘ah

Après six ou sept ans, vers les débuts de l’année 1888, Dieu, le Tout-Puissant, commanda au Messie Promisas d’accepter désormais la bai‘ah. Le commandement Divin fut transmis en ces termes:
« Et lorsque tu te seras décidé, alors aie confiance en Allah. Et construit une arche devant Nos yeux et selon Notre révélation. Ceux qui prennent le serment d’allégeance à tes mains font un serment à Allah. La main d’Allah est sur leurs mains. » (Ishtihar, 01 décembre, 1888, p. 2)

De par sa nature, le Messie Promisas détestait que toutes sortes de personnes se joignissent pêle-mêle à sa bai‘ah. Son désir le plus profond était que seuls les gens pieux dont la nature était fermement établie sur la fidélité se joignent à cette Jama‘at bénie. Il attendit donc qu’une occasion se présentât qui distinguerait le fidèle de l’hypocrite. Allah, le Très-Gracieux, dans Sa sagesse infinie créa cette occasion dans la même année, en novembre 1888, par la mort de Bashir I (qui était le fils du Messie Promisas). Ce décès déclencha une vague de protestations contre le Messie Promisas. Plusieurs personnes, faibles de foi, se dissocièrent de lui. Le Messie Promisas considéra l’occasion appropriée pour fonder la Jamā‘at Ahmadiyya. Le 1er décembre 1888, il fit une annonce générale pour la bai‘ah. De plus, le Messie Promisas donna l’ordre à ceux venant pour prendre la bai‘ah de faire d’abord le istikharah conformément aux Traditions du Saint Prophètesaw. (Ishtihar Takmil-e-Tabligh, 12 janvier,1889)

C’est-à-dire qu’ils devaient d’abord prier et faire le istikharah, et ensuite faire la bai‘ah. Après avoir publié cette annonce, le Messie Promisas quitta Qadian pour Ludhiana où il s’installa dans la maison de Hadrat Sufi Ahmad Jan à Mahalla Jadid et là il prit la bai‘ah. (Hayat-e-Ahmad, vol. 3, 1ère partie, p. 15)

Les buts et objectifs de la bai‘ah

De Ludhiana, le 4 mars 1889, le Messie Promisas publia une autre annonce expliquant les buts et les objectifs de la bai‘ah. Il dit :

« L’institution de la bai‘ah a été établie uniquement pour rassembler un groupe important de personnes vertueuses de la Jama‘at de sorte que ces dernières puissent avoir un effet saint sur le monde. L’unité prévalente parmi ces gens pieux devrait être une source de bénédictions, de grandeur et d’effets positifs pour l’Islam. Les bénédictions d’être unis autour d’un seul credo pourraient leur permettre de rendre des services nobles et pieux à l’Islam. Ils ne doivent pas être des musulmans paresseux, avares ou inutiles ; ni ne doivent-ils être comme ces êtres indignes qui ont causé de grands torts à l’Islam de par leurs désaccords et leurs dissensions. De surcroît, ils ne doivent pas être comme ceux qui ont sali le beau visage de l’Islam de par leurs conditions impures ; ni ne doivent-ils être comme ces derviches négligents ou ces ermites qui n’ont aucune connaissance de ce que requiert l’Islam, ni ne ressentent de la sympathie pour leurs frères, ni ne manifestent une enthousiasme quelconque pour agir pour le bien de l’humanité. A l’opposé, ils doivent devenir de tels sympathisants de la nation au point de devenir un refuge pour les démunis et des pères pour les orphelins.

