Imprimer

L'éminent statut du Saint Prophète Muhammad (s.a.w)

Sermon du 01 février 2013 - par Hadrat Mirza Masroor Ahmad

Dans le sermon du premier février 2013 Sa Sainteté le Calife a présenté des écrits du Messie Promis (a.s) qui illustrent l’amour profond et la dévotion qu’il avait pour le Saint Prophète Muhammad (s.a.w).

Au Pakistan les non-ahmadis avaient célébré la naissance du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et comme dans le passé ces manifestations, en particulier à Rabwah, ont été consacrées aux insultes proférées à l'encontre du Messie Promis (a.s) et de sa djama’at ; il n’y avait point mention des traits de caractère du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et de l’amour que l’on doit éprouver pour lui.  

Nos adversaires ont le droit d’invectiver à loisir les ahmadis, mais ces derniers n’ont pas le droit de citer le nom d’Allah et de Son Prophète (s.a.w.). Les injures sont la norme de ces soi-disant dirigeants religieux. Cependant, cela n’arrêtera point notre progression, en fait, chaque campagne d’opposition ouvre la voie vers plus de progrès.

Dans ses écrits le Messie Promis (a.s) a évoqué son grand attachement pour le Saint Prophète Muhammad (s.a.w), ci-dessous en sont quelques exemples.

Evoquant sa supériorité sur les autres prophètes, il affirme :

Muhammad-2

« …le plus éminent des prophètes est le plus grand réformateur de l’humanité ; il est celui qui, de ses mains, a éradiqué la grande corruption de ce monde et qui a rétabli sur terre l’unicité de Dieu, unicité qui était perdue et avait disparue. Il a vaincu toutes les fausses religions avec preuves et raisonnements ; il a dissipé les doutes de l’égaré et les suspicions de l’athée. Et il a indiqué la voie sûre pour atteindre le salut. Il a offert de nouveau les vrais principes de la foi […] Puisqu’il a été le plus profitable [à l’humanité], il est celui qui jouit du plus haut rang. L’histoire le démontre, les Livres célestes en sont témoins, ceux doués de perception peuvent aussi le discerner : le plus éminent des prophètes – à la lumière des règles énoncées plus haut – est Muhammad, l’Elu de Dieu, paix soit sur lui. (Barahin-i-Ahmadiyya, 4e partie, Ruhani Khazain, volume 1, page 97, note de bas de page )

Le Messie Promis (a.s) explique en ces termes les excellences de son maitre :

« Moïse (a.s) a dépassé tous les prophètes d’Israël dans son humilité et son indulgence. Aucun autre Prophète d’Israël, même pas Jésus (a.s), n’a pu atteindre son rang éminent. La Torah témoigne que Moïse (a.s) outrepassait tous les autres prophètes israélites dans sa bonté, sa douceur et ses qualités morales. Dans le troisième verset du douzième chapitre de Nombres il est écrit : « Or, Moïse (a.s) était un homme fort patient, plus qu’aucun homme sur la face de la terre. » (Nombres, chapitre 12, verset 3)

Dieu a vanté la douceur et la patience de Moïse (a.s) comme Il ne l’a jamais fait pour aucun autre prophète d’Israël. Certes, les excellences du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) évoquées dans le Saint Coran dépassent des milliers de fois celles de Moïse (a.s). Car Dieu affirme que le Saint Prophète combine en sa personne toutes les vertus de tous les prophètes. A cet effet Il déclare :

وَإِنَّكَ لَعَلى خُلُقٍ عَظِيم

« Et tu possèdes assurément de hautes qualités morales. »

Dans la langue arabe l’épithète « Azim » est adjoint à un nom pour indiquer que ce dernier est le meilleur de sa catégorie. A titre d’exemple, quand un arbre est qualifié d’« Azim » cela sous-entend qu’il est plus grand en hauteur, plus large en taille et en volume que tout autre arbre [sur la Terre]. Ainsi ce verset signifie que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) possédait toutes les qualités morales et les excellents traits de caractère qu’un humain pouvait acquérir. Cet éloge est des plus grandioses et n’a pas son pareil. Ceci est mentionné dans un autre verset :

