La Syrie : les périls de l'intervention militaire

Imprimer

Le Chef suprême de la Communauté Islamique Ahmadiyya a tiré la sonnette d’alarme sur la menace imminente d’une troisième guerre mondiale et exhorte à la prudence sur la crise syrienne, recommandant aux grandes puissances de faire primer l’équité.

hadrat-khalifatul-massih-al-khamis
Hadrat Mirza Masroor Ahmad
Cinquième Calife
de la Jama'at Ahmadiyya

Hadrat Mirza Masroor Ahmad a exprimé ses craintes sur l’impact gravissime qu’aurait une éventuelle intervention militaire en Syrie. Pareille action envenimerait la situation et pourrait conduire à une troisième guerre mondiale dont les conséquences seront dévastatrices. Selon lui, le seul moyen pour désamorcer la crise est de respecter, en toutes circonstances, les exigences de l’équité comme le préconise le Coran.

Evoquant les périls du conflit syrien, Sa Sainteté le Calife a déclaré que cette crise a d’ores et déjà créé de profondes dissensions à l’échelle internationale. Si certaines grandes puissances soutiennent le régime en place, d’autres sont en faveur des forces rebelles : cette rupture a engendré de grands dangers.

« Si les puissances étrangères interviennent directement en Syrie, cela nuira non seulement aux pays arabes mais aussi à d’autres états [de la région]. La plupart des grandes puissances semblent ignorer qu’une telle guerre ne se limitera pas à la Syrie, mais qu’elle pourrait bien être le précurseur d’une Troisième Guerre mondiale […] A mon grand regret, force est de constater que les musulmans – qui revendiquent tous appartenir à la même foi – sont les instigateurs de cette crise », a commenté le Calife.

La nation syrienne est prise dans une spirale de violence et d’instabilité et personne n’est en sécurité. Des extrémistes et des groupuscules terroristes, d’origine syrienne ou étrangère, qui sont dans les rangs des rebelles ne se soucient que de leurs intérêts et causeront des pertes considérables au pays, pertes dont les séquelles marqueront la Syrie pour de longues années.

Le Calife a aussi indiqué que la cause sous-jacente des remous qui ébranlent les pays musulmans est le non-respect des préceptes de l’Islam par les régimes au pouvoir.

« Le Coran affirme que les musulmans appartiennent au « meilleur peuple suscité pour le bien être de l’humanité » ; mais dans quelle mesure les dirigeants musulmans sont-ils en train d’œuvrer pour le bien-être du monde ? Ils sont dénués de compassion et d’affection, ils font fi des préceptes véritables de l’Islam ; n’ayant aucun sens de l’honneur, ils réclament l’aide de l’extérieur pour massacrer leurs populations », a noté le Calife.

S’appuyant sur les enseignements du Saint Coran, Hadrat Mirza Masroor Ahmad a présenté, en grandes lignes, la solution pour faire régner la paix en Syrie. Le Coran énonce que si deux parties sont en conflit, il incombe à leurs voisins d’intervenir et d’essayer de rétablir la paix en se basant sur la justice. Le Coran souligne aussi que l’hostilité d’une nation ne doit pas engendrer l’injustice. La réconciliation et la paix doivent être les objectifs principaux et non pas les règlements des comptes ou la quête des intérêts nationaux.

Hadrat Mirza Masroor Ahmad a aussi ajouté que : « L’organisation des pays islamiques (OCI) aurait dû, dès le début, prendre la responsabilité de rétablir la paix en Syrie, car tous ses membres disent adorer le même Dieu, suivre le même Prophète et croire dans le même Livre. Ils auraient dû se concerter pour trouver une solution pacifique à la lumière des directives parfaites du Coran. »

Le Calife a rappelé qu’il avait, à maintes reprises, attiré l’attention des leaders du monde et des hommes politiques sur la nécessité d’établir la paix dans le monde en se fondant sur une justice impartiale. La Communauté Islamique Ahmadiyya avait, moyennant ses ressources, propagé ce message dans le monde. Le Calife a exhorté les ahmadis de poursuivre ces efforts tout en suppliant Dieu de protéger le monde de la destruction.

« Tous les musulmans ahmadis doivent prier en faveur de la paix et pour que le monde soit à l’abri de la destruction et des calamités. Il nous incombe de prier car notre maître, le Saint Prophète Muhammad (s.a.w) avait pour seule mission d’établir une relation d’amour entre l’homme et son Créateur et de répandre la paix sur terre. »

Evoquant les responsabilités des états musulmans Sa Sainteté le Calife a suggéré : « Il n’est pas trop tard pour les dirigeants des états islamiques de faire montre d’un certain sens de l’honneur. Au lieu de se préoccuper de leurs propres intérêts, ils doivent tenir à cœur le bien-être du monde musulman. Ceci sera une réalité quand les cœurs des dirigeants et des populations seront empreints d’une véritable crainte de Dieu et quand ils suivront sincèrement l’exemple béni du Saint Prophète Muhammad (s.a.w). »

Hadrat Mirza Masroor Ahmad a souhaité que la paix règne dans le monde et que tous les protagonistes de cette crise syrienne puissent assumer pleinement leurs responsabilités.