En servant l’Islam, ils doivent être prêts à se sacrifier comme celui qui est complètement saturé d’amour. Tous leurs efforts doivent se diriger vers la propagation des bénédictions de l’Islam à travers le monde pour qu’une fontaine pure de l’amour d’Allah et de la sympathie pour l’humanité puisse couler de chaque cœur et se rencontrer à un seul endroit pour ressembler à une rivière courante… Dieu, le Tout-Puissant, désire manifester Sa Gloire et démontrer Son Omnipotence à travers ce groupe. Ensuite, Il désire lui accorder la possibilité de faire encore plus de progrès pour que le monde puisse être rempli de l’amour d’Allah, du vrai repentir, de la pureté, de la vraie bonté, de la paix, de la réconciliation et de la sympathie pour l’humanité. Ce groupe sera le groupe particulier d’Allah. Il lui accordera le pouvoir de Son propre Esprit. Il le protègera d’une vie impure et apportera un changement pur dans sa vie. Tout comme Il l’a promis dans Ses bonnes nouvelles empreintes de sainteté, Il fera grandir ce groupe de manière conséquente et des milliers de véridiques se joindront à lui. Il arrosera ce groupe personnellement et le rendra prospère à tel point que son nombre et ses bénédictions susciteront l’émerveillement de tous ceux qui le verront. Telle une lampe placée très haut, il projettera sa lumière sur le monde entier et il sera considéré comme l’exemple des bénédictions de l’Islam. Allah accordera toutes sortes de bénédictions aux suivants parfaits de ce Mouvement, et Il leur accordera la victoire sur tous jusqu’au Jour du Jugement. Il y aura parmi eux des gens qui recevront l’acceptation et l’aide divines. Telle est la volonté de Dieu, le Gracieux. Il est le Tout-Puissant et fait ce qu’Il désire. Toutes forces et toutes puissances Lui appartiennent. (Majmu‘ah Ishtiharat, vol. 1, p. 196-198)

Dans la même annonce, le Messie Promisas déclara que ceux désireux de faire la bai‘ah devaient arriver à Ludhiana après le 20 mars 1889.

Les dix conditions de la bai‘ah (serment d'allégeance)

Initiation à la Jama‘at Islamique Ahmadiyya

Le 12 janvier 1889, Hadrat Mirza Ghulam Ahmad, le Messie Promis et Imam Al-Mahdi présenta dans une annonce intitulée « Ishtihār Takmīl-e-Tablīgh » les dix conditions auxquelles doit s’adhérer toute personne qui se joint à sa communauté.

L’initié doit solennellement promettre :

1e condition
De s’abstenir du Shirk (attribuer des associés à Allah) jusqu’au jour de sa mort.
2e condition
De se préserver de la fausseté, la fornication/l’adultère, du regard malveillant, de la débauche, la dissipation, la cruauté, la malhonnêteté, la méchanceté et la rébellion, et de se garder de tout emportement passionnel quelle que soit son intensité.
3e condition
D’offrir les cinq prières quotidiennes, selon les commandements d’Allah et du Saint Prophète Muhammadsaw et, aussi régulièrement que possible, d’offrir la prière deTahajjud, d’invoquer le Durud sur le Saint Prophète Muhammadsaw, de faire sienne l’habitude de demander quotidiennement le pardon de ses péchés, de se souvenir des faveurs d’Allah et de Lui rendre louange et gloire.
4e condition
De ne pas nuire, surtout sous l’influence de ses passions, aux créatures d’Allah en général, et aux musulmans en particulier, que ce soit avec sa langue ou avec ses mains ou autrement.
5e condition
De demeurer loyal à Allah, dans toutes les vicissitudes de la vie, dans le malheur et le bonheur, dans l’adversité et la prospérité, dans la félicité et l’épreuve, et de se résigner dans toutes les situations au décret d’Allah ; de s’apprêter à affronter toutes sortes d’avanies et de tourments dans Son chemin, et de ne jamais s’en détourner lorsque surgissent des revers mais bien au contraire de marcher en avant.
6e condition
D’éviter de suivre les coutumes non-islamiques et les penchants libertins. De se soumettre à l’autorité du Saint Coran et de considérer la parole d’Allah et les Traditions du Saint Prophète Muhammadsaw comme les guides principales dans toutes les sphères d’activités de sa vie.
7e condition
De renoncer complètement à l’orgueil et la vanité et de vivre dans l’austérité, l’humilité, la bonne humeur et patience ; et d’avoir un caractère doux.
8e condition
De tenir la foi, l’honneur de la foi et la cause de l’Islam plus chers que sa vie, sa richesse, son honneur, ses enfants et les êtres chers.
9e condition
De se dévouer au service des créatures d’Allah uniquement pour la cause d’Allah et d’oeuvrer au bien-être de l’humanité au moyen des compétences et des facultés octroyées par Allah.
10e condition
De nouer un lien de fraternité avec cet humble serviteur d’Allah, lui vouant obéissance en toute chose qui soit bonne pour l’amour d’Allah et d’y être fidèle jusqu’à la mort ; d’exercer dans l’observance de ce lien une dévotion telle qu’elle n’est pas perceptible dans aucune autre relation.


Tahajjud : Prière optionnelle de grand mérite offerte dans la dernière partie de la nuit

Durud : Invocation de bénédictions sur le Saint Prophète Muhammadsaw