وَكَانَ فَضْلُ اللَّهِ عَلَيْكَ عَظِيمًا

C’est-à-dire que Dieu t’a accordé Sa grâce dans une grande mesure et aucun autre Prophète n’est égal à toi en rang. Cet éloge est aussi mentionné dans la Bible dans la forme d’une prophétie : « C’est pourquoi ton Dieu ta oint d’une huile de joie, par privilège sur tes collègues » (Psaumes 45, verset 7). (Barahin-e-Ahmadiyya, Ruhani Khazain, vol. 1, pages 605 à 606, note de bas de page numéro 3)

« Cette lumière des plus sublimes qui est l’apanage de l’homme parfait, n’a été donnée ni aux anges ni aux étoiles, ni à la lune ni au soleil. Cette lumière ne se trouve pas dans les océans qui recouvrent la terre ou dans les fleuves qui la sillonnent. Rubis, saphirs, émeraudes, diamants et perles en sont dépourvus. En un mot, elle ne se trouve dans aucun objet céleste ou terrestre. Elle se manifeste uniquement en l’homme, c’est-à-dire en l’homme parfait, dont l’expression la plus exaltée est notre maître, le chef des prophètes, Muhammad le choisi. Cette lumière a été octroyée à cet homme et – proportionnellement à leurs aptitudes – à tous ceux qui ont les mêmes affinités que lui. Cette grâce se manifeste dans sa forme la plus sublime en la personne de notre maître et guide, le Prophète ‘Ummi, le véridique, Muhammad Al-Mustafa, que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui. »

Dieu affirme à cet effet :

وَأَنَّ هَذَا صِرَاطِي مُسْتَقِيمًا فَاتَّبِعُوهُ وَلَا تَتَّبِعُوا السُّبُلَ فَتَفَرَّقَ بِكُمْ عَنْ سَبِيلِهِ ذَلِكُمْ وَصَّاكُمْ بِهِ لَعَلَّكُمْ تَتَّقُونَ

قُلْ إِنْ كُنْتُمْ تُحِبُّونَ اللَّهَ فَاتَّبِعُونِي يُحْبِبْكُمُ اللَّهُ وَيَغْفِرْ لَكُمْ ذُنُوبَكُمْ وَاللَّهُ غَفُورٌ رَحِيمٌ

فَقُلْ أَسْلَمْتُ وَجْهِيَ لِلَّهِ

وَأُمِرْتُ أَنْ أُسْلِمَ لِرَبِّ الْعَالَمِينَ

C’est-à-dire : Dis : « Ma prière et mes adorations, mes efforts et mes sacrifices, ma vie et ma mort sont tous à Dieu et Lui sont consacrés. Il est le Rab de tous les mondes, Il n’a pas de partenaire et j’ai reçu l’ordre d’être le premier musulman. C’est-à-dire depuis la création du monde jusqu’à sa fin il n’y aura pas d’homme aussi parfait que lui qui atteindra ce stade dans l’anéantissement en Dieu et qui retournera intégralement toutes les charges que Dieu lui aura confiées.

Ce verset réfute la croyance de ces mowahid, simples d’esprit, qui pensent que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) n’est point supérieur à tous les autres prophètes. Ils présentent des hadiths douteux dans lesquels le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) nous interdit de proclamer sa supériorité sur [le prophète] Jonas, fils d’Amithaï. Ces sots ne comprennent pas que même si ce hadith est authentique, il prouve ici l’humilité et l’effacement de soi du Saint Prophète Muhammad (s.a.w), qualités qui étaient de tout temps dans ses habitudes. Tout propos doit être pris dans son contexte. Si un homme pieux signe sa lettre avec la phrase « le plus bas des serviteurs de Dieu » ce serait la pire des sottises que d’en conclure qu’il est le plus infâme de tous les hommes, plus vil encore que tous les polythéistes et autres dépravés réunis, car c’est ce qu’il confesse.

