Origine de sa famille

En 1526, Babur, un Mogol de descendance persane, établit en Inde un gouvernement musulman. Il fut le fondateur de la grande dynastie mongole qui régna sur l'Inde jusqu'à la révolte de 1857.

Des nobles d'origine persane, venus avec Babur, s'établirent ainsi en Inde. Parmi eux, il y avait un certain Mirza Hadi Baig qui, accompagné de sa suite, s'établit à 100 kilomètres environ à l'est de Lahore, dans la plaine fertile du Pendjab. Cet endroit fut appelé « Islampour » par les immigrants. La famille, très loyale envers le gouvernement central, avait été récompensée généreusement par des dons de terre, de titres et de postes importants. Outre l'allocation de revenus provenant de plusieurs centaines de villages, l'Empereur l'avait aussi investi de pouvoir judiciaire. Le village fut alors connu sous le nom de « Islampour Qazi » (Islampour du Juge). Au cours des années, on finit par oublier le premier nom pour ne retenir que le deuxième, d’un usage quotidien. Bientôt, au lieu de Qazi, on le prononça Qadi et finalement Qadian, qui est le nom actuel.

Trois siècles plus tard, à la suite du déclin des Mogols, les provinces éloignées échappèrent au contrôle du gouvernement central et des seigneurs de guerre saisirent l'occasion pour s’emparer des biens de l'Empire et créer la terreur et le désordre dans la région. C’est pendant cette période qu'un groupe de Sikhs dirigé par Jessa Singh assiégea et pilla le village de Qadian et la famille fut ruinée. En1834-35, Ranjit Singh rendit Qadian et cinq autres villages à Mirza Ghulam Murtaza, le chef de famille. Le contrôle des Sikhs prit fin en 1849 avec l'annexion du Pendjab par les Britanniques.