Que l’on se souvienne que Dieu a conféré au Saint Prophète Muhammad (s.a.w) le titre de « premier musulman » et le chef de tous les fidèles. Dieu affirme que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a été le premier à retourner les charges qui lui ont été confiées. Un disciple du Saint Coran peut-il, face à ces témoignages, porter atteinte au statut du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) ?

Dans ces versets Dieu a décrit les différent rangs [au sein] de l’Islam tout en affirmant que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) en a atteint le plus haut […] Allah déclare dans les versets cités plus haut :

« Et dis : « Ceci est Mon droit chemin. Suivez-le donc ; et ne suivez pas d’autres voies, afin qu’elles ne vous égarent pas de la voie d’Allāh. Voilà ce qu’Il vous enjoint afin que vous soyez à l’abri du mal. » (Le Saint Coran, chapitre 6, verset 154)

Dis : « Si vous aimez Allāh, alors suivez-moi, Allāh vous aimera et vous pardonnera vos péchés, et Allāh est Très-Pardonnant, Miséricordieux. » (Le Saint Coran, chapitre 3, verset 32)

« Je me suis soumis à la volonté d’Allāh » (Le Saint Coran, chapitre 3, verset 21)

« …et il m’a été commandé de me soumettre au Seigneur des mondes. » (Le Saint Coran, chapitre 40, verset 67)

(A’inah-e-Kamalat-e-Islam, Ruhani Khaza’in, vol. 5, p. 160-165)

Evoquant la supériorité du Saint Prophète Muhammad (s.a.w), le Messie Promis (a.s) dit :

« Le Dieu de Moïse (a.s), de Jésus (a.s) et de Mohammad (s.a.w) est le même. Il n’y a pas trois dieux ; c’est le même Dieu dont la gloire s’est manifestée sous trois jours différents. Les aptitudes de Moïse (a.s) étaient limitées à [ses rapports] avec les Enfants d’Israël et Pharaon ; et la gloire de Dieu s’est manifestée à lui dans la même mesure. Si Moïse (a.s) était concerné par sa période ainsi que par celle des hommes du futur, les préceptes de la Torah ne seraient pas aussi limités et imparfaits aujourd’hui.

Jésus (a.s), quant à lui, était concerné par quelques sectes juives qui étaient devant lui. Sa sympathie ne concernait ni les autres peuples ni ceux des temps à venir. Ainsi, le pouvoir de Dieu s’est manifesté dans sa religion selon ses aptitudes à lui. Et il a scellé la porte des révélations avenir, car les préceptes des Evangiles avaient uniquement pour vocation de corriger les vices qui ternissaient les actions et la moralité des juifs. Ils n’avaient pas pour cible les corruptions du monde entier ; ainsi les Evangiles ne sont pas à même d’apporter une reforme générale. Ils avaient pour but de réformer l’immoralité des juifs de leur époque. Et les Évangiles n’étaient pas concernés par ceux qui habitaient d’autres contrées où ceux qui viendraient dans les temps futurs. S’ils avaient pour vocation de réformer toutes les sectes [juives] et tous les hommes quelque soit leur appartenance, ils [les Evangiles] ne seraient pas dans cet état aujourd’hui. D’une part les préceptes évangéliques comportent des lacunes et d’autre part l’émergence d’erreurs ont causés grands torts, faisant ainsi d’un simple homme un dieu. L’ineptie qu’est la rédemption a fermé la porte à toute action réformatrice.

Les chrétiens sont donc frappés de deux malheurs : tout d’abord depuis des lustres ils n’ont reçu aucune aide divine par le truchement de révélations car cette porte leur est scellée ; d’autre part ils ne peuvent pas progresser car la rédemption leur interdit tout effort. La vision de l’homme parfait à qui le Coran a été révélé n’était pas limitée. Il n’y avait aucune lacune dans la peine et la sympathie qu’il éprouvait pour l’humanité. Il éprouvait une sympathie sincère qui dépassait le temps et l’espace ; ainsi la gloire divine s’est manifestée en lui dans toute sa plénitude. Et il a reçu le titre du sceau des prophètes ; cela ne signifie pas que personne ne profitera de ses faveurs spirituelles à l’avenir mais qu’il est le porteur de ce sceau et que sans son estampille personne ne pourra recevoir quelques faveurs. Et jusqu’au jour de la résurrection la porte de la révélation divine ne sera jamais fermée pour son Oummah. Il y a un seul prophète qui est porteur de ce sceau et grâce à son empreinte l’on pourra être prophète à condition d’être de son Oummah. La sympathie qu’il éprouvait et ses aptitudes n’ont pas laissé son Oummah dans un état déplorable. Il n’a pas voulu que la porte de la révélation, qui est la racine même de la connaissance divine, soit fermée pour eux. Afin de préserver sa gloire d’être le sceau des prophètes il a voulu que cette faveur qu’est la révélation soit octroyée par son entremise. La porte de la révélation est fermée pour celui qui n’est pas de son Oummah. C’est pour cette raison que Dieu lui a conféré le titre du sceau des prophètes.

C’est pour cette raison que jusqu’au jour dernier il a été décrété que celui qui n’est pas un Ummati en le suivant sincèrement ne recevra jamais de révélations. Il ne sera pas un véritable mulhim (récipiendaire de révélation), car la Nubuwwah permanente s’est terminé avec le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) ; mais la NubuwwahZilli, dont le sens est d’être récipiendaire de révélation par l’entremise des faveurs du Saint Prophète Muhammad (s.a.w), cette Nubuwwah là durera jusqu’au jour Dernier, et ce afin que la porte de la perfection de l’homme ne soit point fermée. Afin aussi que le signe de la puissance du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) perdure jusqu’au Jour Dernier, il a voulu que la porte des révélations divines soient toujours ouvertes. Et afin que la connaissance du divin, qui est la porte du salut, ne soit point perdue.

Aucun hadith authentique nous informe qu’il y aura après le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) un prophète qui ne sera pas Ummati et qui n’aura pas profiter de ses faveurs. » (Haquiqat-ul-Wahyi, Ruhani Khaza’in, vol. 22, p. 28 à 30)

Le Messie Promis (a.s) a aussi décrit les miracles accomplis par le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) :

« Quand on arrive à ce stade de la communion avec Dieu, il arrive parfois qu’on  accomplisse des œuvres qui sont hors de portée du commun des mortels et qui sont accompagnées de la force divine. A titre d’exemple, au cours de la bataille de Badr, le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) lança une poignée des cailloux aux mécréants celle-ci ne s’envola pas grâce à quelque prière de sa part mais par son pouvoir spirituel. Cette poignée montra le pouvoir de Dieu. Elle eut un effet extraordinaire sur les forces ennemies : les yeux de tous les soldats en furent momentanément aveuglés ; la confusion et le chaos furent total et ils s’enfuirent abasourdis. Ce miracle est évoqué dans le verset :

وَمَا رَمَيْتَ إِذْ رَمَيْتَ وَلَكِنَّ اللَّهَ رَمَى

« Ce n’est pas toi qui lança quand tu lanças mais c’était Allah qui lança » (Chapitre  Al-Anfal, 8 : verset 18)

C’est-à-dire c’était le pouvoir divin qui opérait en arrière plan ; ce n’était point une œuvre humaine.

De même un autre miracle accompli par le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) était la scission de la lune. Ce fut le résultat du pouvoir divin ; ce geste n’était pas accompagné de prière. Cette scène eu lieu uniquement en pointant la lune de son doigt chargé de puissance divine. 

Bien d’autres miracles eurent lieu : qui furent le résultat du pouvoir personnel du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) qui n’étaient pas accompagnés de prière. 

A plusieurs reprises en plaçant ses doigts dans un peu d’eau, il l’a augmenté afin qu’elle suffise à désaltérer toute une armée, y compris chameaux et chevaux, et cela sans que la quantité initiale n’en fut affectée. A d’autres occasions en posant sa main sur quelques miches de pain il rassasia des milliers. Des fois il bénissait une infirme quantité de lait de ses lèvres, et en offrit à toute une foule, qui en burent à satiété. En d’autres occasions en plaçant en peu de sa salive dans un puits d’eau saumâtre, il rendit l’eau potable. Des fois il guérissait des blessés graves simplement en posant sa main sur eux. A d’autres occasions il replaçait le globe oculaire d’un soldat blessé. Ainsi il accomplissait d’autres œuvres grâce à sa puissance personnelle derrière laquelle opérait le Pouvoir Divin.

(A’inah-e-Kamalat-e-Islam, Ruhani Khaza’in, vol. 5, p. 65 à 66)

« Tous les livres célestes témoignent que les prophètes et les saints renaissent après leur mort. C’est-à-dire on leur accorde une vie qui n’est octroyée à personne d’autre. Ceci a été indiqué dans hadith où il est dit que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) a déclaré : Dieu ne me laissera pas tel un cadavre dans la tombe. Il m’accordera la vie et n’exaltera vers lui. » (Izalah-i-Auham, Ruhani Khazain, volume 3, page 225)

« Le sens de ce hadith est qu’en raison de l’honneur que Dieu m’a conférer Il m’accordera la vie et n’exaltera vers le Ciel avant la période de 40 jours dans la tombe. L’exaltation du Messie est-elle supérieure au fait que notre Saint Prophète Muhammad (s.a.w) soit vivant dans sa tombe et qu’il soit exalté au ciel ? La réalité est que la vie de Jésus-Christ fils de Marie est inférieure à celle du prophète Moïse. Cette croyance est avérée et les saints du passé en sont unanimes. Le témoignage du hadith ayant trait au Miraj est irréfutable : il y a une similarité entre la vie physique des prophètes sur terre et celle dans l’Au-délà. Comparés aux martyrs leur vie est d’autant plus certaine et parfaite ; la vie la plus parfaite et la plus noble est celle accordée à notre maître le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) – que moi et mes parents soient sacrifiés pour lui. Jésus fils de Marie se trouvait au deuxième ciel avec son cousin et son disciple Hadrat Yahya ; mais notre maître se trouvait au plus haut ciel. Il n’y a pas de rang plus élevé que celui-ci :

عِنْدَ سِدْرَةِ الْمُنْتَهَى

Près du Jujubier situé à l’extrême limite,

et les salutations de la Ummah sont transmis au Saint Prophète Muhammad (s.a.w)… »(Izalaha-i-Auham, Ruhani Khazain volume 3, page 226, note de bas de page)

Le Messie Promis (a.s) a, à maintes reprises, affirmer qu’il a tout reçu par l’entremise du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et que celui-ci est la seule porte pour communier avec Dieu :

« Notre âme et chaque fibre de notre être se prosternent devant le Dieu Tout-puissant et Parfait ; qui de Ses mains a créé chaque âme et chaque particule de la création ainsi que toutes ses facultés. L’univers ne peut exister sans Son soutien. Sa science embrasse tout, rien n’échappe à Son contrôle, Il crée tout. Nous invoquons aussi d’innombrables bénédictions, miséricorde et paix sur la personne du Saint Prophète Muhammad (paix et bénédictions d’Allah soient sur Lui) l’élu de Dieu, qui nous a fait découvrir le Dieu vivant et qui nous a donné la preuve de Son existence à travers Sa parole. Il s’est manifesté à nous par des signes extraordinaires et nous a montré Son visage resplendissant de puissance, puissance qui est immuable et parfaite. Nous avons trouvé le messager qui nous a fait voir Dieu ; et nous avons trouvé l’Unique Dieu qui a crée toute chose à travers Sa puissance inégalable. O combien majestueux est cette puissance sans laquelle rien ne peut exister ! Notre Dieu possède des grâces infinies, une puissance incommensurable, une beauté et une bienveillance inégalable. Il n’y a de Dieu à part Lui. » (Naseem-e-Dawat - Qadian Ziaul Islam Press 1903 - Ruhani Khazain Vol.19 pg. 363)

«Tous mes succès viennent de Dieu – donc, je Le loue, et j’envois des salutations sur le Prophète d’Arabie. Toutes les bénédictions sont descendues par son truchement ; il est tout. C’est lui qui a mis à ma disposition la racine et la branche. Et il sema mes graines et prépara mon champ. Il est le meilleur des planteurs. » (Minan ur Rahman, Ruhani Khazain, volume 9, page 186 à 187)

« Je jure par Celui qui s’est adressé à Abraham (a.s), Isaac (a.s), Ismaël (a.s), Jacob (a.s), Joseph (a.s), Moïses (a.s) et de Jésus fils de Marie (a.s) ; et, après eux, Il a parlé avec clarté inégalée à notre Saint Prophète Muhammad (s.a.w) lui accordant la révélation la plus pure ; de même Il m’a conféré l’honneur de s’adresser à moi. Mais cette grâce, Il me l’a octroyée uniquement en raison de ma complète soumission au Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Si je ne faisais pas partie de l’Oummah du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et si je n’avais pas été son disciple, même si mes bonnes actions avaient égalé toutes les montagnes du monde, je n’aurais jamais reçu l’honneur de converser avec Dieu. Car toutes les Nubuwwah sont arrivées à leur fin, sauf celle du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). Aucun Prophète porteur de loi ne peut venir après lui. Un prophète qui n’apporte pas de nouvelle loi peut venir, mais il doit être un disciple du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). (Tajalliyat-e-Ilahiyyah, Ruhani Khazain, volume 20, pages 411 à 412)

« Mon Seigneur je te remercie des milliers de fois Toi qui nous montrer la voie pour Te reconnaître. Tu as révélé Tes saints livres et Tu nous as libéré des égarements du raisonnement et de la pensée. Et des milliers de salutations soient sur le Saint Prophète Muhammad (s.a.w), sa famille ainsi que sur ses compagnons ; grâce auxquels Dieu a guidé les égarés vers le droit chemin. Le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) est le précepteur et le bienfaiteur qui a ramené sur le droit chemin la ceux qui erraient. Il est aussi le bienfaiteur qui a libéré les hommes du malheur que sont le polythéisme et les idoles. Il est la lumière qui a répandu la lumière de l’unicité de Dieu sur terre. Il est le médecin de l’époque qui a guéri les coeurs et qui menés les hommes sur le droit chemin.

Il est le signe de la grâce qui a accordé une eau vivifiante aux morts. Empli de miséricorde il a éprouvé une grande tristesse pour l’Oummah. Il le brave, le champion qui nous a arraché des griffes de la mort. Il était indulgent et empli d’abnégation ; il était d’une grande humilité et se considérait plus bas que que la poussière [qu’il foulait]. Il était le Mowahid parfait, une mer de connaissance celui que la gloire de Dieu avait fait couler ; et il a avili tout autre que Dieu ; il fut le miracle de la puissance du Dieu Rahman. Illettré, il a surpassé les autres dans sa connaissance de la vérité. Il a montré à tous les peuples leurs erreurs et leurs égarements. » (Barahin-i-Ahmadiyya, 4e partie, Ruhani Khazain, volume 1, page 17)

Le Calife a aussi expliqué qu’il incombe à tout musulman d’invoquer des salutations et des bénédictions (Durud) sur le Saint Prophète, car c’est ainsi que l’on prouvera son amour pour lui. Une supplication sans Durud n’est point acceptée. Le Messie Promis (a.s) dit a ce propos :

« …tout comme je l’ai expliqué verbalement, il faut réciter [le Darud] afin que Dieu envoie Ses bénédictions parfaites sur le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) et afin qu’Il fasse de lui la source de toutes les bénédictions en ce monde. Et afin qu’Il démontre Sa Sainteté et sa gloire ici-bas et dans l’Au-dela. L’on doit réciter cette prière avec la même ardeur que l’on prie lorsqu’on est frappé d’un malheur. Au contraire on doit faire preuve d’une plus grande humilité et d’une détresse plus accablante, sans désirer quelque récompense ou quelque honneur pour soi ; l’on doit souhaiter sincèrement que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) soit récipiendaire des bénédictions parfaites, que sa gloire se manifeste en ce monde et dans l’autre. Voilà le but ultime. Et matin et soir l’on doit s’y consacrer afin que cet objectif soit le seul désir de son cœur. » (Maktubat Ahmad, volume 1, page 523)

« Soyez très concentré en récitant le Durud. Vous devez désirer des bénédictions pour le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) avec la même sincérité et le même engouement que vous éprouver pour votre bien-aimé. Désirez-le avec grande humilité ; ces supplications et cette humilité ne doivent point être ternies par quelque affectation. Au contraire, l’on doit éprouver un amour et une amitié sincère pour le Saint Prophète Muhammad (s.a.w).

De tout son cœur et de toute son âme l’on doit désirer pour le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) ces bénédictions qui sont inhérentes dans le Durud […] Et le signe de l’amour sincère est que l’on ne s’en lasse pas et que l’on est exempt de tout motif égoïste. L’on doit tout simplement désirer que Dieu envoie les bénédictions sur le Saint Prophète Muhammad (s.a.w). » (Maktubat Ahmad, volume 1, page 534 à 535)

« J’ai observé qu’en invoquant des bénédictions sur le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) la grâce divine sous forme d’une lumière merveilleuse avance en direction du Saint Prophète Muhammad (s.a.w), est pénètre en son  cœur, puis en jaillit sous forme d’une multitude de rivières qui atteint toute personne qui en mérite selon ses aptitudes. Certainement aucune grâce ne peut  atteindre quiconque sans l’entremise du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). L’invocation des bénédictions pour le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) remue le Trône du Tout-puissant ce qui engendre des rivières de lumière. Celui qui désire obtenir la grâce d’Allah le Tout-puissant doit l’implorer intensément afin qu’Il bénisse le Saint Prophète Muhammad (s.a.w). » (Al-Hakam, volume 7, numéro 8, 28 février 1903, page 7)

« Certes il est vrai que le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) n’a point besoin des prières des autres, mais il s’y trouve [dans le Darud] un secret éminemment subtile. Celui qui, en raison de son lien personnel et par amour pour quelqu’un désire des bénédictions pour celui-ci, devient une partie de l’autre. Et puisque le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) est récipiendaire d’innombrables bénédictions divines, c’est pour cette raison que ceux qui récitent le Durud et qui désirent des bénédictions en raison de leur amour pour lui reçoivent d’innombrables bénédictions suite à leur dévouement. Mais cette faveur n’est point accordée, sinon peu, s’il n’y pas de ferveur spirituel ou d’amour. » (Maktubat Ahmad, volume 1, page 534 à 535)

Le meilleur Darud est celui qui est sorti de la bouche du Saint Prophète Muhammad (s.a.w) :

ٱللّهُمَّ صَلِّ عَلَى مُحَمَّدٍ وَعَلَى آلِ مُحَمَّدٍ

كَمَا صَلَّيْتَ عَلَى إِبْرَاهِيمَ وَعَلَى آلِ إِبْرَاهِيمَ

إِنَّكَ حَمِيدٌ مَجِيدٌ

ٱللّهُمَّ بَارِكْ عَلَى مُحَمَّدٍ وَعَلَى آلِ مُحَمَّدٍ

كَمَا بَارَكْتَ عَلَى إِبْرَاهِيمَ وَعَلَى آلِ إِبْرَاهِيمَ

إِنَّكَ حَمِيدٌ مَجِيدٌ

Voila le Darud le plus béni d’entre tous ; voilà ma prière à moi. Il n’y pas de limite quant aux nombres de fois que l’on doit le réciter. Mais il doit être accompagné de sincérité, d’amour, l’on doit être concentré et humble. Et on doit le réciter tant que l’on ressent en soit une ardeur, un détachement de soit, et étant pénétré et une grande ferveur ». (Maktubat Ahmad, volume 1, page 526)

 

Sa Sainteté le Calife a aussi cité quelques vers du poème composé par le Messie Promis (a.s) en éloge au Saint Prophète Muhammad (s.a.w) :

لاَ شَكَّ أَنَّ مُحَمَّدًا خَيْرُ الْوَرَى رَيقُ الْكِرَامِ وَنُخْبَةُ الأَعْيَانِ

Nul doute Mohammad (s.a.w) est la crème de la création ; il est l’essence même des plus nobles et la force vitale des élus (de Dieu).

وَاللهِ إِنَّ مُحَمَّدًا كَرِدَافَةٍ وَبِهِ الْوُصُولُ بِسُدَّة السُّلْطَانِ

Par Dieu ! (Le Saint Prophète) Mohammad (s.a.w) est certes comme un premier ministre. Ce n’est qu’à travers lui que l’on peut accéder au seuil du (Vrai) Roi.

إِنِّي لَقَدْ أُحْيِيتُ مِنْ إِحْيَائِهِ وَاهًا لإِعْجَازٍٍ فَمَا أَحْيَانِي

En effet, son toucher vivifiant me donna la vie. Oh ! Quel miracle ! Combien parfaitement m’a-t-il fait renaître spirituellement !

يَا سَيِّدِي قَدْ جِئْتُ بَابَكَ لاَهِفًا وَالْقَوْمُ بِالإِكْفَارِ قَدْ آذَانِي

Ô (Saint Prophète (s.a.w)) mon maître spirituel! Je suis venu me plaindre à ta porte, profondément blessé d’être qualifié d’incroyant par le peuple.

أُنْظُرْ إِليَّ بِرَحْمَةٍ وَتَحَنُّنٍ يَا سَيِّدِي أَنَا أَحْقَرُ الْغِلْمَانِ

Daigne jeter un indulgent regard de bonté vers mon humble personne! Ô Maître spirituel, je suis le plus humble des serviteurs.

جِسْمِي يَطِيرُ إِلَيْكَ مِنْ شَوْقٍ عَلاَ يَا لَيْتَ كَانَتْ قُوَّةُ الطَّيَرَانِ

Mon corps veut s’envoler vers toi d’une envie immense. Ah, si seulement je pouvais voler!

Sa Sainteté le Calife a demandé à la Communauté Musulmane Ahmadiyya de prier pour tous les musulmans, peu importe leurs sentiments à notre égard. La majorité d’entre eux s’opposent à nous, soit par ignorance soit par crainte des mollahs. Cependant, puisqu’ils se disent les disciples de notre maître, le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) nous devons prier pour qu’Allah les fasse sortir de marasme.

La destruction guette la plupart des pays musulmans. Que Dieu ait pitié d’eux. Leurs dirigeants n’ont aucune crainte de Dieu ; les populations, exprimant un amour erroné pour leur patrie, n’ont cesse de le nuire davantage. Puissent-ils faire preuve de justice et d’équité : la situation est inquiétante et si elle persiste, la tyrannie qui s’installera sera totale. Des organisations établies au nom de l’Islam ne font que discréditer davantage notre religion. Que le monde puisse s’en débarrasser, car c’est le beau visage de l’Islam qu’ils sont en train de défigurer. Quand nous présentons les valeurs louables de l’Islam, ses détracteurs répliquent en citant les infamies commises par ces soi-disant musulmans. Que Dieu nous en débarrasse au plus vite et que nous puissions renforcer notre amour pour le Saint Prophète Muhammad (s.a.w).